Fin 2011, débat public sur le projet de Ligne Nouvelle Paris-Normandie.

     Implication du conférencier en faveur du scénario C exécutée par voie numérique du 22 octobre au 22 décembre 2011…

     Extrait du "dialogue" entre le conférencier et le Maître d'ouvrage :

Q191 • Michel DUVAL, (LE HAVRE), le 21/10/2011 :

     Concernant le scénario C : page 90, il est écrit : « Après Rouen, on poursuit le plus directement possible en souterrain sous les forêts du Rouvray et de la Londe ». Ce tracé en souterrain surenchérit très fortement le coût ; n'est-il pas possible d'y substituer un tracé situé au maximum en lisière de ces forêts, en surface et, éventuellement, partiellement en tranchée ouverte ou couverte, ou même, le moins possible, en souterrain, pour minimiser le coût ?

     Même remarque pour le barreau sud et pour le site inscrit du pays d'Auge.

P.S. : il y a une énorme coquille au début du dernier paragraphe, en bas à gauche de la page 90 : il ne s'agit pas de la branche vers Rouen mais, bien sûr, Le Havre !

Le Maître d'ouvrage, le 08/11/2011 :

     Aujourd’hui, RFF ne définit pas encore de tracé pour les différents scénarios mais des options de passage d’épaisseur variable, généralement une dizaine de kilomètres. L’option de passage prévue pour le scénario C englobe également la lisière de forêt que vous évoquez, où se trouve d’ailleurs déjà l’autoroute A13. Un jumelage très serré avec cette infrastructure n’est toutefois pas évident ou réalisable, en raison notamment de rayons de courbes plus importants pour la ligne nouvelle à 250 km/h que pour l’A13. Enfin, en plus de la présence de la forêt de protection de La Londe Rouvray, le passage se fait dans un secteur vallonné. Compte tenu de l’importance de ces contraintes techniques et environnementales, RFF s’est fondé pour les estimations sur une traversée souterraine de la forêt. Néanmoins, il s’agit d’estimations « plafond » et les études ultérieures auront pour objectif de rechercher des optimisations.

     Votre remarque concernant la coquille page 90 est exacte.

Document découvert postérieurement au débat public sur l'implantation de la LNPN :

 

 Extraits cartographiques (RFP : Réseau ferré portuaire) :

 

Originale

Extraits commentés :

Page 1 Poids économique des 3 ports : Le Havre - Rouen - Paris

Synthèse des 3 ports

                40 000 emplois directs (120 000 emplois indirects probables)

                127 millions de tonnes traités (maritime + fluvial)

                1,2 milliards d’euros d’investissements sur 4/5 ans

Port de Rouen

                Hinterland > 22 millions d’habitants

                20 000 emplois directs et indirects

                Valeur ajoutée : 1,6 Mds d’€

Commentaire:

Oui, mais :

ratios "volume de sédiments dragués de 1996 à 2008 / trafic maritime de 1996 à 2008" :

Le Havre : 19,7 / 908,17 = 0,02

Rouen : 50,2 / 278,81 = 0,18

Conclusion : rapporté au trafic maritime des années 1996 à 2008, le volume de sédiments dragué de 1996 à 2008 pour l'accès au port de Rouen est au moins 8 fois plus élevé que celui dragué pour l'accès au port du Havre !

 

Page 2 Evolution du trafic fret ferroviaire

Rouen et le Havre : 6,4 Mt en 2008 à 5,4 Mt en 2010.

Rouen : 2,8 Mt en 2008 à 2,2 Mt en 2010 (-23%) à l’image de la tendance fret nationale. (Rouen : 6 Mt en 1999)

Commentaire

=> Fret ferroviaire du Havre :

En 2008, 56,25 % du total Le Havre + Rouen ;

En 2010, 59,26 % du total Le Havre + Rouen.

     Quel serait le résultat si Le Havre était désenclavé au sud par un franchissement ferroviaire de l'estuaire aval de la Seine ?

     Les Rouennais s'en doutent puisqu'ils font obstacle à la réalisation de ce franchissement...

 

Page 4 Raisons du déclin du fret ferroviaire

Côté offre de service :

…/... Délaissement du réseau capillaire : arrêt de l’activité ferroviaire pour certains chargeurs de l’Hinterland (1) …/...

Côté demande de service

…/... Forte compétitivité du mode routier… (2)

Commentaire

(1)

N'y a-t-il vraiment que l'arrêt de l'activité ferroviaire pour certains chargeurs de l'hinterland comme cause du délaissement du réseau capillaire ?

Si on avait désenclavé Le Havre au sud par un franchissement ferroviaire aval de l'estuaire, le réseau capillaire autour de l'axe Serquigny - Pont-Audemer - Honfleur aurait peut-être été moins... délaissé !?...

(2)

Forte compétitivité du mode routier...

Par exemple, sur l'estuaire aval de la Seine :

Franchissements routiers : 2

Franchissement ferroviaire : ZERO !

 

Page 5 Besoins de sillons et Hinterland

     A l’horizon 2020 / 2030, le besoin de sillons des 2 ports (GPMH + GPMR) est de 70 à 75 trains par jour (deux sens confondus) (1) dont 25 à 35 trains / jr pour le GPMR.

     Au niveau de l’hinterland, les besoins de sillons se situent :

                …/...

                Vers l’ouest (les produits agricoles et engrais) (2)

                Vers le sud pour les conteneurs et marchandises diverses. (2)

Commentaire

(1)

   C'est bizarre que les Rouennais évoquent les besoins des deux ports (GPMH + GPMR) alors que dans la réalité, ils jouent "perso" !

(2)

   Vers le sud, pour les conteneurs et marchandises diverses - et vers l'ouest, ne manquerait-il pas un franchissement ferroviaire aval de l'estuaire... à la réalisation duquel les Rouennais font obstacle tout en évoquant le besoin de sillons des 2 ports (GPMH + GPMR) !...

 

Page 8 « Accès Sud au RFP de la rive gauche »

« Voir carte »

Commentaire

     Lors du débat public sur la LNPN, lors de l'évocation du scénario C, il était soi-disant impraticable et/ou trop onéreux de faire repartir les trains de la nouvelle gare de St Sever vers le Havre par la rive sud de la Seine en traversant la forêt du Rouvray...

     Or, que constate-t-on sur la carte ci-dessus, présentée par un opposant latent au désenclavement ferroviaire du Havre par le sud ?

     Qu'il existe une voie ferrée en direction de St Pierre-lès-Elbeuf (en vert sur la carte) qui traverse le tracé de la voie ferrée Rouen - Serquigny - Caen et... Le Havre, etc... (en bleu sur la carte) avec laquelle il aurait été possible de se raccorder facilement (en orange sur la carte) !

Commentaire complémentaire :

     Bizarre ! le Maître d’ouvrage n’a pas pensé à envisager la reprise, même partielle, de la ligne Rouen – Saint-Pierre-Lès-Elbeuf et son éventuel raccordement à une ligne existante ou nouvelle en direction de Caen et du Havre… alors que le directeur du GPM de Rouen a attiré l’attention dessus dans son intervention, en page 8 de son document Powerpoint…

 

Page 9 Autres points de blocage à lever

…/... Avoir une vision globale des capacités de fret à l’échelle de l’Axe Seine

Commentaire

     En se gardant bien d'y intégrer le problème du besoin de désenclavement ferroviaire du Havre au sud !...

Michel Duval, janvier 2017

A suivre...