... à l'occupation étrangère (anglo-américaine en l'occurrence) de notre langue. Et pour dire NON aux collabos du "globish" ou du "frangliche"!

ricard

(L'abus de frangliche est dangereux pour la santé de la langue française, à consommer avec modération.)

Un appel du 18 juin pour dire... OUI à la diversité et à la richesse de notre patrimoine linguistique francophone, en France, sur nos territoires, dans nos régions mais aussi dans nos outremers et à l'international.

En conséquence, nous relayons avec plaisir le communiqué suivant émanant des authentiques défenseurs de la langue de Molière et de Corneille:


 

Les puissances privées et les pouvoirs publics qui portent, en France et partout, un mondialisme hégémonique, destructeur des cultures des peuples, oeuvrent à l’emploi universel d’un anglo-américain basique, et à un grand remplacement de nos langues régionales et nationales d’Europe et d’Amérique du Nord.

« La France contre les robots » (Georges Bernanos)

L’enjeu est civilisationnel. Nos associations l’ont longtemps clamé. 18 d’entre elles ont donc décidé de se rassembler afin de donner corps et âme à la résistance au tout-anglais en cette année d’anniversaires : le 80ème anniversaire de l’Appel de juin 1940, le 75ème anniversaire du Conseil National de la Résistance (CNR), le 50ème anniversaire de la création - le 20 mars 1970 à Niamey - de l’ancêtre de l’Organisation internationale de la Francophonie (O.I.F.), et le 2ème de la présentation, par notre Président sous la Coupole, de sa politique pour le français, et de la création de l’Institut de la Francophonie à Villers-Cotterêts.

Nous, citoyens de tous horizons et familles spirituelles et politiques de la France, refusant la soumission, nous sommes, à l’appel des associations, constitués en réseau de société civile, en un Haut Conseil à installer le 14 juillet 2020.

Fort des capacités d’influence de tous, le Haut Conseil devra :

  • Exiger le respect de la Constitution (art. 2, et titre XIV sur la Communauté francophone) et le renforcement sensible de la loi Toubon-Tascaavec des sanctions dissuasives à l’encontre des « collabos de la pub et du fric » (Michel Serres) qui veulent une langue impériale "porteuse de pensée, de politique et d’économie uniques" (Claude Hagège) ;
  • Convaincre les politiciens, media, firmes, de cesser d’y contribuer ;
  • Animer un débat national constant sur la politique linguistique de l’Etat ;
  • Permettre au peuple de France, et aux communautés francophones, de reprendre langue pour pouvoir, à nouveau, parler humanisme au monde.

Nous, citoyens inscrits dans la liste jointe des membres du Haut Conseil français, invitons tous ceux dont la « patrie est la langue française » à nous rejoindre en résistance, et invitons les Conseils des pays et communautés partiellement de langue maternelle française à constituer avec nous le Haut Conseil francophone international de la Langue française et de la Francophonie !


 

HAUTCONSEIL 1

HAUTCONSEIL2

HAUTCONSEIL3

HAUTCONSEIL4

 

HAUTCONSEIL5

HAUTCONSEIL6

HAUTCONSEIL7

HAUTCONSEIL8