Depuis l'officialisation du Brexit à la lecture de certains articles, nous nous interrogeons sur l'angle éditorial choisi par Ouest-France que nous venons de prendre en flagrant délit de diffusion de fausses informations sur le sujet sensible de l'avenir de l'accès des eaux territoriales de Guernesey aux pêcheurs "français" (Bretons si l'on traduit en langage occidentalo-français).

On a l'impression d'une volonté de jeter de l'huile sur le feu dans on ne sait quelle stratégie de la tension alors que les responsables politiques du dossier ( Hervé Morin, le président de la Normandie, Marc Lefebvre, le président du conseil départemental de la Manche ou Philippe Gosselin, le député de la Manche), appellent au calme et au sang-froid dans la perspective de la négociation qui aura lieu pour repenser la pêche entre la côte française et les îles anglo-normandes.

Annoncer, par exemple, ceci...

(capture d'écran du site internet de Ouest-France en date du 03/02/20)

https://www.ouest-france.fr/normandie/port-en-bessin-huppain-14520/brexit-deux-ministres-rencontreront-les-pecheurs-normands-port-en-bessin-6719297

Capture

 

... est TOTALEMENT FAUX!

Il est, en effet, faux de dire que les eaux de Guernesey sont interdites aux pêcheurs normands (mais aussi et surtout bretons) depuis le 1er février dernier: on vous renvoie à la lecture du billet précédent sur le sujet pour connaître tous les détails et les explications nécessaires!

http://normandie.canalblog.com/archives/2020/02/02/37991977.html

Alors quand un grand quotidien régional qui a pignon sur rue dans tout l'ouest de la France se permet une telle licence avec la vérité (techniquement, c'est une "infox") on est en droit de s'interroger...

Que cherche à provoquer Ouest-France dans cette aventure?

S'agit-il de torpiller la relation spéciale de confiance établie depuis des années et renforcée depuis le Brexit entre les collectivités territoriales normandes (la région et le département de la Manche) et les diverses autorités des îles anglo-normandes?

Une relation de confiance qui ne pourrait profiter qu'aux pêcheurs... normands au moment de négocier un nouvel accord?

Bien entendu, ce ne sont que des suppositions et nous espérons qu'elles sont aussi fantaisistes que les informations parfois rapportées par Ouest-France. Mais comme le dit le proverbe: "on ne prête qu'aux riches!"