Dans Paris-Normandie (6 janvier 2020) on pouvait prendre connaissance des grandes lignes du programme que portera le socialiste dernier héritier de la Fabiusie locale Nicolas Mayer-Rossignol pour la ville et la métropole de Rouen.

Il ne s'agit là que des "grandes lignes" et on peut, d'ores et déjà, s'inquiéter de l'absence des sujets les plus essentiels pour l'avenir même du territoire métropolitain rouennais, à moins qu'il ne faille attendre une seconde présentation qu'il faut espérer plus exhaustive sinon plus approfondie et sérieuse au risque de faire passer les mesures (souvent bonnes notamment au niveau du cadre de vie et de l'écologie) présentées ci-dessous pour des mesures cosmétiques!

En effet, Nicolas Mayer-Rossignol ne nous dit rien quant à la façon de concilier les nécessités de la transition écologique avec les réalités industrielles et portuaires rouennaises qui demeurent vivantes depuis près de... trois siècles: Nicolas Mayer Rossignol nous parle d'une fête de la Seine (elle existe déjà avec l'Armada) mais ne dit pas un mot sur le port de Rouen de même qu'il ne dit rien sur ce qui symbolise à Rouen la difficulté de concilier l'écologie et l'industrie: quid de l'avenir l'éco quartier Flaubert?

Nicolas Mayer-Rossignol veut se présenter aussi à la métropole et mener une campagne électorale et un débat public commun tant pour la ville que pour la métropole est la seule bonne chose à faire. Très bien. Mais que nous dit-il sur sa vision de l'avenir de la métropole de Rouen tant du côté de faire évoluer d'urgence sa gouvernance que du rôle qu'elle doit jouer avec la région Normandie? Pas grand chose, sinon rien...

Et du côté de la culture et de la promotion d'un patrimoine historique et artistique rouennais exceptionnel par sa richesse et sa densité? Rien. On attendra, là encore, des annonces ultérieures...

Enfin, concernant le contournement Est, faut-il une girouette supplémentaire dans le ciel de la ville aux cent clochers?

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/municipales-a-rouen-nicolas-mayer-rossignol-devoile-les-grands-axes-de-son-programme-MO16181937

nicolas-mayer-rossignol_26412912_20200106182605

Municipales à Rouen : Nicolas Mayer-Rossignol dévoile les grands axes de son programme

Politique. Nicolas Mayer-Rossignol livre quelques-uns des axes de son programme. Le candidat veut notamment étudier la gratuité des transports et la piétonnisation de la rue Jeanne-d’Arc le samedi.

« Je veux que Rouen passe en ligue des champions. » Entouré de quelques membres de son équipe, Nicolas Mayer-Rossignol a opté pour un vocabulaire sportif pour marquer les esprits. Lundi 6 janvier 2020 en conférence de presse, quelques heures avant le coup d’envoi entre le FCR et Metz, pour les 32e de finale de Coupe de France, le capitaine du collectif #FiersdeRouen, candidat à la mairie de Rouen « et à la Métropole », était raccord avec l’actualité footballistique. L’ancien président de Région PS toujours conseiller municipal rouennais a détaillé son plan tactique pour rendre Rouen et son territoire exemplaires s’il était élu aux municipales de mars prochain, en termes d’écologie, d’humanité et de créativité.

Créer un comité Thunberg

Clairement, le candidat, qui ne renie pas ses valeurs socialistes, veut faire monter la ville sur la plus haute marche du podium. « Rouen doit devenir capitale de la transition écologique. » Le candidat à l’accession au fauteuil de maire et de président de la Métropole sait que cela prendra du temps, mais il veut être celui qui divisera par deux le nombre de jours dans l’année où le seuil de la qualité de l’air est dépassé. Il veut être celui qui défendra un territoire à « zéro artificialisation » ; qui, à l’horizon 2026, présentera Rouen comme une ville sans pesticides ; qui rendra la COP21 locale (à l’échelle de la Métropole) permanente. Et qui, pour tout ça, proposera « la création d’un comité Thunberg composé de lycéens, d’associations et de citoyens tirés au sort pour contrôler, superviser la mise en œuvre concrète de ces actions », annonce Nicolas Mayer-Rossignol, qui veut faire de Rouen la ville, non plus seulement aux cent clochers, mais aux cent jardins avec la perspective de compter autant d’arbres que d’habitants.

Contournement Est : des doutes...

Même s’il ne présentera son programme que d’ici un mois, sa feuille de match affiche déjà des mesures concrètes. Au chapitre des transports et des déplacements, le candidat envisage « d’étudier sérieusement la gratuité des transports en commun le samedi ». Mais aussi d’expérimenter la piétonnisation de la rue Jeanne-d’Arc le samedi après-midi (qui pourrait favoriser le commerce local) et de tripler le périmètre de pistes cyclables (à l’échelle de la Métropole). Sur la Seine, NMR envisage aussi un service de transports en commun sur la longueur du fleuve (et non plus seulement pour le traverser). Le candidat rêve d’ailleurs d’une fête de la Seine.

Le contournement Est de Rouen ? Nicolas Mayer-Rossignol, qui a soutenu le projet, émet aujourd’hui « des doutes sur les conséquences qu’on nous promet »... Le candidat dit ne pas être favorable à un péage sur ce tronçon autoroutier qui coûtera un milliard d’euros. « La première priorité, c’est le train [...] C’était peut-être un bon projet il y a 30 ans..  »

La propreté sera aussi au cœur de son programme pour faire de « Rouen la ville la plus propre de France ». Un objectif qui devra être porté par une ambition collective citoyenne via un énorme « travail de pédagogie », mais aussi « des sanctions ».

Mettre en place le permis de louer, favoriser l’installation de médecins, lancer un plan Marshall de rénovation des écoles, demander plus de moyens de police nationale... Le programme de Nicolas Mayer-Rossignol se bâtit jour après jour et prend forme à moins de 70 jours du premier tour de scrutin.


Dans la dernière édition de la Chronique de Normandie éditée par Bertrand Tierce (n°608 datée du 6 janvier 2020), nous avons relevé les analyses suivantes qui éclairent une question rouennaise plus que jamais complexe: il faut vraiment un cap sinon un capitaine à Rouen. La Normandie a besoin d'avoir enfin une vraie métropole régionale!

rouen1

rouen2

rouen3

rouen4

rouen5


 

Commentaire de Florestan:

La question du financement d'un tunnel profond sous la Seine à Rouen pour passer de Saint-Sever rive gauche au plateau de Caux rive droite risque de condamner définitivement la... LNPN. A moins d'envisager, à nouveau, de façon sérieuse le fameux scénario C avec franchissement ferroviaire sous-fluvial dans l'estuaire...