Une lourdeur administrative jacobine de plus!

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-100-000-tests-possibles-dans-les-labos-d-analyses-departementaux-normands-6799080

MjAyMDA0YTA2YzZjZmVjNTJkMzY1MTEyZjUxYWQ4MTU1OGNhYzA

Coronavirus. 100 000 tests possibles dans les labos d’analyses départementaux normands

Les laboratoires départementaux d’analyses regroupent 400 techniciens, ingénieurs, biologistes. Vétérinaire, le maire de La Haye-Pesnel, Alain Navarret, siège au bureau de Labéo (laboratoires départementaux d’analyses du Calvados, de la Manche, de l’Orne et de l’Eure) et s’interroge…

Labéo constitue l’un des groupements d’intérêt public les plus importants de France, avec près de 400 collaborateurs, dont des cadres vétérinaires, des ingénieurs, des biologistes, des secrétaires techniques, des assistantes de recherche, des techniciens d’analyses…

Ses équipes réalisent chaque année environ 1 250 000 dosages et recherches pour 80 000 clients en France et à l’étranger dans les domaines de santé animale, analyses de l’eau ou des produits alimentaires.

Ce pôle d’analyses et de recherche de Normandie, regroupant les quatre laboratoires départementaux d’analyses du Calvados, de la Manche, de l’Orne et de l’Eure, intervient essentiellement en tant que laboratoire de santé publique à travers le suivi sanitaire et les suivis épidémiologiques et de l’environnement.

Des masques et des tests

Représentant le département de la Manche au sein du bureau de Labéo, en tant que conseiller départemental du canton de Bréhal, Alain Navarret, « cherche à comprendre, pourquoi l’État, dans la crise sanitaire exceptionnelle que nous sommes en train de vivre, ne délègue pas aux laboratoires départementaux d’analyses de l’Hexagone, la possibilité de faire des tests pour diagnostiquer le Coronavirus ? »

« Concrètement, estime le docteur vétérinaire, les laboratoires d’analyses français seraient capables de réaliser quotidiennement 20 000 tests PCR (Polymerase chain reaction ou Réaction de polymérisation en chaîne), une technique qui permettrait de détecter le virus via un prélèvement nasal ; et 80 000 tests sérologiques, qui permettraient d’attester des anticorps produits dans le sang suite au passage du virus, soit un potentiel considérable de 100 000 tests par jour. Cette méthode me paraît beaucoup plus efficace que celle qui consiste à acheter des millions de masques en Chine ! »

Et Alain Navarret de poursuivre : « Avec la fermeture des collèges et de leurs lieux de restauration, qui sont de la compétence des Départements, les laboratoires d’analyses ont moins de travail. Dans ces conditions, il ne me paraîtrait pas aventureux de profiter de leur expertise et de leur savoir-faire afin de pratiquer ces tests à grande échelle. Aussi, je m’interroge pour savoir quels sont les freins qui font que l’État ne donne pas son feu vert pour cela. Cela fait deux semaines que cela aura pu être mis en route ! Une telle lenteur, en temps de guerre, dixit le Président de la République, me laisse pantois ! »


Commentaire de Florestan:

L'Agence régionale de la Santé n'a de "régionale" que le nom...