• Un éditorial qui nous va très bien, repéré dans le Réveil Normand, un texte signé Thierry Roussin:

https://actu.fr/societe/edito-l-histoire-de-france-ni-blanche-ni-noire_34352425.html

EDITO. L’Histoire de France, ni blanche, ni noire

La mort de George Floyd aux Etats-Unis a déclenché une vague massive de déboulonnage de statues de personnages suspectés de racisme. Trop simple.

Le meurtre de George Floyd aux Etats-Unis a soulevé une lame de fond chez les antiracismes qui ont décidé de faire tomber leurs bourreaux.

Autrefois, ils avaient la stature d’hommes auxquels on érige des statues ou on donne le nom à des rues, des ponts, des lycées… Aujourd’hui, au prétexte d’un hygiénisme historique voulant laver plus blanc que blanc, certains voudraient les faire descendre de leur piédestal.

Lire aussi : EDITO. Une Amérique irrespirable, qui retient son souffle

Tout comme ceux-là aimeraient éjecter Colbert, Napoléon, Jules Ferry et d’autres de notre espace public, il nous faut balayer l’idée que ces personnages illustres se présentent avec un blanc-seing face à la postérité. Ils ont bien failli.

Il serait bien naïf de penser que supprimer des sculptures ou des plaques aux coins des rues ait l’effet d’une gomme pour aider l’Histoire à redémarrer d’une page blanche. D’ailleurs, dans son discours télévisé dimanche 14 mai, le Président Emmanuel Macron confirme bien que « la République n’effacera aucune trace et aucun nom de son Histoire ».

Expliquer sans déboulonner

En d’autres temps, le Pétain traître en 1940 a totalement occulté le héros de la Grande Guerre. Aujourd’hui, il ne reste plus aucune rue ou place Philippe Pétain en France. Fallait-il en arriver là ? Des historiens s’accordent maintenant à dire que la solution est sans doute de conserver toutes ces statues et ces plaques de rues, mais en expliquant ce que ces personnages célèbres ont de plus sombre en eux. Il est préférable de décrypter les faits plutôt que les éclipser. L’Histoire de France n’est ni totalement blanche, ni totalement noire et il faut en accepter les zones d’ombre.

Lire aussi : EDITO. Après la crise de la Covid-19, il faudra conserver le respect de nous-même

Pour se libérer de notre passé, nous pourrions tester l’EFT (Emotional Freedom Techniques) de Sophie Merle, ou le Ho’oponopono hawaïen. Pourquoi pas. Mais cela ne va jamais canceller le fait que chacun d’entre nous détient une part de noirceur qu’il n’aimerait pas voir exposée à la vindicte populaire.

La faute d’un petit n’est parfois perçue que de lui-même.

L’erreur d’un grand est visible de l’Humanité tout entière.

 

Commentaire de Florestan:

A propos du vieux mot surrané "canceller" utilisé par notre éditorialiste, qui nous vient du franco-normand du XIIIe siècle parlé sur les deux rives de la Manche (merci Guillaume!) on trouvera la définition suivante:

De l'ancien français canceller  (XIIIe siècle), venant du latin cancellare: annuler.
Le sens moderne vient du verbe anglais to cancel, venant de l’ancien français.
  1. (Droit)  Annuler un acte quelconque en le biffant de petites croix.
    • Cette « condamnation du souvenir » consistait à effacer symboliquement la trace d’un individu dans la mémoire de ses semblables, en martelant son nom sur les monuments, en le cancellant sur les actes officiels et en détruisant ses statues. (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 131)

  •  Transports scolaires: colère de certains parents d'élèves contre la région Normandie:

https://actu.fr/normandie/aigle_61214/transports-scolaires-colere-des-parents-d-eleves-pourquoi-la-region-normandie-ne-va-pas-rembourser-la-periode-de-confinement_34343919.html

Transports scolaires. Colère des parents d’élèves : pourquoi la Région Normandie ne va pas rembourser la période de confinement

Suite à la colère des parents d'élèves, dans le cadre des transports scolaires, la Région Normandie explique pourquoi elle ne va pas rembourser la période de confinement.

Suite à l’article publié sur le Réveil Normand le 13 juin 2020 sur Internet et le 17 juin 2020 dans l’édition papier, concernant les transports scolaires en Normandie et la colère des parents d’élèves qui demandaient le remboursement des mois sans bus, la Région Normandie a tenu à répondre, par l’intermédiaire de son service communication. Voici ses explications.

