Le 1er janvier prochain, cela fera quatre ans que la Normandie a recouvré son unité suite à une réforme de fusion régionale désastreuse voulue par le Rouennais François Hollande... Réforme désastreuse partout en France où elle s'est appliquée au forceps... sauf en Normandie où il s'agissait de recoudre ce qui n'aurait jamais dû être déchiré.

Les archives de l'Etoile de Normandie pourront en attester. Laurent Beauvais qui fut pendant sept ans le dernier président de la ci-devant "Basse-Normandie", était et demeure un partisan convaincu de l'unité de la Normandie et de son utilité: on ne reviendra pas sur cette conviction qui, parfois fut pour lui bien difficile à porter face à son redoutable camarade socialiste de l'ex Haute-Normandie qui se déchaînait contre l'idée même qu'il puisse exister une unité normande. S'en sont suivis pour Laurent Beauvais de grands moments de solitude qui achevèrent de le convaincre qu'il était urgent de réunifier la Normandie pour la sortir du trou où elle se trouvait.

Alors pour comprendre la situation rapportée ci-dessous bien au delà de ce qu'une journaliste de Ouest-France encore marquée par strabisme localiste anti-rouennais pourrait en comprendre, rappelons simplement ces deux évidences:

1) La Normandie ne divise pas, elle rassemble.

2) Et elle commence par rassembler toutes celles et tous ceux qui se sont engagés politiquement et publiquement pour sa réunification.

Il est donc normal que le réunificateur Beauvais s'entende avec la réunificateur Morin... On ne sera pas surpris qu'il n'en soit pas exactement de même avec Nicolas Mayer-Rossignol qui eut pour mentor un certain Le Vern et qui fut un dernier président d'une ci-devant Haute-Normandie qu'il a, un temps, souhaité mariée à la Picardie avant de se raviser devant la force de l'évidence du retour à l'unité normande.

Certains se sont servis de la Normandie pour faire de la politique. D'autres ont fait de la politique pour servir la Normandie: Laurent Beauvais illustre bien évidemment le second cas de figure...

(source: Ouest-France 16/12/19)

test0333