Lundi 17 janvier 2020 à Caen, grande réunion de crise organisée par la région Normandie et l'agence régionale de la santé (qui dépend du Premier ministre via le préfet de région) pour faire le point sur les progrès de plus en plus inquiétants du désert médical en Normandie.

Des mesures nationales (suppression du numerus clausus) ont été prises pour reconstruire la démographie médicale mais le mur du départ massif en retraite de l'actuelle génération de médecins généralistes s'approche: il faut donc anticiper et prendre des mesures innovantes dès maintenant.

La région Centre-Val-de-Loire a pris récemment une mesure originale sinon audacieuse:

pour attirer les jeunes médecins sur son territoire elle a décidé de les... salarier directement sur la base d'un contrat de territoire qui engage le jeune praticien durant quelques années.

La région Normandie fait preuve d'audace et d'agilité sur les questions économiques, entrepreneuriales et industrielles: pour ne pas faire la même chose sur la question médicale?

Autre sujet, ou plutôt, passif de la division normande en raison du faible rayonnement de Caen ou de Rouen des années durant... Il n'y a pas de faculté dentaire en Normandie!

Hervé Morin a promis que pour le projet normand à mettre en oeuvre à partir de 2021 la question de rattraper les retards structurels normands en matière de santé sera l'une des principales priorités: la question de créer enfin une faculté dentaire normande fait partie des dossiers qui seront mis à l'étude...

la-gueule-du-leopard-08ee447b-ca97-4fbd-83ae-3fe0a9fd87d1

Pas la peine de bailler si grand la goule! On n'a pas de faculté dentaire en Normandie!

Chronique de Normandie (n°614 17 février 2020):

santénormandie

Voir aussi:

https://www.ouest-france.fr/normandie/acces-la-sante-des-solutions-en-normandie-6741221

Accès à la santé : des solutions en Normandie

L’Agence régionale de santé (ARS) et la Région Normandie développent des actions en commun pour améliorer l’accès à la santé. Exemples de nouveaux dispositifs.

Des efforts pour former plus de professionnels de santé

La réforme des études de santé va produire ses effets dans les prochaines années. La suppression du numerus clausus fixé au niveau national va permettre d’augmenter les effectifs. À Caen actuellement, 200 étudiants sont en 2e année de médecine. Ils seront 205 en 2021 puis 240 les années suivantes.

Dans plusieurs filières, le nombre de places en formation va augmenter : 101 places supplémentaires pour les aides-soignants ; 40 pour les kinésithérapeutes.

À l’horizon 2021, une école de formation à l’orthoptie devrait voir le jour en Normandie.

L’ARS compte aussi sur le dispositif « Territoires universitaires en santé ». Son objectif : confier des missions universitaires d’enseignement à des praticiens hospitaliers spécialistes exerçant dans des hôpitaux périphériques. L’idée est de  faire sortir l’université des seuls CHU pour irriguer davantage les territoires ».

Faire revenir des dentistes en Normandie

Sans faculté dentaire, la Normandie a parfois du mal à faire revenir des étudiants partis se former à Rennes, Lille, Reims ou Paris. Un projet est en cours pour nouer un partenariat avec ces facultés dentaires pour faciliter la réalisation des stages de 4e et 5e années en Normandie, dans des centres hospitaliers ou chez des professionnels libéraux.  Une première étape avant d’envisager la création d’une faculté dentaire », avance Hervé Morin, président de la Région.

Un médico-bus dans l’Orne

Les actions pour renforcer l’accès aux soins sur tout le territoire se développent. La multiplication des pôles ou maisons de santé est un des exemples les plus spectaculaires. Il en existe 121 en Normandie et quinze autres projets sont à l’étude.

L’installation des médecins généralistes est encouragée par un nouveau zonage de la Normandie. Il permet d’attribuer des aides financières aux médecins qui s’installent dans les zones de désertification médicale.

Le développement de la télémédecine est aussi à l’ordre du jour. Plus original, un projet expérimental de médico-bus va être lancé en avril dans l’Orne, dans le secteur de Mortagne-au-Perche. Dix médecins salariés par l’hôpital de L’Aigle vont sillonner le territoire et stationneront dans les bourgs à bord d’un camion équipé pour les consultations.

Une union normande pour la santé

Agence régionale de santé, Région Normandie, facultés de médecine, Union régionale des médecins libéraux. C’est un front commun que les institutions et les professionnels présentent en Normandie. Lors de la présentation du plan, ce lundi 17 février 2020 à Caen, tous les partenaires ont insisté sur « ce travail en commun  .  Une dynamique assez originale en France », confirme Christine Gardel, directrice de l’ARS.