Hausse tarifaire suspendue

« La circulation des transports scolaires a été interrompue de la mi-mars à la mi-mai, ce qui représente en réalité une période non circulée d’un mois et demi (vacances de Pâques neutralisées). Le transport commercial (parfois emprunté par les lycéens) a repris en totalité dès le 11 mai 2020. Les services scolaires ont repris dès le 12 mai 2020.

 Lire aussi : Transports scolaires : Dans le Sud de l’Eure, la gronde des parents d’élèves qui veulent être remboursés

 Les circuits sont mutualisés et mixent parfois différents niveaux scolaires. Des véhicules ont ainsi pu circuler sans certains élèves si les cours n’avaient pas repris pour eux. En effet, les établissements scolaires ont ouvert de manière progressive, dès le 12 mai 2020 (pour les primaires, 18 mai 2020 pour les collèges et début juin pour les lycées) sur décision de l’Education Nationale et des communes. Des décisions qui ont été connues peu de temps avant l’ouverture des établissements scolaires.

Conformément au règlement des transports scolaires, aucun remboursement n’est réalisé pour l’année en cours à compter du 1er février. Toutefois afin de tenir compte de cette situation inédite et exceptionnelle, la Région a gelé l’harmonisation des tarifs pour la rentrée 2020 et a suspendu la hausse tarifaire programmée.

Un remboursement partiel sur l’année 2019 ne pouvait pas être réalisé en raison de la complexité du traitement dans les délais impartis :

– 135 000 dossiers

– Un remboursement par abonnement de 0,60€ à 7,50 € à l’échelle de la Normandie, plus précisément de 1,65 € à 6 € dans l’Eure (de 10 € à 125 € l’abonnement annuel suivant son département de résidence et ses ressources)

– Non compatible avec l’ouverture des inscriptions (juin) et l’application de la nouvelle grille tarifaire (harmonisation régionale à 120 € l’abonnement annuel pour les élèves du secondaire demi-pensionnaires et à 60 € pour les primaires et les internes)

– Un budget de 2, 5 M € pour la période du confinement à l’échelle de la Normandie.

Commentaire de Florestan: 

Le ministère de l'Education nationale a fait preuve d'une certaine rétention des informations à l'occasion du déconfinement des lycées pour éviter des fuites dans la presse et des polémiques. Une attitude discrétionnaire qui n'a fait que compliquer la tâche du conseil régional qui a la charge de l'entretien des lycées et de l'organisation du transport scolaire.


  •  Lactalis baisse le prix du lait rémunérant les éleveurs, mais...

https://terres-et-territoires.com/terre-a-terre/lactalis-se-defend-de-toute-baisse-inopinee-du-prix-du-lait-paye-aux-producteurs

Lactalis se défend de toute baisse inopinée du prix du lait payé aux producteurs

17-06-2020
Brèves /Élevage
La nouvelle a fait grand bruit et jusque dans les rangs de vedette de cinéma : « Je trouve ça réellement honteux ! » avait déclaré sur Instagram Guillaume Canet, qui a joué dans le film « Au nom de la terre » (2019), en réaction à un article annonçant une baisse du prix du lait payé aux éleveurs.

Droit de réponse

« En aucun cas le groupe n’a décidé de baisser les prix payés aux producteurs », a assuré le géant laitier Lactalis le 15 juin 2020. Une déclaration faisant suite à l’article intitulé « Lactalis va baisser le prix du lait payé aux éleveurs », publié dans le journal Le Monde le 11 juin 2020. Le groupe mayennais (53) explique que ce prix est « fixé en accord avec les organisations de producteurs dans le cadre de contrat-cadre ». Ce calcul tient compte du mix produits de l’entreprise.

Impact du Covid-19

Pour Lactalis, il est de 50% pour les produits de grande consommation PGC France, de 20% pour les PGC export et de 30% pour les produits industriels. « La crise internationale de la Covid-19 pourrait avoir un impact au second semestre, certains marchés (export et ingrédients) ne progresseront pas autant sur la fin d’année 2020. (…) », se défend Lactalis.

« De ce fait, le prix du lait pourrait ne pas connaître la même évolution positive que les précédentes années », poursuit le groupe. Une position que corrobore Claude Bonnet, président de l’Unell (association de neuf OP regroupant 4 100 exploitations livrant à Lactalis).

