Nous en tombons de notre armoire normande!

armoire-de-bayeux-sans-colonnes-armoire-normande-en-bois-massif-armoire-de-mariage-sculptã©e-armoire-2-portes-en-bois-massif-dã©corã©e_7022


 

https://www.ouest-france.fr/politique/les-elus-regionaux-vont-ils-faire-un-peu-de-rab-6872429

Les élus régionaux vont-ils faire un peu de rab’?

Emmanuel Macron réfléchit à différer les élections régionales de plus d’un an. Afin de pouvoir faire adopter « une grande loi » de décentralisation avant. Attention au « tripatouillage », disent certains.

S’oriente-t-on vers un nouveau chamboulement du calendrier électoral ? Après des municipales fortement perturbées par l’épidémie de coronavirus cette année, un autre changement pourrait intervenir en mars 2021. Il concernerait, cette fois, le scrutin régional.

Le chef de l’État réfléchit à un report de ce rendez-vous, après la Présidentielle d’avril-mai 2022. Son objectif avoué ? Faire adopter une  grande loi  de décentralisation, donnant davantage de pouvoirs – notamment financiers – aux collectivités.

« Bouts de ficelles »

Pour l’instant, l’heure est à la concertation. Avec, comme horizon, un accord – ou un désaccord – politique en juillet. À cette fin, Emmanuel Macron a reçu lundi Renaud Muselier (LR), le président de l’Association des régions de France.

L’a-t-il convaincu ? À l’issue de cette réunion, le Marseillais ne s’est pas montré opposé à un tel report. S’il faut, évidemment, peser le pour et le contre d’une telle idée, il ne me semble pas qu’elle doive être d’emblée rejetée ».

Hervé Morin, président centriste de Normandie, estime, lui, que  ce report n’aurait de sens que s’il s’accompagnait d’une refonte des pouvoirs publics. Sinon, il serait vécu comme du tripatouillage ».

Président PS de la Bretagne, Loïg Chesnais-Girard ne se dit  pas intéressé par ce débat sur la date. Par contre, il est prêt à travailler  si on nous donne du temps pour avancer sur la Bretagne à cinq, sur la reconnaissance des langues régionales, sur davantage de libertés pour agir, sur la gestion des fonds européens au service des territoires et des transitions… Avec autre chose que des bouts de ficelles ».

« Un marchandage indigne »

Différer le scrutin ? Hors de question pour Christelle Morançais (LR). La présidente des Pays de la Loire estime qu’il faut respecter le calendrier établi. Ce report arrangerait le chef de l’État, contre des pouvoirs étendus aux présidents de région. Ce marchandage est indigne ! Les Français nous attendent pour sauver l’économie et les emplois. 

Une position partagée à droite par Valérie Pécresse (Île-de-France) et Xavier Bertrand (Hauts-de-France), deux candidats potentiels à la Présidentielle… qui comptaient sur une victoire aux régionales pour asseoir leur légitimité…

Et qu’en sera-t-il des élections départementales, prévues également en mars 2021 ? Seront-elles décalées ? Contacté, Dominique Bussereau, le président de l’Assemblée des départements de France, certifie n’avoir aucune information sur le sujet.  Franchement ».


 

Commentaire de Florestan:

MEPRIS JACOBIN TOTAL... Ou terrible aveu de faiblesse!

Emmanuel Macron voudrait tuer l'idée de démocratie régionale qu'il ne s'y prendrait pas autrement! On pourrait aussi dire que ce président autrefois si sûr de son fait et de la centralité de son pouvoir est, désormais, aux abois et qu'il est prêt à tout: y compris à un nouveau grand big bang de la décentralisation...

Mais, méfité co! Méfité tréjou!

Car sous prétexte de faire voter, à la va-vite une énième et "grande" loi de décentralisation (fallait y penser plus tôt notamment lorsqu'un candidat  en marche nous sussurait un "pacte girondin" dans le printemps 2017), le report à 2022 des élections régionales consisterait à les faire complètement fondre et avec elles le débat public régional (qui peine déjà à exister en tant que tel) devant l'enjeu solaire, jupitérien, des élections présidentielles.

Ce n'est pas en changeant le thermomètre ou en différant la prise de température que l'on va guérir la maladie. Une maladie démocratique, en l'occurrence, voire une crise de légitimité portée comme un péché originel par l'actuel chef de l'Etat arrivé premier dans un concours de circonstances électorales...

 

PAR AILLEURS...

Nous nous sommes procurés un document important, à savoir la liste des propositions du groupe parlementaire La République En Marche à l'Assemblée Nationale pour l'Après crise:

Nous avons sélectionné, dans cette longue liste à la Prévert (qui ignore, soit dit en passant, la Culture et le patrimoine) les passages qui concernent nos collectivités territoriales avec, il faut bien le dire, une vision qui reste éloignée d'une régionalisation et d'une démocratie girondine authentiques avec la dilution de l'actuel conseil régional dans une improbable "assemblée des territoires" (genre: conférence territoriale de l'action publique?) mêlant différents élus locaux (ainsi que les députés!) et la "disparition de l'échelon départemental" tout en renforçant les compétences et les responsabilités qui pourraient être traitées à cet échelon: nous avouons n'avoir rien compris à ce très subtil jeu de "et en même temps" tant la pensée complexe macroniste nous échappe...

Au delà de ces propositions baroques qui font penser à une ressucée en moins aboutie de la réforme portée par Nicolas Sarkozy du conseiller territorial et qui connut le peu de succès que l'on sait, on note surtout dans ces propositions l'idée de renforcer la déconcentration de l'administration de l'Etat à tous les niveaux territoriaux, avec l'idée d'une coopération renforcée entre le préfet de région et le président de région: déconcentration, décentralisation, régionalisation, subsidiarité, souveraineté, tout ici se mélange...

Non! Franchement, la réflexion sur l'idée régionale n'est visiblement pas le fond de commerce de la boutique de la République En Marche...

Bonne lecture!

LREM1

LREM2

LREM3

LREM4

LREM5

LREM6

LREM7

LREM8

LREM9

LREM10

LREM11

LREM12

LREM13