Franchement! On a essayé de vous épargner ça mais nous sommes contraints de vous en parler...

La prestigieuse histoire millénaire de notre Normandie ducale ne mérite pas d'être enfermée à l'intérieur d'un maroquin municipal du XXIème siècle!

les-visiteurs-la-revolution-ce-soir-sur-tf1-une-suite-du-film-est-elle-prevue

Ils n'en reviennent pas! Nous non plus...

L'Histoire c'est, en quelque sorte, une éducation populaire fondamentale pour la bonne santé d'un régime républicain fondé sur la souveraineté d'un peuple éduqué et éclairé: on le sait depuis les anciens grecs.

Mais un régime républicain qui digère mal a toujours la fâcheuse tendance à instrumentaliser l'Histoire soit à des fins idéologiques soit à des fins personnelles lorsque les hommes politiques cherchent plus à devenir quelqu'un plutôt que d'essayer de faire quelque chose: le recours à l'Histoire dans l'espace public contemporain est plus que souhaitable tant notre époque est marquée par une crise profonde des transmissions culturelles et la Normandie, région patrimoniale et historique par excellence, nous invite à connaître et à partager une matière historique riche et profonde qui nous aide à mieux savoir ce que nous sommes et de quoi ou de qui nous sommes les héritiers.

Mais il serait malvenu, mesquin, médiocre sinon maladroit de vouloir inventer une date historique qui aurait échappé à la sagacité des plus grands érudits de l'histoire normande ou des origines quelque peu complexes de la ville de Caen, pour s'autoriser le droit de célébrer un millénaire... avant la fin d'un mandat municipal!

Nous avions déjà évoqué ici cette pénible affaire:

L'année 1023, en l'état actuel des connaissances scientifiques sur le sujet, semble ne correspondre à rien et il faut attendre 1026 ou 1027 pour trouver une charte ducale faisant référence à un toponyme "Cathim" qui donnera, plus tard, le nom de la ville de Caen.

Archive: http://normandie.canalblog.com/archives/2020/01/25/37969776.html

Comme il n'a jamais existé de charte de fondation de la ville de Caen et que cette dernière fut le résultat d'une reconnaissance de fait qui ne donnera tous ses effets que dans la décennie 60 du XIème siècle avec les grandes fondations du duc Guillaume et de Mathilde (le château et les deux abbayes bénédictines), la première occurrence du toponyme à l'origine du nom de Caen semble donc être datée de 1026 ou de 1027 donc, d'après Lucien Musset, excusez du peu!

En conséquence, si nous devions fêter le millénaire de la ville de Caen il faudrait attendre l'année... 2027 qui permettrait aussi de faire heureusement correspondre deux millénaires:

Le millénaire de la ville de Caen

Le millénaire de la naissance de Guillaume Le Conquérant

Ce double millénaire caennais et normand serait un beau cadeau à préparer dès maintenant de la part d'un actuel maire sortant qui cherche nos suffrages pour un second mandat devant s'achever en... 2026.

Mais Monsieur Bruneau, tel un enfant impatient, en a décidé autrement!

Extrait de la brochure de propagande municipale distribuée par Joël Bruneau, le maire de Caen sortant pour les prochaines élections municipales:

test0436