Nous avons vu passer ça sur la page Facebook de Monsieur Jean-Luc Léger, un président du CESER Normandie plutôt bavard sur son travail particulièrement harassant...

image_content_23152444_20180111114259

Jean-Luc ger
7 novembre, 13:40
 
Chronique d'un parcours domicile - travail.
Il est 10h30, je quitte mon domicile qui est aussi mon bureau professionnel. Je viens de relire un rapport de 38 pages que j'ai terminé. Plus saturé que satisfait, je considère que je n'ai plus rien à écrire sur ce sujet. Du moins provisoirement.
Je pars vers Caen pour la réunion de la CTAP, conférence territoriale d'action publique. J'ai du temps, je me dis qu'ainsi j'aurais du temps pour manger à Caen avant de gagner mon bureau dans l'Abbaye aux Dames. Mais j'ai du temps. Je prends alors la décision de ne pas prendre l'autoroute, dumoins pas les tronçons à péage. Et je roule tranquillement à 80 km par heure (sic!)  Peut-être un peu moins parce que le GPS indique que je serai sur les lieux à 12h30. (re-sic!)
Il est 12 heures, alors que je traverse Dozulé je vois un bistrot qui propose le meilleur des menus à 13,50 €. J'ai faim !
Installé, je prends un hareng à l'huile suivi de boulettes de boeuf à l'orientale accompagné d'une Leffe et conclu par un double espresso.
A côté de ma table, mange un couple. J'évalue leur âge à 70 ans chacun. Madame consulte l'actualité sur son portable et commente. Zemmour vient dans l'ordre du jour. Et Monsieur de conclure : "Si Zemmour est autant à la télé et aussi commenté, il doit avoir un peu raison tout de même".
Je me lève. Regarde le Monsieur, nos regards se croisent, et dit à sa femme : "la pression augmente, le retour du beau temps est annoncé."
Ah bon ? Répond Madame.
Je paie et quitte l'établissement.

Zemmour n'est pas à l'ordre du jour de la CTAP et c'est tant mieux!


 On se gardera bien de commenter le propos léger concernant Eric Zemmour d'un président de comité Théodule qui prend son temps en route pour en rejoindre un autre. Il y eut autrefois, un ministère du "Temps Libre": on dirait bien que Monsieur Léger en est le dernier titulaire...

Soyons, maintenant moins léger et plus sérieux...

Ce qui nous intéresse ici c'est que Monsieur Léger était attendu à Caen le 7 novembre dernier, à l'abbaye-aux-Dames, siège du conseil régional de Normandie, à la réunion d'une mystérieuse CTAP dans les murs de la vénérable abbaye fondée jadis par Mathilde de Flandre où ledit sieur Léger a l'honneur d'avoir un bureau... (ça vous pose votre homme!)

Une CTAP, qu'est-ce donc?

C'est la Conférence territoriale de l'action publique qui réunit sous la présidence conjointe du président de région et du préfet de région le ban et l'arrière ban des élus des principaux territoires normands.

On le constatera à la lecture du décret suivant émanant du secrétariat général aux affaires régionales de la préfecture de la région de Normandie qui fixe la liste des membres selon leurs qualités pouvant participer à cette fameuse conférence territoriale de l'action publique, ce qui fait bien du monde autour de la table:

ctap1

ctap2

ctap3

ctap4

ctap5

On attire votre attention sur la date de signature (voir ci-dessus) dudit décret: compte tenu de la date de la circulaire ministérielle datant d'octobre 2014 relative à l'installation d'une "CTAP" dans chaque région, suite à la réforme territoriale, on dira que l'on a pris son temps, en Normandie, pour la mettre en oeuvre: six ans plus tard, plus de trois ans après la réunification administrative et politique de la Normandie, cette conférence territoriale de l'action publique s'est donc enfin réunie pour la première fois en Normandie.

C'était donc le 7 novembre dernier à l'abbaye-aux-Dames à Caen...

Une telle "grand messe" des élus normands aurait dû être annoncée avec force tambours et trompettes dans les médias régionaux, avec le prestige et le sérieux qu'exigent la Normandie et ses grandes affaires.

Mais, franchement, si vous n'aviez pas lu ce billet sur l'Etoile de Normandie rapportant le badinage de Monsieur Léger sur un réseau social, vous n'auriez pas été informé de l'existence d'un événement aussi important et solennel, rassemblant tous les grands élus normands sous la présidence de MM. Morin et Durand pour discuter ensemble, devant le représentant de l'Etat central, des grandes urgences normandes...

