Nous l'avons déjà dit: la crise sanitaire et économique que nous vivons est historique par sa gravité et son ampleur. C'est le baptême du feu de la réunification de la Normandie et à partir de l'unité régionale retrouvée, il nous faut bâtir sur cette solide évidence, une solidarité normande qui, n'a, de fait, jamais existé dans les 60 dernières années passées dans la division régionale et le localisme départemental ou communal: la main de l'Etat central parisien a été lourde et sa protection infantilisante ne nous aide pas à prendre les bonnes décisions par nous mêmes dans l'urgence.

Or la crise de 2020 par la violence de son surgissement dévoile sous nos yeux ébahis l'incompétence de cet Etat central que l'on croyait protecteur. Il l'est mais il le fait mal et certains commencent, enfin, à ouvrir les yeux: on ne peut plus tout attendre du seul Etat central.

Et l'échelon régional montre sa pertinence. En Normandie du moins car nous avons la chance de vivre dans une vraie région ayant à sa tête un exécutif qui prend au sérieux l'idée régionale et l'action régionale.

Le couple conseil régional / intercommunalité, bien plus que le couple Etat/ région ou Etat/ département marqué par une verticalité descendante jacobine parisiano-centrée inadaptée aux urgences de l'heure, est celui qui importe désormais.

En revanche, il faut admettre que le couple région/ département encore marqué par une concurrence territoriale sur les compétences (malgré les clarification de la loi NOTRE de 2015) a du mal à fonctionner.

Enfin, au sein du fonctionnement de plus en plus étroit entre le conseil régional et le réseau des intercommunalités normandes, il faudrait qu'il y ait une relation encore plus étroite et coordonnée entre le conseil régional de Normandie et les intercommunalités de Caen du Havre et de Rouen, notre métropole régionale en titre: avouons que cette coordination étroite manque encore.

Il faudra donc avec le retour d'expérience de la crise en cours, bâtir une solidarité en réseau des grandes collectivités territoriales normandes autour du conseil régional: la conférence territoriale de l'action publique prévue par la loi NOTRE de 2015 sert officiellement à cela. Mais l'essentiel est que ce réseau solidaire puisse exister en tant que tel en ciblant les grandes urgences stratégiques pour l'avenir de la Normandie...

pantheres

Bref, une fois encore, chasser en meute de léopards normands, en quelque sorte!

En attendant, le communiqué officiel suivant diffusé par la majorité régionale actuelle fait le point de la solidarité qui existe entre le conseil régional de Normandie et l'ensemble de la population normande: la Normandie est notre bouclier social!

aiderégion1

aiderégion2

aiderégion3

 

Lire aussi cet autre communiqué officiel de la région (suite à la conférence de presse commune du vendredi 17 avril 2020 donnée par le président de région Morin et le préfet de région Durand):

 

Communiqué de presse

 Le 17 avril 2020

 

Impulsion Relance Normandie :

La Région Normandie et les intercommunalités normandes lancent un nouveau dispositif pour soutenir l’économie régionale mise à mal par la crise du Covid-19

 Face à l’impact de la crise Covid-19 sur l’économie normande, le collectif normand rassemblant la Région et les intercommunalités a décidé de lancer un dispositif complémentaire au Fonds national de solidarité Etat-Régions (FNS).  Baptisé « Impulsion Relance Normandie », ce nouveau dispositif permettra aux acteurs économiques locaux qui ne peuvent prétendre à une aide du FNS (TPE, commerçants, artisans et autres indépendants de 0 à 2 salariés) de bénéficier d’une subvention d’un montant de 1000 ou de 1500 euros, financée à hauteur de 40 % par la Région et de 60 % par les intercommunalités.

