Beau symbole et belle image d'unité normande autour de l'Alpine Renault dont la fabrication en son usine de Dieppe fait l'objet d'interrogation de la part de la direction de Renault qui a fait connaître son plan de réduction d'activités ou de réorientation de la fabrication. A priori, il n'est pas question de fermer l'usine de Dieppe alors que l'on vient de relancer la fabrication de l'Alpine sur le créneau de la voiture de sport haut de gamme. Justement, l'une des critiques récemment formulées contre la stratégie de Renault au niveau mondial c'est de proposer des véhicules positionnés dans le milieu de gamme avec de belles performances pour les motorisations mais avec des carrosseries et des aménagements intérieurs qui le sont moins:  l'Alpine est le seul véritable véhicule haut de gamme proposé par la firme au losange, une fabrication normande qui plus est!

La question est donc de dynamiser les ventes pour un véhicule haut de gamme qui doit offrir des possibilités spécifiques et attractives: il serait donc intéressant de proposer une Alpine électrique avec performances sportives. Tesla et quelques autres marques occupent déjà ce créneau. Allons plus loin: on pourrait parier sur l'hydrogène (motorisation et/ou pile à combustible): l'Allemagne qui se soucie de l'avenir de son industrie automobile envisage sa décarbonation totale à l'horizon 2030 en misant sur l'hydrogène avec plan doté de 9 milliards d'euros. On aimerait bien voir la même chose en France sachant que la Normandie est déjà une région pionnière pour les expérimentations avec l'hydrogène.


 

https://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/dieppe-une-union-sacree-autour-d-alpine-afin-de-sauver-la-marque-LI16962009?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=d26e742055&mediego_ruuid=ae598b11-985a-4579-a09e-dc8ae0a67c33_0&mediego_campaign=20200627_news_actu&utm_content=20200627&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email

Dieppe : une union sacrée autour d’Alpine afin de sauver la marque

Économie. À la suite de l’annonce de la restructuration du groupe Renault, que va devenir l’usine Alpine de Dieppe après 2023 ? Les intervenants politiques et économiques se sont mobilisés. Explications.

alpine-4_26995068_20200626183514

alpine-197_26995064_20200626183515

Il faut sauver la voiture Alpine. Telle est la mission que s’est imposée l’ensemble des partenaires institutionnels et économiques, réuni vendredi après-midi dans les locaux de Dieppe Méca-Energies, situés zone Delaporte, à Rouxmesnil-Bouteilles.

À la suite du plan de restructuration présenté par le groupe Renault, le 29 mai dernier, l’annonce de la fermeture pure et simple de l’usine Alpine soulevant l’émoi et la protestation générale des décideurs politiques et économiques locaux et régionaux. Depuis, le groupe Renault a fait une marche arrière et les activités de l’usine Alpine vont se poursuivre jusqu’en 2023. Et après... qu’en sera-t-il ?

Faire évoluer la marque

Le président de la Région Normandie, Hervé Morin, a invité le chef de l’État, Emmanuel Macron, à visiter l’usine Alpine de Dieppe. " Il est important qu’il constate de lui-même le savoir-faire des salariés et l’investissement des entreprises qui ont fait renaître cette marque automobile française et même normande. Il a annoncé ces dernières semaines sa volonté de relocaliser en France une partie de l’industrie. Il vient de le dire pour le médicament Doliprane, alors l’Alpine, pur produit normand... on n’abandonnera pas! "