Un coup d'oeil sur l'ordre du jour de cette réunion permettra de juger, effectivement, de son importance:

ODJ_d_finitif_CTAP_du_7_novembre_2019

Un peu... léger comme ordre du jour!

La CTAP serait donc une usine à gaz de plus? C'était pourtant une belle idée... bretonne, sinon lorraine!

On lira avec intérêt l'analyse suivante proposée par Thomas Beurey de l'agence de presse "Projets Publics" spécialisée dans le suivi de l'actualité institutionnelle publique:

Les conférences territoriales de l'action publique peinent à démarrer

De toutes les mesures que la ministre en charge de la décentralisation a défendues depuis trois ans, c'est l'une de celles qui lui tient le plus à cœur. Il s'agit de la conférence territoriale de l'action publique, presque aussi connue sous son acronyme CTAP. Marylise Lebranchu l'a promue lors de tous ses déplacements en région. Quand elle s'est rendue début octobre 2014 à Nantes, puis en avril 2015 à Toulouse, Metz et Châlons-en-Champagne, c'était pour présider la réunion de l'instance.
Cette ardeur naît de sa conviction que ce dispositif de concertation peut, sans en avoir l'air, révolutionner les politiques locales. Pourquoi ?

Parce qu'il va conduire des représentants de toutes les collectivités territoriales et groupements de communes à s'asseoir autour d'une table. Pas seulement pour parler entre eux. Ils le font déjà d'ailleurs. Mais aussi pour organiser "la gouvernance des compétences des collectivités territoriales" dans la région.

Parmi les acteurs publics, qui fait quoi et comment ? La CTAP va permettre d'y répondre. "On pourra avancer vers une forme de contrat ou de convention entre les collectivités territoriales. Il s'agit de dire que, pour une durée de quatre ou cinq ans, par exemple, telle collectivité gérera cette compétence de telle façon", avait-elle expliqué en mai 2013 alors que la mesure était discutée au Sénat, dans le cadre de la première lecture du projet de loi de modernisation de l'action publique territoriale (Maptam).

Grâce au dispositif, avait-elle poursuivi, le législateur n'aura plus à élaborer à chaque mandature une nouvelle loi sur les compétences des collectivités. On gagnera donc du temps. En bref, les CTAP seraient "un bon élément de simplification et de rationalisation de la dépense publique".

"Une manière de faire confiance aux territoires"

Après l'installation de la CTAP de la région Midi-Pyrénées, le 16 avril dernier (2015), la ministre a réaffirmé sa foi dans une instance qui "favorisera la coopération plutôt que la concurrence" et "développera une culture du contrat, du pragmatisme et de l'efficacité, au service des citoyens".

"Les CTAP sont une manière de faire confiance aux territoires dans leur capacité à s'organiser et à s'adapter à des réalités qui sont différentes. Elles permettront aussi la mise en place, de manière forte, des délégations de compétences de l'Etat", a récemment abondé Nathalie Appéré. La députée-maire de Rennes fait partie des élus convaincus que l'instance sera très utile.

Tout comme Jean-Pierre Masseret, président du conseil régional de Lorraine et premier élu régional à avoir mis sur pied la CTAP. C'était en décembre 2013. Avant même le vote de la loi et donc, aussi, bien avant le décret sur les modalités d'élection et de désignation des membres de l'instance, paru en septembre 2014.

Volontariste, l'édile se veut toutefois très prudent. Pour lui, il ne faut surtout pas se tromper sur la nature de la CTAP. "C'est un lieu où les élus locaux échangent sur les politiques publiques, mais il n'est pas question d'y déterminer la ligne politique devant s'imposer aux collectivités territoriales de la région". François-Nicolas Sourdat, adjoint au DGS du conseil régional de Bretagne, confirme : "On ne crée pas un syndicat mixte qui prend des décisions. C'est pourquoi on n'y provoque pas des votes formalisés."

Autrement dit, la CTAP n'est pas un lieu de pouvoir.

"Une usine à gaz"

Elle pourrait toutefois constituer l'opportunité pour les présidents de région d'y affirmer leur pouvoir. A l'issue de la première réunion de la CTAP des Pays de la Loire, Jacques Auxiette, président de la région, s'est voulu rassurant sur ce point. "L'enjeu n'est pas pour moi d'exercer une quelconque tutelle régionale sur les autres échelons territoriaux, de faire du 'jacobinisme régional'".

