Tous les lecteurs de l'Etoile de Normandie seront scandalisés par ce qu'ils vont apprendre ci-dessous:

En 2020, plus de 50 années après les premiers grands excès d'une parenthèse agro-productiviste industrielle qui se referme progressivement sous nos yeux avec un bilan déplorable (ruine de la biodiversité, agonie des sols, massacre du paysage, pollutions chimiques, maladies professionnelles, baisse de la qualité des productions, effondrement des prix, suicide des exploitants agricoles, ruine de l'image sociale du métier d'agriculteur, n'en jetez plus!) il se trouve encore quelques irresponsables pour mener le combat d'arrière garde de trop!

25128-200213155127037-3-768x512

Un propriétaire exploitant agricole qui use et abuse de son droit a donc décidé de massacrer à la tronçonneuse et au caterpillar un ensemble complet de prairies bocagères situées sur la commune de Pont-D'Ouilly dans le département du Calvados: la commune de Pont-D'Ouilly n'est, hélas, pas située n'importe où puisqu'il s'agit de la vallée de l'Orne en amont de... Caen.

Et l'on sait depuis quelques fameuses inondations catastrophiques en Bretagne, du côté de Morlaix, le rôle joué par les prairies et le système des haies de bocage pour retenir les eaux sur la pente ou pour l'absorption des eaux de pluie dans les sols.

Ce qui se passe en ce moment à Pont-D'Ouilly est absolument irresponsable sinon scandaleux:

Il est donc impératif qu'une suite politique et judiciaire aussi rapide que ferme soit donnée à cette affaire qui n'est pas simplement qu'une affaire privée mais une affaire d'intérêt général.

Une clameur de Haro collective doit être poussée à Pont-D'Ouilly: les riverains sont en colère et des troubles à l'ordre public peuvent survenir. Les élus de la communauté de communes mais aussi ceux du département du Calvados doivent intervenir.

Enfin, la rédaction de l'Etoile de Normandie demande solennellement au conseil régional de Normandie représenté par Monsieur Hervé Morin d'intervenir, dans le cadre de ses compétences et de ses pouvoirs, pour faire cesser au plus vite cette triste affaire qui tombe fort mal au moment où la région annonce la mise en oeuvre prochaine d'une politique régionale de préservation du bocage normand, un patrimoine naturel et culturel précieux qu'il faut sauvegarder alors que se précisent les conséquences du changement climatique en Normandie.

On remerciera Christophe Rivard de l'Orne Combattante pour avoir donné l'alerte:

https://actu.fr/normandie/pont-douilly_14764/a-pont-douilly-suisse-normande-defiguree-par-haies-arrachees_31461358.html

A Pont-d’Ouilly, la Suisse normande défigurée par des haies arrachées

Triste spectacle, ce week-end, à Pont-d'Ouilly. Un agriculteur a procédé à l'arrachage de haies pour y faire de la culture. Ses voisins sont bouleversés. Rencontre.

25128-200213155126803-2-768x576

« C’est un massacre, une catastrophe ! » Charles Burtin est écœuré. Samedi 8 février 2020, il se trouvait au pied d’un champ dont il est locataire, mais que le propriétaire a récupéré par voie de justice, à Pont-d’Ouilly, entre Flers, Condé-sur-Noireau et Falaise (Calvados).

Jusqu’à ces dernières semaines, il s’agissait de prairies sur lesquelles paissaient ses bovins. En fin de semaine, sont arrivés des engins.

« La Suisse-Normande est un pays bocager »

L’agriculteur est dépité :

Ils ont arraché les haies. Il fait des trous dans le champ, redressé au bulldozer pour redresser des vallons. Aujourd’hui, on voit que c’est tout un désastre.

Lire aussi : Condamnés pour arrachage de haies dans le Couloir de la mort à Chambois près d’Argentan

Au-delà de voir ses anciennes terres métamorphosées de la sorte, il estime « que la Suisse normande est un pays bocager. On doit respecter les haies et la nature telle qu’elle était auparavant. On n’est pas dans une zone de plaine. S’il voulait des grands espaces, ce n’est pas ici qu’il fallait qu’il exploite. Il n’y a plus du tout de petit gibier, avec ce qu’il vient de faire, que ce soit petit gibier ou insectes qui participent à l’écosystème. Cette personne se permet de pulvériser des produits phytosanitaires au-dessus des mares. C’est une pollution aggravée. Il ne respecte rien. »

25128-200213155126578-0-768x512

Il espère pouvoir obliger le propriétaire à tout remettre en état. S’il n’est pas agriculteur bio, Charles Butin fait « de l’agriculture raisonnée. Pour que la nature nous respecte, il faut la respecter. »

« C’est un monsieur qui transforme une région »

Il n’est pas le seul à être retourné par ce changement de paysage. Comme ce voisin.

Lire aussi : La commune en lutte contre l’arrachage des haies

Tous les jours, vous allumez votre poste et vous entendez parler d’écologie. Ce monsieur-là rase tout. Il a traité toutes les pairies au Roundup, au glyphosate. Il va même jusqu’à attaquer une colline. C’est un monsieur qui transforme une région. C’est inadmissible.

Pour le voisin, également agriculteur, « aucune demande n’a été faite en mairie ».

