L'Etoile de Normandie a repéré ceci: la cathédrale de Bayeux, l'une de nos sept cathédrales normandes a les honneurs de la presse hebdomadaire nationale...

maxresdefault

https://www.lepoint.fr/culture/les-secrets-des-cathedrales-notre-dame-de-bayeux-la-belle-normande-16-04-2017-2120121_3.php#

Les secrets des cathédrales : Notre-Dame de Bayeux, la belle Normande

VIDÉO. Moins célèbre que les autres cathédrales, c'est pourtant l'un de nos coups de cœur du fait de son mélange de style roman et gothique.

Par ,

La cathédrale de Bayeux gagne à être connue, ne serait-ce que pour découvrir son étonnant mélange de styles architecturaux roman et gothique, à la sauce normande. Elle possède une incomparable luminosité, qui ferait presque comparer Notre-Dame de Paris à une taverne. La Notre-Dame normande possède effectivement d'immenses baies vitrées.

Trésors architecturaux

En plus d'être lumineuse, Notre-Dame de Bayeux conserve des trésors architecturaux disparus ailleurs. Ainsi l'architecte des monuments de France Jérôme Beaunay, conservateur de la cathédrale, nous a ouvert exceptionnellement la salle du chapitre datant de la fin du XIIe siècle. Elle possède encore son sol d'origine, orné d'un mini-labyrinthe. De même nous a-t-il conduits dans la salle du trésor dont un des murs est recouvert par un immense meuble datant du XIIIe siècle, lequel n'a pas bougé depuis sa mise en place. Il a été construit pour abriter les trésors de la cathédrale, malheureusement disparus au fil des siècles et des guerres. Néanmoins, la salle du trésor abrite encore un vieux coffre en bois ne payant pas de mine. C'est pourtant lui qui a abrité durant de longs siècles la tapisserie de Bayeux, exposée aujourd'hui dans un musée de la ville.

Cette tapisserie est intimement liée à la cathédrale, car il est aujourd'hui admis qu'elle a été commandée par l'évêque de Bayeux, Odon de Conteville, qui entama la construction de l'édifice et qui participa à la conquête de l'Angleterre aux côtés de son demi-frère, Guillaume le Conquérant, en 1066. Rappelons à ceux qui l'auraient oublié que la tapisserie de Bayeux relate ce haut fait d'armes.

Patchwork stylistique

La précédente cathédrale carolingienne ayant brûlé, l'évêque de Bayeux Hugues II entreprend sa reconstruction en 1040, mais il meurt rapidement, passant le relais à son successeur, le fameux Odon. Nous sommes un siècle avant l'apparition du gothique à Sens. La nouvelle Notre-Dame d'Odon relève donc de l'art roman, sauce normande. Ce n'est qu'un siècle plus tard, à la suite d'un nouvel incendie en 1160, que la reconstruction fait appel à cette nouvelle architecture née en Île-de-France, qui sera baptisée « gothique » à la Renaissance (terme péjoratif, désignant un art barbare, celui des Goth).

Après la reconstruction qui s'étale sur trois siècles, la cathédrale devient un patchwork stylistique. Le roman s'observe, aujourd'hui encore, dans les tours de la façade occidentale, la crypte bâtie entre 1050 et 1060 (les anges musiciens peints sur les piliers datent néanmoins du XVe siècle), les grandes arcades inférieures, en plein cintre de la nef. Le gothique s'exprime partout ailleurs avec un « accent normand » se manifestant par des arcs brisés très aigus, de multiples colonnettes. Une façade gothique a été plaquée sur la façade d'entrée.

Lire dans la collection La Grâce d'une cathédrale (éditions La nuée bleue) : Bayeux, joyau du gothique normand. Sous la direction de Mgr Jean-Claude Boulanger.

Consultez notre dossier : Les secrets des cathédrales


 Commentaire de Florestan:

L'initiative de l'hebdomadaire "Le Point" est louable car on sait depuis le livre prémonitoire du philosophe normand Marcel Gauchet, "le désenchantement du Monde" (1985) que la culture générale chrétienne s'est effondrée avec la quasi disparition de la pratique religieuse catholique comme fait culturel et social majoritaire en France.

Il y a un an, Notre-Dame de Paris brûlait.

Et on se souvient des émissions en direct et en continue proposées par les grandes chaînes de télévision: à la fin de cette bien triste soirée du Lundi saint 2019, il était accablant d'avoir à observer une double catastrophe culturelle sinon spirituelle dans l'ordre du symbolique pour l'ensemble de notre communauté nationale.

En effet, les journalistes qui couvraient en direct l'incendie de notre cathédrale nationale étaient, en effet, littéralement incapables de le décrire... faute de connaître les mots de l'architecture d'une cathédrale médiévale!

C'est ainsi que sur BFMTV on nous a fait savoir toute la soirée que c'était le "plafond" (sic!) de la cathédrale qui était la proie des flammes. Jamais le mot "voûte" ne fut prononcée et encore moins l'expression "croisée d'ogives"!

Pis! Le manque de culture générale sur l'architecture médiévale a été un facteur handicapant dans l'urgence pour localiser, avec précision, le début du sinistre: quand on ne sait pas ce que les mots"transept", "déambulatoire", "triforium", "arc formeret" peuvent signifier, cela n'aide pas...

Cette série proposée par l'un des grands hebdomadaires nationaux (donc parisiens) sur le "secret des cathédrales" donne l'impression d'un repentir sinon d'un remords: un dossier, certes, pédagogiquement efficace mais que l'on pourrait rebaptiser "les cathédrales pour les Nuls" tant la culture générale, notamment chrétienne, des journalistes censés faire une sorte d'éducation populaire du "grand public" est... nulle!

Pour s'en convaincre, il suffit de regarder, avec le son, la petite vidéo proposée par Le Point pour illustrer notre belle cathédrale normande: c'est intolérable à écouter!

Notamment le choix de la musique illustrative qui est comme une signature de l'inculture religieuse de nos soi-disant élites médiatiques.

En effet, dans la hiérarchie de la curiosité culturelle (qui est une cascade du mépris) aujourd'hui idéologiquement dominée par tous les sous-produits industriels du "soft power" américain, la connaissance du patrimoine musical européen profondément marqué par la pratique religieuse chrétienne, arrive à la dernière place...

En conséquence, les cathédrales de France ont beaucoup plus de secrets aujourd'hui qu'autrefois!