Billet de Florestan:

Oui, oui, on a bien dit 2021 et pas 2022 puisqu'ils sont tous obnubilés par les élections présidentielles du printemps 2022 en se mouchant, en se rasant, en se savonnant sous la douche ou ailleurs dans quelque autre cabinet...

Nous, ce qui nous intéresse ici, ce sont les élections présidentielles normandes du printemps 2021 puisqu'à Paris, en haut-lieu, ils ont eu la décence de ne pas tripatouiller le calendrier électoral histoire de ne pas trop décourager le dernier quarteron d'électeurs inscrits qui se déplace encore pour aller voter!

Il est vrai que les élections régionales ne suscitent guère d'intérêt ni de passion chez des électeurs habitués au cadre mental jacobin qui est, à la fois, localiste (élections municipales) et national (élections présidentielles).

C'est à peine s'ils connaissent le nom ou le territoire de la région où ils habitent ou, pis, s'ils connaissent le nom de leur président de région ou de leurs conseillers régionaux...

Là encore, la Normandie fait figure d'heureuse exception dans un paysage bien triste sinon dévasté au regard de la symbolique politique et de son incarnation géographique et humaine (espace vécu):

En effet, selon un récent sondage (voir ici même sur l'Etoile de Normandie) 93% des Normands se disent heureux de vivre dans leur région, un taux record!

71% d'entre eux se disent satisfaits de l'action régionale actuellement menée. Un chiffre, là encore, plutôt élevé. Enfin, 58% des Normands interrogés connaissent le nom de leur président de région, un certain Hervé Morin: quand on sait que c'est généralement plutôt l'inverse, le cas d'Hervé Morin Le Normand fait exception. En revanche, on retrouvera la morne plaine observable partout ailleurs quand il s'agit de demander aux Normands s'ils connaissent le nom de leurs conseillers régionaux. Fort logiquement, ils répondent NON à 87%...

Ces chiffres témoignent d'une double réalité sinon d'une double évidence:

1) La Normandie est une évidence, un héritage millénaire prestigieux sinon un destin collectivement partagé.

2) Un destin partagé doit politiquement s'incarner.

Toutes proportions gardées, Hervé Morin est en train de faire pour la Normandie et les Normands ce que le Général de Gaulle a fait pour la France et les Français: incarner politiquement un destin collectif à un moment crucial de l'Histoire.

En effet, dans l'ordre des réalités normandes, les élections régionales de décembre 2015 furent historiques puisqu'il s'agissait de refonder pour la première fois depuis 1790 une unité administrative et politique pour la Normandie: après l'acte de lucidité et de courage historique du président François Hollande d'opter (contre Laurent Fabius) pour la réunification normande quelques jours avant de commémorer à Ouistreham avec 150 chefs d'état du monde entier le 70ème anniversaire du Débarquement de 1944, Hervé Morin choisi, il faut le dire, dans un mouchoir électoral de poche pour être le premier président de l'unité normande, avait le devoir incommensurable d'incarner le destin normand.

Un destin normand retrouvé qu'il fallait politiquement incarner pour faire revivre une Normandie endormie dans le coeur des Normands.

Manifestement, celui qui se dit "heureux" de présider la Normandie, qui affirme l'avoir dans son coeur et ses tripes, qui se dit fier d'en venir dans un beau livre, qui fut parmi ceux du "serment d'Epaignes" du 26 novembre 2006 qui jurèrent de se mettre au service des Normands et de la Normandie (et non l'inverse) dans le but de recouvrir l'unité de notre région... (archives:  http://normandie.canalblog.com/archives/2006/11/29/3296517.html ) a réussi cette incarnation politique essentielle...

Le destin normand, en ce début de XXIe siècle, c'est Hervé Morin avec une logique d'action régionale normande totalement assumée ayant pour objectif prioritaire la défense et la valorisation des emplois et des savoir-faire de l'économie normande:

La crise aussi grave que soudaine que nous subissons depuis mars dernier quand bien même elle fragilise le bilan fondateur de ce destin normand retrouvé depuis quatre ans, a paradoxalement renforcé l'évidence normande incarnée par Hervé Morin. La Normandie, quand son action et ses opportunités sont enfin présentées et connues aux populations normandes, est reconnue par elles comme la seule idée politique un tant soit peu positive et rassurante dans un monde contemporain redevenu brumeux, incertain, inquiétant.

Auprès d'un petit peuple industrieux normand, ces ouvriers, ces employés ou petits patrons de l'artisanat, du commerce, de l'industrie de l'agriculture ou de l'agro-alimentaire très inquiets pour leurs emplois et leurs affaires pendant la crise sanitaire et le confinement du printemps 2020, le conseil régional de Normandie (avec, il faut le dire, une parfaite coopération avec les services du préfet de région représentant l'Etat ) a non seulement apporté une aide financière efficace mais a aussi rassuré: à n'en pas douter, cela devrait compter dans les urnes normandes au printemps prochain...

