Dixit Michel Segain, le patron du patronat portuaire français: "le gouvernement ne se rend pas compte de l'ampleur du désastre!"

La lecture de l'article ci-après (Ouest-France) est édifiante...

https://www.ouest-france.fr/normandie/le-havre-76600/reforme-des-retraites-les-pertes-pour-les-ports-francais-estimees-500-millions-d-euros-6709153

MjAyMDAxMGMyZjJkZTgzMTVlZGJkN2MxZTNmY2QxNmZhYWVhMDM

Réforme des retraites. Les pertes pour les ports français estimées à 500 millions d’euros

À la veille d’un nouveau mouvement de grève contre la réforme des retraites, annoncé le 29 janvier 2020 à l’appel de l’intersyndicale, l’Union maritime et portuaire de France (UMPF) évalue à plus de 500 millions d’euros les pertes dues aux mouvements sociaux sur le territoire national.

Communiquer ou ne pas communiquer ? Les avis divergent. Difficile encore d’avoir les chiffres exacts des préjudices sur l’économie portuaire des mouvements sociaux contre le projet de réforme des retraites.

Au Havre, le Grand port maritime établissait un premier constat, le 22 janvier, qui faisait apparaître une perte pour les ports de l’axe Seine sur quatorze jours de grève et de blocages complets de près de 100 000 EVP (63 000 conteneurs) et près de 300 emplois, avec l’annulation ou le retard de 227 escales depuis l’opération « ports morts ».

Les petites entreprises les plus touchées

S’y ajoute, pour les trois derniers jours de « ports morts », du 14 au 16 janvier, l’annulation de 21 escales de porte-conteneurs, sur 25 prévues.

Au Havre, Michel Segain, président de l’Union maritime et portuaire de France (UMPF) qui compte plus de 1 600 entreprises et 80 000 salariés, et de l’Union maritime et portuaire du Havre, essaye de recueillir, port par port, les impacts des grèves. À ce jour, il évalue déjà à plus de 500 millions d’euros les pertes pour tous les ports : « Le gouvernement ne se rend pas compte de l’ampleur du désastre ! »

Le président de l’UMPF se rendra ce mardi 28 janvier 2020 à la préfecture de Seine-Maritime pour traiter de la question des plans de sauvetage à mettre en place pour les entreprises fragilisées, « essentiellement les petites entreprises les plus lourdement impactées ».

Natalie DESSE.


 "Et en même temps..."

https://www.ouest-france.fr/elections/municipales/edouard-philippe-au-havre-ce-vendredi-pour-lancer-la-campagne-des-municipales-6708880

Édouard Philippe au Havre ce vendredi pour lancer la campagne des municipales

Le Premier ministre sera en déplacement dans la ville de Normandie dont il a été maire de 2010 à 2017. Le Havre est le théâtre d’une forte contestation contre la réforme des retraites.

MjAyMDAxZjE1YzBkNzQ4YTE2Yjg2ZDFjZGZiOWJkZDg1Mjk5YTI

Le Premier ministre Édouard Philippe sera vendredi 31 janvier au Havre, dont il a été maire de 2010 à 2017, pour le lancement de la campagne des municipales dans cette ville où la contestation sociale est vive, a-t-on appris lundi auprès de la mairie.

Édouard Philippe, qui est toujours conseiller municipal au Havre sera-t-il candidat, et si oui quel rang aura-t-il sur sa liste ? L’ex-LR proche d’Alain Juppé avait indiqué en septembre qu’il ne « donnerai(t) pas (sa) réponse avant janvier ».

Une réunion publique prévue vendredi

Une réunion publique de lancement de la campagne des élections municipales est prévue en présence notamment du Premier ministre, du maire LR Jean-Baptiste Gastinne, de la députée Agir Agnès Firmin Le Bodo et de la sénatrice LR Agnès Canayer, a indiqué Jean-Baptiste Gastinne, confirmant des informations de presse.

La réunion doit avoir lieu vendredi à 19 h dans une salle d’une capacité de 250 personnes, a précisé une source proche de la majorité municipale.

L’idée c’est de montrer que tout le monde (à droite et au centre, ndlr) est rassemblé pour le lancement de la campagne, a ajouté cette source.

Jean-Baptiste Gastinne est prêt à participer à une liste aux côtés du Premier ministre, que ce soit pour la mener ou pas, selon le souhait d’Édouard Philippe, selon la source proche de la majorité municipale.

La décision du Premier ministre interviendra en plein débat sur la réforme des retraites et dans un contexte social particulièrement agité au Havre. Vendredi, 7 500 personnes y ont défilé contre la réforme des retraites, selon la police, 65 000 selon la CGT.

Le 15 janvier, un commissaire de police a eu un doigt arraché lors d’un rassemblement contre la réforme des retraites devant la CCI du Havre.

En face, le Parti communiste

Édouard Philippe avait été élu dès le premier tour en 2014 avec plus de 52 % des voix. Mais s’il était à nouveau candidat, il devrait cette fois affronter notamment la liste menée par le député PCF Jean-Paul Lecoq dans cet ancien bastion communiste. Le conseiller municipal EELV Alexis Deck a aussi annoncé qu’il mènerait une liste à laquelle le PS s’est allié.

La fin de mandature a été agitée au Havre avec trois maires en deux ans, et la démission retentissante, en mars, de Luc Lemonnier (ex-LR) après une polémique liée à la diffusion de photos de l’élu nu.

L’ancien maire LR du Havre Antoine Rufenacht, qui a ravi la ville aux communistes en 1995, a été invité mais ne pourra être présent, ont aussi indiqué les services de la mairie.

 


 Commentaire de Florestan:

Les rats commencent à quitter le navire... Gérald Darmanin, l'actuel ministe du budget se prépare à s'en retourner à Tourcoing (il y est tête de liste pour les municipales). La situation est plus compliquée pour Edouard Philippe au Havre dont la ville et le port sont ciblés par les opposants à sa politique autiste quant à la réforme des retraites. La retraite d'Edouard Philippe au Havre pourrait être même compromise compte tenu des importants dégâts collatéraux observés au Havre en raison du charivari national sur la réforme des retraites organisé par Emmanuel Macron et Edouard Philippe avec le concours de la CGT...

Même le Conseil d'Etat s'en mêle avec un avis sur le texte de la réforme des retraites particulièrement sévère donné le 24 janvier dernier: le texte du gouvernement, aux dires des magistrats du Conseil d'Etat serait, à la fois, illégal et anti-constitutionnel!

https://www.francetvinfo.fr/economie/retraite/reforme-des-retraites/retraites-apres-l-avis-tres-critique-du-conseil-d-etat-que-faut-il-attendre-du-projet-de-reforme_3799787.html

Qui restera encore à bord de la "nef des fous"?

Jheronimus_Bosch_011