Bien que regrettant cette baisse, il assure qu’elle s’opère « dans le respect des accords passés » en tenant compte pour le prix du mois de juin de la valorisation beurre-poudre du mois d’avril, alors à un niveau très bas.


  •  Réouverture de l'Opéra régional de Rouen avec deux concerts gratuits proposés au public: voilà une idée intelligente! ( A Caen, le théâtre municipal, scène lyrique nationale, restera fermé...)

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/l-opera-de-rouen-normandie-rouvre-ses-portes-et-propose-deux-concerts-gratuits_34346137.html

  • Second tour des Municipales au Havre: il faut sauver le citoyen Jean-Paul du gouffre de la division de la gauche face à un Edouard Philippe en pleine forme dans les sondages mais qui ne sera par le nouveau maire du Havre après le 28 juin prochain...

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/municipales-2020-les-cadres-de-la-gauche-reunis-au-havre-pour-soutenir-le-candidat-jean-paul-lecoq-PM16922368?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&mediego_ruuid=fbae9e74-feef-41bc-86d9-051db34363a1_0&mediego_campaign=20200617_545ae531-3b7c-4033-a984-ace036949d28&utm_campaign=newsmunicipales&utm_medium=email

Si Édouard Philippe compte faire campagne « avec des rencontres, des appels téléphoniques, des déambulations, mais aussi sur les réseaux sociaux et dans les médias », à gauche, Jean-Paul Lecoq souhaite prôner l’union. Pour ce faire, quoi de mieux que l’organisation d’un grand rassemblement réunissant les cadres des principaux partis de gauche, à commencer par Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et député du Nord. Un soutien évidemment apprécié par Jean-Paul Lecoq, même s’il eût été étonnant que son chef de file ne soit pas à ses côtés au moment d’affronter le Premier ministre sur ses terres. Plus appréciable encore, la venue des différents leaders des forces de gauche réunis autour du candidat communiste afin de délivrer un message d’union. « L’alternance est à notre portée. Elle est à gauche et la gauche est unie. Les Havraises et les Havrais vont reprendre le pouvoir », martèle-t-on au sein de l’équipe de Jean-Paul Lecoq.

Commentaire de Florestan:

Un message d'union c'est bien. Mais l'union c'est quand même mieux!


  •  La Brittany ferries connaît de grosses difficultés financières: après les incertitudes du Brexit voici venir la crise du covid 19 avec l'arrêt total du fret passager et les conséquences d'un déconfinement complexe tant au Royaume-uni qu'aux îles anglo-normandes. A cela il faut ajouter la nécessité qui va venir vite de rembourser 170 millions de prêts garantis par l'Etat depuis le 15 mars dernier. On précisera néanmoins que si cette compagnie maritime bretonne n'avait pas ses lignes... normandes, elle aurait fait naufrage depuis longtemps: Merci René Garrec!

https://www.ouest-france.fr/bretagne/transport-maritime-avis-de-gros-temps-chez-brittany-ferries-6872440

  •  L'émission de France3  "Des racines et des ailes" en tournage à Champsecret (Orne) sur le thème de la renaissance des Chemins montois:

https://www.ouest-france.fr/normandie/champsecret-61700/normandie-des-racines-et-des-ailes-en-tournage-champsecret-dans-l-orne-6872472

  •  Dilemme environnemental sur le technopôle du Madrillet, près de Rouen: alors que le technopôle s'aggrandit au profit d'un campus de recherche sur le véhicule propre, autonome et durable mais au détriment de la zone forestière où il se trouve établi, des manifestations ont lieu pour sauvegarder les arbres:

https://actu.fr/normandie/saint-etienne-du-rouvray_76575/plusieurs-centaines-de-personnes-contre-la-destruction-de-la-foret-du-madrillet-pres-de-rouen_34357773.html

deforestation-madrillet-rouen-854x641


  • Glanés dans la dernière édition disponible de la Lettre Eco Normandie (n°1669, 12 juin 2020):

Confirmation de l'inefficacité de la verticalité "jacobine" pour gérer la crise qui a mis, aussi, le Serqueux-Gisors en retard...

LEN

 

  • Filière équine, Ecole de Management de Normandie, emploi...

LEN2

  • Une économie régionale normande qui a largement appliqué la distanciation sociale avec... l'URSSAF:

LENDATA

  • Masques, gants et visières "made in Normandie":

CIRCUITCOURT