Nous ne cessons de le marteller ici:

La Normandie c'est le bouclier social des Normands.

Justement, Normandie, état des lieux dressé à la m-juillet 2020 par la Banque de France:

 

rebondnormand

(Source: Lettre Eco Normandie, n° 1674, 17 juillet 2020)

Hervé Morin et derrière lui sa majorité régionale, peuvent revendiquer la légitimité de présenter ce bouclier devant les suffrages des Normands en mars prochain et espérer raisonnablement que les Normands auront, en retour, la lucidité d'adouber pour un nouveau mandat régional celui qui a su si bien incarner notre destin normand depuis 2016.

Après ces certitudes ou plutôt ces convictions, avouons nos inquiétudes avec cette question:

Y a-t-il une classe politique normande?

Réponse: oui.

Par qui cette classe politique normande est-elle représentée?

Réponse: par un seul.

Qui donc?

Réponse: Hervé MORIN.

Tout le problème est là!

Entre le localisme départementaliste ou municipal des uns et l'activisme politique (voire politicien) d'une obsession nationale parisienne jamais démentie des autres, la classe politique authentiquement normande ressemble à une espèce rare à protéger de toute urgence!

A cela, ajoutons un manque de relai plutôt inquiétant entre la société civile normande et un exécutif régional quelque peu isolé car il reste à faire l'urgente réforme de démocratisation du Conseil régional économique social et environnemental (CESER), cette seconde assemblée régionale soi-disant représentative de la société civile régionale "organisée"...

Idéalement, nous devrions avoir un "G9" pour confirmer la renaissance d'un destin normand et renforcer le bouclier social des Normands dans la crise économique qui monte comme la tempête depuis le noir horizon.

Voici ce G9 normand ( G10 avec le préfet de région) qu'il faudrait mettre autour d'une table (cette fameuse conférence territoriale de l'action publique prévue par le législateur de la loi NOTRe de 2015 mais qui n'a jamais été réunie à notre connaissance) avec la composition suivante (classement des 9 premiers ensembles territoriaux normands selon la taille des budgets mobilisés):

1) Hervé Morin, (NC) président de la région Normandie

2) Bertrand Bellanger (LREM) président du conseil départemental de la Seine-maritime

3) Nicolas Mayer-Rossignol (PS) président et maire de la métropole de Rouen

4) Jean-Léonce Dupont (UDI) président du conseil départemental du Calvados

5) Joël Bruneau (LR) président et maire de la communauté urbaine de Caen

6) Edouard Philippe (LR ???) ex Premier ministre, président et maire de la communauté urbaine du Havre

7) Pascal Le Hongre (LR) président du conseil départemental de l'Eure

8) Marc Lefèvre (LR) président du conseil départemental de la Manche

9) Christophe De Balorre (LR) président du conseil départemental de l'Orne

... Liste non exhaustive puisqu'il faudrait lui adjoindre celle des présidents et présidentes des 70 intercommunalités restantes (EPCI) qui maillent désormais l'ensemble du territoire normand: avec le préfet de région, nous devrions réunir un G80 normand que seuls le préfet et le président de région seraient capables de réunir... dans leur tête!

Autant dire que pareil aréopage normand ne sera jamais rassemblé!

Des Etats-généraux de la Normandie auraient beaucoup d'allure et  pourraient marquer durablement l'opinion régionale pour en faire une opinion... normande. On a le droit de rêver... Non?

17

(Carte proposée par le géographe Gérard Granier: http://assonormandie.net/ggranier-les-cartes/)

 Et pourtant!

drakkar

(Drakkar dans la tempête, Claude Blaesius, 2019)

De rudes épreuves attendent les Normands et de grands défis attendent les entreprises, les associations, administrations et institutions de notre région. Ces quatre-vingt grands élus normands devraient se serrer les coudes, "chasser en meute" comme font les loups ou les léopards avec le président de région en figure de proue (sinon de... dragon) pour avoir prise collective sur le réel et infléchir par une action volontaire normande coordonnée les grands déterminismes socio-économiques. En un mot: incarner politiquement un destin collectif normand.

Bien sûr! nous rêvons... Cependant, sur cette fameuse liste des 80 il y en a au moins un qui fait le boulot de faire avancer nos affaires normandes et qui croit en l'évidence normande.

