La crise est exceptionnelle sinon historique et on doit se féliciter du fait que depuis le 16 mars dernier, une sorte de consensus politique existe en Normandie autour de l'action régionale menée par Hervé Morin, le président de région qui pilote les urgences en étroite collaboration avec le préfet de région Durand et les services de l'Etat déconcentrés en région.

De l'avis de tous les observateurs et surtout des premières victimes de la crise économique générée par les contraintes du confinement, à savoir les artisans, les commerçants, indépendants, chefs d'entreprise de la région, ce pilotage semble être efficace et apprécié.

Par ailleurs, les élus locaux normands, notamment les présidents des départements et des grandes intercommunalités s'associent à la planification normande de la crise menée par le président de région puisque ce dernier a fait l'effort de les mettre immédiatement dans la boucle du dispositif...

Et symbole de cette quasi union sacrée politique normande qui distingue favorablement notre région de ce que l'on peut observer au niveau national avec un gouvernement qui cumule dans les sondages un record de défiance en Europe pour sa capacité à organiser le déconfinement, nous avons ici salué l'initiative de Nicolas Mayer-Rossignol chef de l'opposition socialiste au conseil régional qui propose une idée pertinente pour contribuer au sauvetage de la filière touristique normande durement impactée par la crise en cours.

Dans ce concert politique normand plutôt harmonieux et au diapason de l'action menée par le conseil régional, nous devrions compter sur le soutien et le relais de la représentation parlementaire normande à l'Assemblée Nationale pour faire avancer auprès du gouvernement et de l'administration centrale de l'Etat, les urgences qui concernent la Normandie dans la crise.

C'est ainsi qu'il y a quelques jours, les députés normands de la majorité gouvernementale ont interpellé le Premier ministre sur l'absurdité de maintenir l'interdiction de l'accès aux plages d'une Normandie totalement de couleur verte sur la carte officielle du déconfinement.

Mais on se permettra de s'interroger vivement (pour ne pas dire plus) sur la pertinence politique de ce qui suit si l'on considère que la défense de l'intérêt général normand doit être l'une des priorités d'un député normand siégeant à l'Assemblée Nationale:


 https://www.lefigaro.fr/flash-actu/masques-lrem-accuse-la-region-normandie-d-opacite-20200512

 

Masques: LREM accuse la région Normandie d'opacité

Publié hier à 18:40

Quatorze députés LREM de Normandie ont accusé mardi la Région présidée par Hervé Morin (les Centristes) de «critères d'attribution opaques» dans la distribution des masques de protection contre le Covid-19 aux collectivités, des «mensonges» selon l'ancien ministre.

«Les maires de nombreuses communes (rurales pour la plupart) nous ont alertés sur leur exclusion du dispositif par la Région», affirment les élus LREM dans un communiqué intitulé «Distribution de masques par la Région Normandie : des critères d'attribution opaques». «Fin avril, la Région leur a proposé des masques chirurgicaux à un tarif ne leur permettant pas de passer commande sous peine de mettre leur budget en péril. Début mai, la Région a finalement décidé d'attribuer gratuitement ces masques mais ne les a distribués qu'aux seules collectivités ayant déjà passé commande en avril. Cette opération ne concerne donc que moins d'un tiers des communes normandes, ce qui pose de très nombreuses questions», poursuivent-ils.

Dans un communiqué, Hervé Morin a jugé «mensongères» ces accusations et récusé tout «copinage ou clientélisme dans la gestion des masques». «Hors chefs-lieux de département et villes sous-préfectures, la commande moyenne des maires s'est élevée à près de 2300 masques, soit une dépense moyenne (...) évaluée entre 1150 et 1840 euros par commune si la Région avait fait payer ces masques. Cela montre que le prix affiché au départ par la Région n'était absolument pas un obstacle à une commande pour les maires des communes les moins fortunées», argumente Hervé Morin.

Et l'ancien ministre d'ajouter «cette polémique est d'autant plus affligeante qu'elle concerne la question des masques dont le gouvernement La République en marche nous a expliqué au début de l'épidémie qu'il n'était pas utile de s'en munir et dont la pénurie a contribué à la gestion de la crise dont nous subissons tous les conséquences aujourd'hui».

Selon la région, les 2652 communes normandes ont reçu une proposition de la Région sauf Caen, Rouen et Le Havre qui ont passé leurs propres commandes.

Et 738 communes se sont associées aux commandes de la Région ainsi que 41 EPCI et 24 syndicats mixtes ce qui représente en tout 1,858 million de masques.

Les prochaines élections régionales doivent avoir lieu en 2021.


 

Commentaire de Florestan:

Polémique effectivement affligeante sur le mode de l'hôpital qui se fout de la charité!

Alors que les révélations s'accumulent sur les erreurs d'analyse du gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire et sur l'incurie de l'administration de l'Etat central en ce qui concerne les masques, les députés normands déjà en marche pour des élections régionales prévues au printemps prochain, ont perdu une occasion de se taire: ce n'est vraiment pas le moment de lancer la chasse au Morin (qu'ils perçoivent comme l'un des élus nationaux les plus critiques à l'égard du gouvernement, à justre titre d'ailleurs). C'est le moment, au contraire, de démontrer que la réunification de la Normandie est le bouclier social des Normands menacés par la crise économique la plus grave depuis la fin de la Seconde guerre mondiale...

700-707453-Diplome-de-l-hopital-qui-se-moque-de-la-charite