Hervé Morin, président normand heureux, s'active à faire rayonner plus encore le nom de la Normandie dans le monde entier. Ces temps-ci, le président certainement le plus heureux de tous les présidents de région de France, est à New York durant deux jours le temps de croiser les personnes indispensables dans les étages de l'imposant siège des Nations Unies:

Le forum international Normandie pour la Paix de Caen prépare sa 3ème édition qui aura lieu comme les précédentes, autour de la date du 6 juin. ce forum unique en son genre ciblé sur les questions de paix et de sécurité avec des invités choisis au niveau le plus idéal, celui des véritables acteurs de la sécurité collective internationale (haut-fonctionnaires internationaux, ambassadeurs, ministres, experts et chercheurs universitaires, ONG, chefs d'entreprise, journalistes...) est en train de prendre toute sa place dans l'agenda international. Dans les milieux internationaux en charge de ces questions sensibles de sécurité et de paix, on sait qu'il y a, désormais, le rendez-vous normand du 6 juin pour faire, ensemble, le tour d'horizon annuel des grandes urgences du moment avec la possiblité, à Caen en Normandie, de rencontrer  les personnes qui comptent dans un cadre moins formel que celui des rencontres officielles...

On sait bien qu'Emmanuel Macron, vexé par cette initiative normande portée par Hervé Morin, tente de faire vivre à Paris un forum international sur le même sujet ou presque adossé à l'anniversaire du 11 novembre: contrairement au forum normand, le forum parisien reste focalisé sur le niveau gouvernemental voire des chefs d'état... Pas sûr que cela soit très efficace car ce n'est pas à l'occasion d'une énième réunion de gros matous à Paris que les souris qui travaillent ces questions au quotidien voudront venir danser, d'où l'intérêt du forum normand...

Lire, ci-après, ce reportage proposé par... Ouest-France (eh oui!):

https://www.ouest-france.fr/normandie-pour-la-paix/normandie-pour-la-paix-herve-morin-en-premier-vrpaix-du-forum-aux-etats-unis-6622734

Normandie pour la paix. Hervé Morin en premier VRPaix du Forum aux États-Unis

MjAxOTExYTRiZTlmOGYwNmY4NWIwYjI3NGIyMWU2Yjk3N2M0MTg

Le président de la Région Normandie, Hervé Morin, a passé deux jours aux États-Unis pour asseoir la dimension internationale du forum Normandie pour la paix qu’il organise depuis deux ans. La prochaine édition aura lieu les 3, 4 et 5 juin 2020 à Caen, en amont du 75e anniversaire de l’Organisation des nations unies.

Il y a deux ans, le président de la Région Normandie Hervé Morin avait fait le déplacement jusqu’en Corée du sud, pour s’assurer la présence de l’ancien secrétaire général des Nations Unies Ban Ki Moon à la première édition du forum Normandie pour la paix.

L’an passé, c’est en Colombie que le Normand, accompagné de son vice-président François-Xavier Priollaud, avait monté l’organisation d’un match de football entre d’anciens combattants des Farc, leurs victimes et une sélection normande. La rencontre sportive a eu lieu à Bayeux, en juin 2019. Les travaux menés avec l’Indien Sundeep Waslekar, président du think-tank Strategic Foresight Group ont permis le déplacement à Caen de quatre Prix Nobel de la paix, co-rédacteurs du manifeste Normandie pour la paix.

En ce mois de novembre 2020, c’est lors d’un déplacement de deux jours aux États-Unis que le président normand a continué de renforcer la dimension internationale de son rendez-vous de dialogues et de médiation pour favoriser la résolution pacifique des conflits dans le monde.

« Un truc énorme »

Normandie pour la paix, Gérard Araud, ambassadeur de France aux États-Unis jusqu’au printemps 2019, en a entendu parler de l’autre côté de l’Atlantique. Pas seulement parce que le diplomate, qui garde un souvenir pluvieux du stage de huit mois qu’il a réalisé à la préfecture de Saint-Lô lorsqu’il était à l’Ena, est une vieille connaissance d’Hervé Morin : les deux hommes ont été les conseillers de François Léotard. Mais parce que « Nicole Gnesotto [lui] en a dit beaucoup de bien », souligne Gérard Araud. La présidente du conseil d’administration de l’Institut des hautes études de défense nationale était au forum en juin 2019.

« Tu es notre invité cette année », lance Hervé Morin, avant de présenter la prochaine édition. Du 3 au 5 juin 2020, à Caen, le Forum sera consacré à la thématique « Prévenir la guerre : répondre aux nouvelles menaces », le changement climatique, les inégalités et les questions technologiques. « Tu connais des acteurs industriels qui pourraient participer ? Tu as leurs coordonnées ? » interroge Hervé Morin.

Plus d’un atout dans son sac

Dossiers de présentation fraîchement imprimés, produits normands dans des sacs en toile, c’est les bras chargés que le président a enchaîné les rencontres dans les imposantes installations du siège de l’Organisation des nations unies à New York. Son objectif : construire un partenariat avec l’institution, qui fêtera son 75e anniversaire en 2020.

