Alors qu'au nom de l'urgence sanitaire qui vient d'être votée par les députés certains de nos droits les plus fondamentaux sont restreints, notamment celui d'aller et venir à sa guise hors de chez soi, il est regrettable qu'il puisse en être de même, semble-t-il, sur une autre liberté fondamentale qui doit, elle, demeurer quoiqu'il arrive si l'on tient à la permanence de notre état de droit démocratique défini au XVIIIe siècle par le grand philosophe anglais David Hume: la crise actuelle pourrait donner l'envie à certaines autorités publiques de rogner un peu, beaucoup, sur notre liberté fondamentale à être correctement informé!

Comme nous sommes ici des Normands fiers de l'histoire de notre région et des grands hommes qui l'ont faite, à commencer par Armand CARREL qui a fait une révolution (celle de 1830) pour défendre la liberté de la presse et la liberté d'informer, nous relayons sans aucune arrière-pensée et avec tout notre soutien le communiqué de la rédaction caennaise de... Ouest-France (eh oui! tout arrive!):

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-billet-d-humeur-dans-le-calvados-silence-ca-tousse-6788557

BILLET D’HUMEUR. Coronavirus : dans le Calvados, silence… ça tousse !

Obtenir des informations officielles, les vérifier, les recouper… Le travail des médias est compliqué dans le Calvados actuellement. Les réseaux de communication ont dû être infectés par la maladie.

Dès l’apparition du coronavirus, le gouvernement a promis « la transparence ». Une histoire de confiance. Un message entendu par les Français et transmis à tous les services de l’État. Mais les réseaux de communication ont dû être infectés par une autre maladie dans le Calvados.

Sur le sujet du Covid-19, le confinement de l’information dans le département a été appliqué bien avant mardi midi. Rarement les médias ont eu autant de mal à pouvoir exercer leur travail sérieusement. On parle de recouper nos sources officieuses, nombreuses grâce à notre implantation locale, avec les autorités officielles en première ligne de la « guerre sanitaire » : préfecture, Agence régionale de la santé, CHU de Caen…

Informer le plus grand nombre

Avant même de devoir mettre en place de nouvelles manières de travailler dans les rédactions, pour protéger les journalistes et leurs interlocuteurs, il a fallu déployer des stratégies d’évitement face aux portes closes des services de communication. Et s’armer d’une grande dose de patience malgré l’urgence.

Peut-être faut-il rappeler, ici, qu’informer n’a rien à voir avec communiquer.

Passer un message officiel, ou mieux le mettre en scène en direct grâce à la magie des réseaux sociaux, sans passer par le filtre des journalistes et de leurs questions parfois dérangeantes, est-ce cela la « transparence » ?

Beaucoup dénoncent « l’effet d’aubaine » dont profitent certaines entreprises ou professionnels pour gonfler leur chiffre d’affaires sur le dos de la pandémie.

On peut aussi s’interroger sur l’objectif de privilégier la mise en ligne d’une information sur le compte Twitter d’une institution. S’agit-il de passer de 11 000 à 12 000 « followers » en l’espace de deux semaines ?

Au 1er janvier 2020, selon les derniers chiffres officiels du recensement, le Calvados compte 694 002 habitants. Tous ont droit à la « transparence » en pleine crise sanitaire. Ils doivent pouvoir compter sur les médias dont la mission est d’informer le plus grand nombre.


 

Commentaire de Florestan:

Face-a-la-penurie-de-masques-l-industrie-du-textile-se-mobilise

Un masque n'est pas un... bâillon!