Et une polémique d'autant plus inutile que l'on ne connaît pas ni le contenant et encore moins le contenu de ce projet de créer un spectacle grand public de vulgarisation historique selon les principes de l'histoire publique mis en oeuvre un peu partout en Occident sauf en France où la formule reste encore taboue du fait du rôle de précurseur joué en la matière par un certain Philippe de Villiers pour la promotion d'une mémoire historique particulière rejetée, et pour cause, du roman national français officiel: il est clair que raconter l'histoire de la Vendée des Chouans qui était le point de départ du spectacle crée au Puy-du-Fou c'était aussi bousculer frontalement l'histoire sainte officielle d'une Révolution française dominée par le récit des vainqueurs, à savoir les Jacobins contre tous les vaincus: les Chouans mais aussi les Girondins.

Alors, évidemment, dès que le sujet devient idéologique plus que politique, le réflexe dans le débat public français c'est de sortir sa pétition ou de lancer une chasse aux sorcières...

Cependant, même si on peut trouver intéressante voire pertinente de renouveler l'approche de l'histoire et de sa mémoire par de nouveaux outils pédagogiques (c'est le but de la démarche de l'histoire publique) en direction d'un grand public qui aime l'histoire mais qui ne peut y entrer par la voie académique, il y a des précautions à prendre pour marcher intelligemment et courageusement sur ce qui s'apparente à un chemin de crête car il ne s'agira en aucun cas d'un Puy-du-Fou bis (le Puy-du -Fou ne se trouve qu'en Vendée) ou d'un nouveau Disneyland où le ludique prime sur l'éducatif et le pédagogique.

Il s'agit de réaliser un projet d'éducation populaire. Voilà l'enjeu véritable.

Et pour parvenir à cet objectif il faut veiller très précisément et très précieusement aux problématiques suivantes:

1) Les sites historiques de la bataille de Normandie et des plages du Débarquement doivent demeurer des sanctuaires où le pélerinage laïc de la piété et de la mémoire doit se poursuivre en privilégiant la transmission entre les générations par le truchement d'amitiés locales devenues filiales entre les populations normandes et les descendants des vétérans alliés.

2) Le futur spectacle ne doit pas présenter l'histoire officielle du Débarquement, à commencer par l'histoire vue par la seule armée américaine: s'il y a de la lumière il y a aussi de l'ombre. Il faudra donner la parole à toutes les mémoires y compris les mémoires meurtries.

3) Le spectacle doit montrer que les Normands ont été aussi les acteurs de la "l'Histoire avec une grande hache" (Georges Pérec): Les Normands ont certes subi le Débarquement et ses bombardements mais la résistance normande a joué un rôle déterminant, sinon essentiel, pour sa réussite. Il faut que cette histoire totalement méconnue soit enfin racontée à tous!

3313714732_1_5_agyJUak7

On ne le sait pas assez mais la réussite du plan de sabotage ciblé de la résistance normande des communications militaires allemandes a été décisive pour la survie de la tête de pont établie par les forces alliées le matin du 6 juin 1944 sur nos plages. Grâce à cette action de la résistance normande, l'armée allemande a perdu un temps précieux dans sa contre-offensive face aux Alliés. Les bombardements massifs sur les villes normandes n'ont eu aucune utilité militaire: nos villes ont été sacrifiées... pour rien!

Voir, ci-après, la pétition qui circule depuis peu sur ce sujet:

https://www.mesopinions.com/petition/autres/contre-creation-puy-fou-version-debarquement/79363

Voir enfin cet article de Ouest-France (20/01/20)

ddayland

Dans l'édition du 24/01/20 de Ouest-France, on lira les précisions suivantes:

ddayland