Samedi 14 mars 2020 peu avant 20 heures, Edouard Philippe le Premier Ministre, annonçait de nouvelles mesures aussi inédites qu'extraordinaires pour limiter au maximum la circulation du coronavirus dans la nation afin d'épargner les capacités de notre système de santé lorsque le plus fort de la crise arrivera d'ici un dizaine de jours.

Après la fermeture inédite de tous les établissements d'enseignement accueillant la jeunesse voici que depuis minuit, le pays est littéralement en état de fermeture générale: tous les lieux accueillant du public non essentiels à la vie et à la survie du pays sont fermés jusqu'à nouvel ordre, des boîtes de nuit aux lieux de culte en passant par les cinémas, les cafés, les restaurants, les magazins et supermarchés non alimentaires, les musées, etc...

Alors, dans cette situation aussi extraordinaire qu'historique, vu la préoccupation, l'inquiétude, voire l'angoisse qui commence à s'emparer de nos concitoyens, le fait que le premier tour des élections municipales soit encore... maintenu paraît de plus en plus étrange!

Hervé MORIN, le président de la Normandie s'en inquiète et demande le report des élections municipales.

Explications:

https://amp.lepoint.fr/2367172

Hervé Morin : « Pourquoi il faut reporter les élections municipales »

20155228lpw-20155232-article-jpg_6977392_1250x625

Le président de la Région Normandie estime que la situation sanitaire du pays va fausser le scrutin et que le second tour n'est plus organisable. 

Propos recueillis par Jérôme Béglé
Modifié le 14/03/2020 à 21:59 - Publié le 14/03/2020 à 21:42 | Le Point.fr

Ancien ministre de la Défense et Président de la région Normandie et des Centristes, Hervé Morin est le premier homme politique d'envergure nationale à souhaiter et à demander le report des élections municipales. Il s'en explique au Point.

Le Point : Pourquoi appelez-vous au report des Municipales ?

Hervé Morin : Depuis les déclarations du chef de l'Etat jeudi l'anxiété des Français avait déjà passé un cap. Avec les mesures annoncées ce samedi soir par Edouard Philippe, elle est désormais à son comble. Une partie de nos compatriotes ne se rendront pas dans les isoloirs demain. On veut coûte que coûte maintenir des élections dont on sait déjà que le résultat sera faussé. Il y a même quelque chose de choquant de tenir un scrutin alors qu'on conseille aux Français de ne plus déjeuner en famille et qu'on a fermé les restaurants où ils se seraient peut-être rendus dimanche. Soyons cohérents !

La démocratie doit-elle plier devant les risques sanitaires ?

Le report des municipales ne va pas bouleverser la démocratie française. Il y a une dizaine d'années, on avait prolongé le mandat des maires d'un an. Personne n'avait crié au déni de démocratie. Le mandat des précédents présidents de régions a été réduit de 9 mois sans que nul n'y trouve à redire. La démocratie locale est plus mise en danger par le coronavirus et des élections faussées que par un report de quelques mois.

Comment imaginez-vous le second tour de ces élections ?

Si j'ai bien compris la vitesse de propagation du virus, le scrutin de dimanche 22 mars est inorganisable ! Il est désormais temps de s'en rendre compte et de ne surtout pas sombrer dans de la basse politique. Ne pas se poser cette question c'est être irresponsable. Le parallélisme des courbes italiennes et françaises était connu depuis jeudi. Ne commettons pas la même imprudence pour le second tour.

Imaginez-vous que le Président puisse mettre en oeuvre l'article 16 de la constitution et s'attribuer des pouvoirs spéciaux ?

Avant cela il peut décréter l'état d'urgence qui correspond mieux à la situation dans laquelle on est aujourd'hui. Cette disposition offre plus de garanties, car elle ne peut être prolongée que pas une loi, et devra donc recevoir l'aval du parlement.

Irez-vous voter ?

Oui. J'irai même tenir un bureau de vote de 12h à 14h à Epaignes dans l'Eure où j'habite. Par respect pour ceux qui vont voter.


 

VOIR AUSSI:

Gilles Siméoni, le président d'une Corse totalement accaparée par l'épidémie de coronavirus demande la même chose que le président normand:

https://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/coronavirus-gilles-simeoni-demande-annulation-elections-municipales-1800052.html