Pour que les choses soient bien claires, la CTAP de Lorraine a de son côté adopté dès ses débuts une "charte des collectivités locales". Y est notamment réaffirmé le principe de non-tutelle d'une collectivité sur une autre. Ainsi, en Lorraine, les conditions ont été posées pour que les élus locaux participent aux réunions de l'instance.

Pour autant, tous ne partagent pas l'enthousiasme du président de la région. La CTAP ? "C'est une usine à gaz", dénonce Jean-Marie Mizzon, maire de Basse-Ham et président de l'association des maires ruraux de Moselle. "C'est comme avec le redécoupage des régions, nous passons notre temps à essayer de nous organiser et pendant ce temps, nous ne faisons rien pour les projets", fustige l'élu. Autre problème, selon lui, "les débats de la CTAP sont déséquilibrés". Avec seulement quatre représentants - un pour chacun des départements composant la région, conformément à la loi - les communes de moins de 3.500 habitants "peinent à faire entendre leur voix". L'objectif d'un meilleur dialogue ne serait donc pas pleinement atteint.
Jean-Pierre Masseret tient un autre discours : "Il faut que tous les élus aient bien chevillé au corps et à l'esprit que l'on ne vient pas à la réunion de la conférence avec son pré carré. On y va dans la recherche de cet intérêt général qui amène à réaliser des compromis."

"Affrontement départements-région"

Réunir des élus de collectivités et de tendances politiques différentes ne relève-t-il pas en réalité de la gageure ? Ces derniers peuvent-ils parvenir réellement à dialoguer, comme le pense Marylise Lebranchu ? En région Centre, si la seconde réunion de la CTAP a bien eu lieu, elle a viré à "l'affrontement" sur les priorités de l'action publique, selon Bruno Besson, journaliste en charge des questions régionales au quotidien régional La Nouvelle République. "La conférence de presse qui s'est tenue à l'issue de la réunion de la CTAP du 22 juin dernier a été tendue", confie-t-il. Les six présidents de départements, tous de droite, ont saisi cette occasion pour attaquer la politique du président de la région, le socialiste François Bonneau, qui fait la part belle au ferroviaire. Ils ont réclamé qu'une partie des crédits soit réaffectée à un plan de relance de l'économie dont les effets seraient rapides sur l'emploi local. François Bonneau leur a tenu tête et a dit "regretter que les départements aient fait de la conférence un enjeu politicien".
Pour le journaliste, la bataille pour les élections régionales de décembre - qui aurait débuté dès le soir du second tour des élections départementales – "fausse le jeu" dans la région Centre. Cela signifie-t-il que les esprits s'apaiseront après les régionales ? Pas sûr. Ensuite, l'élection présidentielle sera en point de mire, rappelle Bruno Besson.

Quelles CTAP dans les nouvelles régions ?

A l'heure actuelle, il est bien difficile de dresser un premier bilan des CTAP (2015). En effet, si certaines régions, comme la Lorraine, ont déjà tracé leur sillon, d'autres n'ont pas même procédé à l'installation de l'instance. C'est le cas en Ile-de-France où, pourtant, le président de la région, Jean-Paul Huchon, en a eu l'intention dès 2014. La publication tardive des textes réglementaires sur la désignation des membres de la conférence, les débats au Parlement sur le projet de loi concernant les compétences des collectivités territoriales, les diverses élections politiques organisées en 2014 et la problématique spécifique à l'Ile-de-France de la création de la métropole du Grand Paris expliquent que le président "n'a pas été en capacité d'installer la CTAP", indique son entourage. Pour qui "les mois prochains devraient [néanmoins] offrir un cadre plus favorable à cette mise en place".

Les sept régions qui vont voir le jour le 1er janvier prochain vont forcément avoir elles aussi un retard à l'allumage. Pour ces régions, l'inquiétude est même de mise : le législateur devra revoir les règles de composition des instances, au risque sinon que les plus grandes d'entre elles aient des effectifs pléthoriques. Le risque guette la future région Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine. Pour éviter justement que les CTAP ne se transforment en "grands-messes", Jean-Pierre Masseret préconise la mise en place de "CTAP territorialisées" (sic!), par exemple, dans chaque département.

