Ci-après une belle carte postale normande d'une Normandie vue depuis... Paris!

Un vieux cliché plutôt...

screenshot-20200508-072013-comgoogleandroidyoutube-768x354

On en a l'habitude puisque cette coutume vieille d'au moins 150 ans a fait la fortune de la Normandie patrimoniale, culturelle et touristique comme elle a aussi contribué à son malheur dans certaines représentations dominantes quand il s'est agi, par exemple, de reconstruire et de moderniser une Normandie pantelante dans ses ruines après 1944 depuis l'oeil de Paris:

Une fois de plus, la vallée de la Seine joue dans cette union pour le meilleur et le pire entre la Normandie et Paris, un rôle majeur et si l'on confond comme c'est trop souvent l'usage notamment à Paris mais aussi en Normandie (notamment à Rouen) la vallée de la Seine avec un axe voire un corridor ou pire, un tuyau des commodités d'une Normandie utile à Paris fuyant jusqu'à la mer, nous risquons de faire de ce magnifique trait d'union, une corde de pendaison: la vallée de la Seine normande est, à la fois, romantique, naturelle et patrimoniale mais c'est aussi la vallée industrielle d'une Sévéso-Normandie espace servant en aval de la mégalopole parisienne.

En octobre 2009, nous avions fermement répliqué à Antoine Grumbach promoteur de cette vieille lune d'une fusion mégalopolitaine qu'il avait nommé "Seine métropole" (mais qu'on aurait pu appeler "Paris-Normandie") qu'il était hors de question "d'avaler la Seine aval sans l'aval des Normands!"

Archive de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/01/19/36062611.html

Faire de superbes images avec la vallée de la Seine normande qui excite la beauté romantique dans l'oeil des artistes depuis Bernadin de Saint-Pierre ou Stendhal c'est bien mais explorer la beauté tout aussi photogénique mais moins connu et reconnu de notre Normandie dans la profondeur géographique des deux rives de la vallée de la Seine ce serait mieux. Beaucoup mieux!

Car pour nous autres Normands la rive gauche de la Seine va jusqu'à Cherbourg, Alençon et le Mont-Saint-Michel tandis que la rive droite va jusqu'au Tréport, Aumale et Gisors.

Et si nous devions avoir réellement le point de vue d'un oiseau normand, la rive gauche pourrait aller jusqu'aux Pyrénées (axe Plantagenêt) et la rive droite jusqu'en Allemagne et la Suisse, sans aucune volonté annexionniste, cela va sans dire: on laisse ça à d'autres!


 https://actu.fr/normandie/vernon_27681/video-rend-hommage-normandie-dans-comme-ciel_33511090.html

Vidéo. Il rend hommage à la Normandie dans « Comme au ciel »

Le photographe et vidéaste Gilles De Caevel, basé à Vernon (Eure), a immortalisé des paysages et monuments entre la Normandie et la capitale.

 Fruit de deux ans de travail, sa vidéo « Comme au ciel », tournée entre Honfleur (Calvados) et Paris, se veut avant tout un hommage à la Normandie.

Grand passionné de photo domicilié à Vernon (Eure), Gilles De Caevel a capturé quelque 37905 images avec son appareil et pas moins de 4 heures de vidéo en 4K, pour aboutir à ce film de 9 minutes.

Vernon, Giverny…

Y sont consignés quelques-uns des nombreux joyaux dont regorge la région, tels que le Vieux-Moulin de Vernon, la maison et les jardins de Claude Monet, à Giverny (Eure), en passant par la Cathédrale Notre-Dame de Rouen (Seine Maritime), qu’avait d’ailleurs reproduite le peintre dans une série d’œuvres.

Il m’a fallu étudier la météo pour les instants à capturer, les cartes pour trouver les lieux intéressants, résume le Vernonnais. Chaque lieu choisi devait répondre à l’ensemble de ces critères, ce qui explique le travail de longueur pour arriver à un résultat cohérent. »

Lire aussi : Eure. Transports, écoles, masques : tout ce qu’il faut savoir sur le déconfinement à Vernon

Photographe professionnel depuis plusieurs années, Gilles a trouvé avec les réseaux sociaux une véritable caisse de résonance pour promouvoir son travail.

Grâce à eux, la vidéo « Une vie parisienne », qu’il a réalisée il y a dix ans, cumule 1,5 million de vue, tandis que « MontMartre », une autre de ses créations, a été reprise par l’office de tourisme du célèbre quartier parisien.

Hommage à la Normandie

Un joli succès pour celui qui s’est installé dans le quartier de Vernonnet il y a quatre ans avec sa femme, artiste peintre et grande fan de Claude Monet.

Originaires du Nord, nous sommes tombés amoureux de Giverny, où nous nous sommes mariés, et de Vernon, où nous nous sommes installés », raconte Gilles.

Lire aussi : Immobilier. Le secteur de Vernon convoité par les Franciliens?

Les quelques semaines de confinement lui ont permis de mettre la dernière main au montage et d’offrir, en cette période où les déplacements sont restreints, un voyage en images.

« Je suis tellement reconnaissant envers ma région d’adoption qu’il me fallait rendre hommage à cette Normandie chaleureuse, flamboyante et superbe qui a adopté Monet. »

S’il a dû faire l’impasse sur de nombreux plans, le photographe espère les réutiliser plus tard dans le cadre de nouvelles vidéos.

Lien de la vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=4Hn2WOfwygs&t=53s

 Réaction symptomatique d'un internaute:

Sublime lenteur paradoxale... T'as voulu voir Honfleur... et on a vu Paaaaris !