Secrétaire générale adjointe aux affaires de désarmement, sous-secrétaire général pour l’Europe, l’Asie centrale et les Amériques, direction du Programme de développement des Nations Unies, Hervé Morin invite à l’envi. L’événement intéresse. Le président joue malicieusement d’autres atouts. « Venez en Normandie, nous vous ferons découvrir le Mont-Saint-Michel », glisse-t-il à la première, Japonaise. « Le Forum aura lieu en même temps que le sommet Afrique-France de Bordeaux, rappelle-t-il à Abdoulaye Mar Dieye, du Pnud, amoureux de la Normandie qu’il a découverte en visitant le président sénégalais Senghor, à Verson. Et je pourrai vous faire visiter l’Imec, qui œuvre sur le fond de Léopold Sedar Senghor. »

Hervé Morin ne rencontrera pas, cette fois, le secrétaire général, Antonio Guterres. Cela ne l’empêche pas de multiplier les appels du pied pour parvenir à le faire venir en Normandie. « Cela ne me semble pas impossible, glisse Gérard Araud, représentant permanent de la France aux Nations Unies de 2009 à 2014. C’est un gros truc que vous avez monté, c’est énorme. »

Les participants au Forum 2020 pourraient produire une synthèse préparatoire à l’anniversaire de l’Organisation.

« Nous avons aussi la place pour vous accueillir, en Normandie, assure Hervé Morin aux représentants de l’Onu. Le Parlement européen veut installer chez nous son deuxième lieu de médiation pour la résolution de conflits après la maison Jean-Monnet. »

Un partenaire de poids pour les médiations

L’argument fait mouche lors de l’échange engagé avec Robert Malley, le directeur de l’International crisis group. Celui qui a conseillé Bill Clinton lors du sommet de Camp David sur le conflit israélo-palestinien, puis Barack Obama sur les questions moyen-orientales et fut l’un des négociateurs pour l’accord sur le nucléaire iranien, évoque la possibilité d’un partenariat avec la Normandie. « Nous travaillons sur le Venezuela, l’Iran, l’Ukraine… Pour les médiations, nous n’avons pas d’endroit pour accueillir les gens. »

Il reconnaît ne jamais avoir entendu parler du Forum. « Ce sont 6 000 personnes sur deux jours en 2019. Sans doute 10 000 sur trois jours en 2020, avance Hervé Morin. C’est vraiment un événement qui ne ressemble à rien d’autre dans le monde. »

Robert Malley jette un œil à son calendrier sur son téléphone. « A priori, en juin, ce serait parfait pour moi. Ma mère vit toujours à Paris, ce serait l’opportunité pour moi de venir en France. »

Un pari

Hervé Morin prépare ses rendez-vous dans le bus qui le conduit de lieu en lieu. Entre deux appels, il a le sourire. « Je crois qu’on est en train de réellement bâtir un événement international. Tout ça commence à prendre une crédibilité sérieuse. On l’a bien vu avec les contacts obtenus au plus haut niveau aux Nations unies. » Pas une fois, il ne fait état de son passage par le gouvernement. « Pas besoin, ils savent », balaie-t-il. Plus que le titre, il met en avant la richesse de son carnet d’adresses pour décrocher ces rendez-vous.

« Je peux le dire maintenant, quand on a lancé ce Forum, j’avais un doute. Je disais tout le temps à François-Xavier Priollaud, qui y consacre un temps fou avec des fonctionnaires de la Région hyper-motivés, que ce n’était pas gagné d’avance. On a pris un gros pari. Mais si vous ne risquez pas, vous ne pouvez pas réussir. »

Ce pari, poursuit-il, sert la région. « Chaque fois que nous parlons de la Normandie, chaque fois que la Normandie est portée dans le monde, chaque fois que des gens du monde entier viennent dans notre région, on fait gagner la Normandie, les Normands et les entreprises de Normandie. C’est ça qui fait la dynamique. Il y a tout ce qu’on peut faire en matière d’amélioration des infrastructures, des questions de recherche, de soutien aux investissements. Mais avoir de grands événements, c’est aussi participer au développement de la région et nous sommes en train de bâtir un grand événement. »

Le bus s’arrête. « Vous n’oubliez pas les cartes de visite », lance Hervé Morin à son directeur de cabinet. Le premierVRPaix de la Normandie n’a pas terminé sa journée.

Un million d’euros. C’est le budget que représente l’organisation du forum Normandie pour la paix, monté par les services de la Région Normandie. La première édition a eu lieu en 2018. La participation de partenaires privés, comme la SNCF qui supporte le transport des intervenants, laisse un reste à charge de 400 000 € à la collectivité. Hervé Morin pense que l’équilibre pourrait être atteint l’année prochaine, n’excluant pas l’arrivée d’un plus gros partenaire privé.