La mise en route des CTAP sera longue. Cela ne leur fait pas perdre pour autant de crédit. La preuve : la version finale du projet de loi Notre renforce la CTAP en faisant d'elle le lieu - certes facultatif - de la coordination des politiques publiques locales en faveur de la jeunesse. En outre, il a été beaucoup question, durant les débats parlementaires sur le texte, de la création obligatoire au sein des CTAP de commissions spécialisées en charge du sport et de la culture. Des dispositions auxquelles tenaient fort les élus de ces secteurs. S'ils ont échoué, ils comptent revenir à la charge, considérant que ces CTAP seront bien un lieu décisif de la conception des politiques partagées entre plusieurs acteurs locaux.

La Bretagne expérimente la délégation de compétence via la CTAP

A l'occasion de sa première réunion, le 25 février 2015, la CTAP de Bretagne a donné son accord à la demande de délégation de gestion faite par la région concernant une partie de la politique du livre, du cinéma et du patrimoine culturel immatériel en Bretagne. Dans ces domaines, il sera désormais proposé aux acteurs concernés de s'adresser à un guichet unique pour être soutenu dans la réalisation de leurs projets. "Le dossier qui avait fait l'objet d'un engagement du Premier ministre était prêt depuis longtemps", précise François-Nicolas Sourdat, adjoint au DGS du conseil régional.

"L'Etat considérait qu'il s'agissait d'une délégation de compétence. De ce fait, il fallait que la CTAP débatte du sujet et donne son avis. On a donc transmis l'avis à la ministre concernée qui a ainsi pu élaborer la convention de délégation", explique-t-il.
Alors que jusqu'à présent, plusieurs acteurs intervenaient dans l'instruction des dossiers, il n'y en aura plus qu'un désormais : la région gérera l'ensemble des dossiers pour le compte des structures de l'Etat.

La CTAP n'a pas d'autre projet aussi concret pour l'instant. Mais le travail ne va pas manquer. Culture, développement économique, habitat, rénovation thermique… les sujets de travail ne manquent pas. Ce sont des domaines où les intervenants sont nombreux et "agissent de façon un peu éparpillée", fait remarquer l'adjoint au DGS. "Typiquement, ce sont des sujets sur lesquels on pourrait imaginer de mettre en place une gouvernance innovante qui permette, le cas échéant, de mutualiser et, en tout cas, d'être plus efficace", conclut-il. 

Thomas Beurey / Projets publics.


 

Commentaire de Florestan:

Culture, habitat, logement, jeunesse, maîtrise de l'énergie, vous l'aurez compris, ces sujets ne sont pas si... légers! Notamment celui de la jeunesse en Normandie: notre région est très en retard et, il faut hélas le dire, ne soutient pas la comparaison avec la Bretagne où les élus ont su s'emparer de cet outil de la CTAP qui est restée chez nous une usine à gaz qui n'a donc jamais été utilisée jusqu'à cette première réunion du 7 novembre dernier...

A qui la faute?

Le prurit néo-jacobin d'une majorité gouvernementale macroniste en responsabilité à Paris depuis 2017 historiquement défavorable à l'idée de décentralisation régionale n'explique pas, à lui seul, ce grand retard normand...

Les élus Normands sont aussi responsables de cette situation peu glorieuse en raison d'une conjonction défavorable entre une culture localiste teintée de pragmatisme mais aussi de méfiance à l'égard des complexités venant "d'en haut" et d'une méfiance départementaliste, incarnée politiquement par Jean-Léonce Dupont le président centriste du Calvados,  à l'égard de l'affirmation nouvelle d'un pouvoir régional normand, affirmation d'autant plus vigoureuse en Normandie puisque, par principe, en raison du passif de quelques 60 années de division régionale, l'idée même qu'il puisse exister un intérêt général normand à défendre et à prendre politiquement en charge, ne pouvait pas exister.

Une suggestion...

Hervé Morin est politiquement seul dans le portage de l'intérêt général normand. Il serait donc judicieux de s'emparer de l'outil de la CTAP pour éduquer à la Normandie des élus locaux localistes concernant toutes les politiques publiques qui nécessitent de partager les compétences.

Pour une fois, l'imitation de l'exemple breton serait une bonne idée pour rattraper le retard normand et en finir avec le passif de la division normande sur un sujet aussi essentiel que celui de la jeunesse:

UN PLAN D'URGENCE POUR LA JEUNESSE NORMANDE, par exemple...