Lire aussi : L’arrachage de haies, près de Flers, inquiète les écologistes

De son côté également, il veut bouger :

J’ai 60 ha en 100 % naturels. La semaine prochaine, je vais appeler la direction de l’agriculture. Je vais leur demander si je peux en faire autant. Ils vont me dire que c’est interdit. Alors, je leur répondrai qu’il y a deux lois.

« En réalité, il a un demi-siècle de retard »

Toujours pour ce voisin, « ce type d’agriculture que le nouvel exploitant est en train de mettre en place, c’est une agriculture dont plus personne ne veut maintenant. Ils croient être en avance, être moderne ; en réalité, il a un demi-siècle de retard. Ce sont des façons de faire des années 70. »

De ne pas comprendre la volonté de voisin :

En France, on est en retard sur le plan environnemental. Mais c’est vrai que quand on voit ça…

Lire aussi : Le Perche deviendrait-il une petite Beauce ?

Et de se souvenir :

Là où se trouve le bulldozer, il y avait la plus belle haie de noisetier de la région. J’ai interdit qu’il touche à mes haies, mais regardez ce qu’ils ont fait (voir photo). Quand je vois ça, ça me révolte ! Là où il y a des tas de terre, c’est là où il y avait des haies. Il est en train de faire une pleine au milieu de la Suisse normande. Ça gâche tout le paysage. Après, on dit que c’est de la faute des agriculteurs. Mais, avec des imbéciles comme ça, c’est sûr.

Aujourd’hui, plus une haie ne subsiste sur ces parcelles. Une image difficile à soutenir dans cette région qui se veut à la fois touristique et dans la défense de l’environnement…

Par :


 

Voir aussi:

https://actu.fr/normandie/putanges-le-lac_61339/lassociation-val-dorne-environnement-denonce-nouveau-massacre-haies-putanges_31416079.html

L’association Val d’Orne Environnement dénonce un nouveau massacre de haies à Putanges

25174-200212102845533-0

L'association Val d'Orne Environnement vient d'alerter les élus et les collectivités locales de la coupe sauvage de haies à Putanges-le-Lac.

Lors de son assemblée générale, mardi 4 février 2020, l’association Val d’Orne Environnement s’est indignée de l’entretien désastreux de haies sur Putanges-Pont-Écrepin.

L’association s’insurge dans un courrier envoyé à la préfète de l’Orne, aux élus locaux, au Département, à la Région et à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) :

Cet hiver, l’entretien des haies souvent confié à des entreprises est une véritable catastrophe pour notre environnement. Tout est coupé à 50 ou 60 cm de hauteur sans distinction entre les arbres, les arbustes, le bourrage… Pour les grands arbres, le recépage est compromis car la coupe est trop haute et la surface de coupe éclatée. Sur la commune, 2 km supplémentaires de haies classées viennent de subir un tel traitement. »

L’association vise un exploitant en particulier :

Cet agriculteur que nous connaissons avait déjà sévi par le passé et avait déjà fait l’objet d’avertissements, qu’il s’est visiblement empressé d’ignorer. Nous sommes donc fondés à redouter qu’il poursuive dans la même voie car d’autres haies classées se trouvent sur son exploitation, sans compter les voisins qui pourraient se sentir « libérés » par cette démonstration d’impuissance publique. »

Lire aussi : Dans le pays de Flers, trois réunions d’informations sur l’aide à la plantation de haies bocagères

Dans la région, la pratique d’arrachage ou d’élagage excessif des haies bocagères semble monnaie courante. Comme ici, début février 2020, à Pont-d’Ouilly, entre Falaise et Condé-sur-Noireau (voir plus haut)

Plan régional en faveur du bocage

Val d’Orne Environnement s’indigne d’autant plus que les collectivités locales commencent à prendre la mesure du problème.

La Région Normandie accompagne les exploitants agricoles dans la restauration du bocage normand, avec l’aide de l’Europe et des agences de l’eau.

En ouverture de la dernière assemblée plénière du conseil régional, lundi 10 février 2020, le président de la Région Hervé Morin a rappelé que la collectivité a pris « la haie normande comme symbole de la protection de la biodiversité ».

À ce titre, la Région veut « coordonner les aides financières de tous les acteurs ? Région, départements, agences de l’eau et ADEME -, simplifier l’accès à ces accompagnements et porter collectivement un grand plan d’actions en faveur du bocage normand ».

Lire aussi : Le président de la région Normandie Hervé Morin présente des solutions pour une politique sur les haies

La CdC du Val d’Orne s’engage de son côté dans une plantation de haies, tout comme le Département et la chambre d’agriculture de l’Orne, qui apportent soutien financier et aide technique en la matière.

Des croyances à remettre en cause

L’association Val d’Orne Environnement s’interroge :

Faut-il imposer des règles d’entretien ? Sur quels principes ? Avec quels moyens ? Il faut faire respecter la loi enfreinte par une minorité ravageuse et, si besoin, réfléchir à des solutions pour pérenniser les haies, et, au-delà de pseudo-croyances traditionnelles, qui osent prétendre que cela ne sert à rien, reconsidérer le bocage comme un système complexe. »

Lire aussi : Des élèves ont replanté une haie dans le jardin de l’école de Rânes