 « L’économie normande est frappée de plein fouet par cette crise sans précédent. C’est pourquoi, la Région a cherché à bâtir, dès les premières semaines, la meilleure réponse à ce  "tsunami" économique. Nous avons d’ores et déjà mobilisé une enveloppe de 70 millions d'euros supplémentaires par rapport aux 100 millions que nous mettons chaque année pour l'économie régionale pour contribuer au Fonds de solidarité nationale de l'État, à hauteur de 21 millions d'euros, mais aussi mettre en œuvre les différents dispositifs régionaux, créés ou adaptés ces dernières semaines. Avec "Impulsion Relance Normandie", nous voulons aller encore plus loin et soutenir, avec les intercommunalités, les petites entreprises, commerçants indépendants qui constituent la colonne vertébrale de la vie économique de nos territoires et se retrouvent aujourd’hui à l'arrêt, dans des situations parfois dramatiques » a déclaré Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

 Pour mémoire, le Fonds national de solidarité Etat-Régions (FNS) prévoit, à ce jour, une subvention de 1 500 euros pour les TPE avec un chiffre d’affaires annuel inférieur à 1 million d’euros (autoentrepreneurs compris dans le volet 1 uniquement), ayant perdu au moins 50 % de chiffre d’affaires entre mars 2019 et mars 2020 et un complément de 2 000 à 5 000 euros pour celles dont le chiffre d’affaires a chuté de 50 % entre avril 2019 et avril 2020. La Région Normandie contribue à ce fonds à hauteur de 21 millions d’euros sur deux mois.

 Le dispositif « Impulsion Relance Normandie » a été pensé en complémentarité du FNS et élaboré sur la base d’une concertation avec les consulaires, les organisations professionnelles U2P et UMIH ainsi que celles des bâtiments, travaux publics et matériaux de construction.

 Y seront éligibles :

 -    les TPE, commerçants, artisans et autres indépendants comprenant de 0 à 2 salariés, qui n’auront pas bénéficié du Fonds national de solidarité (FNS) ni du soutien du Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants ; 

-    les TPE qui ont perdu au moins 30 % de leurs chiffres d’affaires en avril 2020 par rapport à avril 2019 (contre au moins 50 % pour le FNS) ;

- les TPE créées depuis moins d’un an, y compris celles créées très récemment (contrairement au FNS). Sera ainsi prise en compte la reprise d’entreprises récentes (rachat de fonds de commerce) quelle que soit la date de reprise (le justificatif de perte de CA se fera sur le CA du prédécesseur).

 L’aide aux entreprises dans le cadre de ce nouveau dispositif sera versée sous la forme d’une subvention, financée à hauteur de 40 % par la Région et de 60 % par les intercommunalités d’un montant de :

- 1000 euros pour les entreprises et indépendants n’ayant pas de salarié ; 

- 1500 euros pour celles ayant 1 ou 2 salariés.

 Ces modalités d’intervention seront identiques quel que soit le territoire concerné. Les intercommunalités ne contribueront qu’aux aides versées aux entreprises identifiées sur leurs territoires respectifs.

 Par ailleurs, ce dispositif intervient en complémentarité de l'ensemble des soutiens spécifiques mis en œuvre par la Région Normandie. Notamment, un fonds d’avances remboursables pour des entreprises comptant de 0 à 10 salariés. Ce fonds sera lancé dans les prochains jours et permettra aux entreprises en tension de trésorerie d’accéder à des montants compris entre 5000 et 20 000 €.

 Les entreprises qui souhaitent plus d’informations peuvent appeler le guichet unique 02.35.52.22.00 ou envoyer un email à l’adresse covid19-eco@adnormandie.fr.  

 Les informations sur les différents dispositifs mis en place par la Région sont aussi consultables à l’adresse suivante : https://adnormandie.fr/


Voir enfin cette analyse proposée par la Lettre Eco Normandie (17/04/20):

La région et l'Etat sont totalement mobilisés pour amortir un choc très violent mais on peut craindre que cela ne soit pas suffisant. Le principe d'une année blanche en 2020 (zéro chiffre d'affaires = zéro charges) est encore loin d'être acquis notamment du côté des banques et des assureurs qui peinent à jouer le jeu (report ou annulation partielle ou totale des échéances ou cotisations...)

fondesolidaritémorin