Celui-ci par exemple?

voici-comment-edouard-philippe-est-devenu-le-22e-premier-ministre-francais

En effet, chez quelques uns et quelques unes de ces 80 la corde sensible normande se fait parfois entendre au point d'en jeter un à l'eau histoire de démontrer médiatiquement qu'il était l'un des rares à soutenir l'unité normande dans son propre camp... Le nageur en question a pourtant occupé un poste de première importance nationale tant pour se jeter dans le bain de l'intérêt général normand que pour mettre le paquebot Normandie à l'eau: il n'en a rien été! Ledit nageur palmé est resté au bord du bassin sinon sur le perron de son hôtel particulier parisien!

Lire, par exemple, ceci: ça grogne dans les grands ports maritimes normands, notamment du côté de Rouen!

grogneportuaire

(Source: Lettre Eco Normandie, n°1674, 17 juillet 2020)

La fusion portuaire sur la vallée de la Seine en amont de Paris, à défaut d'être normande, n'était-elle pas encore récemment la chasse gardée d'un certain Premier ministre nommé... Edouard Philippe? Quel est son bilan, justement, sur ce sujet majeur sinon essentiel pour l'avenir de notre région?

Poser la question c'est y répondre...

5f0057dcb9cf3_off_nouveau_conseil_municipal_rouen_passation_pouvoir_-00_00_42_16-4913562

N'oublions pas, enfin, que parmi nos 80 nous avons aussi un ancien jeune président de demi-région fabiusienne récemment devenu le président d'une métropole régionale quelque peu indolente qui entend bien tordre le réel avec ses petits bras musclés du côté de la Chapelle Darblay après s'être inutilement opposé au préfet de région sur la question de la réouverture du site industriel de Lubrizol...

Lire, ci-après:

lubrizol

(Source: Lettre Eco Normandie, n°1674, 17 juillet 2020)

Voir aussi le lien suivant:

https://actu.fr/normandie/grand-couronne_76319/nicolas-mayer-rossignol-determine-a-se-battre-pour-sauver-la-chapelle-darblay_34996663.html

Le tout nouveau maire de Rouen et président de la métropole régionale va devoir apprendre un nouveau métier: travailler avec les autres. A commencer par le président de région Hervé Morin et le préfet de région Durand pour trouver une solution viable pour le site industriel de la Chapelle Darblay, un site normand d'intérêt national pour l'économie circulaire française. Justement, une réunion de travail est prévue en septembre prochain présidée par le préfet et le président de région...


 

chasse à courre

Selon nos informations, avant de quitter l'hôtel de Matignon, Edouard Philippe, encore Premier ministre, avait eu le temps de recevoir un certain Pascal Martin, actuel sénateur (LR) de la Seine-maritime et ancien président du conseil départemental de la Seine-maritime et qui garde bien des contacts avec l'actuel président, Bertrand Bellanger, premier élu de La République En Marche à la tête d'un exécutif départemental après "un bel exercice de démocratie interne" (dixit Pascal Martin): la réunion n'avait pas pour objet le développement portuaire normand mais la préparation des élections sénatoriales du 27 septembre prochain et notamment, la constitution des listes avec pour objectif principal de "sortir les morinistes" (sic!) pour une voire... plusieurs élections: on pensera, bien évidement, à nos élections régionales normandes tout en découvrant qu'au final, nous ne sommes pas les seuls à y penser!

illustration-renard_4314323

La chasse au Morin est-elle de nouveau ouverte?

Il est vrai que le paysage normand vu après avoir consommé une indigeste teurgoule politicienne n'est guère ragoûtant! c'est même un spectacle de désolation décrit non sans une certaine gourmandise par Bertrand Tierce dans la dernière livraison disponible de sa Chronique de Normandie hebdomadaire.

Lire ci-après:

(source: Chronique de Normandie, n°635 13 juillet 2020)

centierce130720

centier13072020b

 "Les pièces du puzzle qui s'écartent", "la république autonome du Havre", "la république autonome de Rouen", "la Basse Normandie oubliée"... "le chevalier blanc des Bas-Normands", "les leaders de l'Axe Seine", "région archipel"...

Bigre! On dirait le tableau d'un champ de bataille ou d'une guerre civile! Il faudrait tout de même informer Monsieur Tierce que la Normandie est réunifiée depuis maintenant plus de quatre ans et que les Normands y tiennent!

coucougris_shutterstock_1380980498_

Ainsi, pendant que certains apprentis généralissimes réfléchissent, peut-être déjà à leurs triangulations stratégiques pour leurs grandioses campagnes d'ici 600 jours ou que d'autres, tels des coucous, pondent leurs oeufs pour 2022 dans le nid des autres, un autre travaille, ici et maintenant, à la... défense de la Normandie et de son industrie aéronautique: des milliers d'emplois normands sont en jeu!

Preuve à l'appui:

lettrejeancastex


 Commentaire de Florestan:

La chasse au Morin est donc ouverte puisque Hervé Morin court déjà la campagne normande... pour les Normands!

léopard

(source: Chronique de Normandie, n°635 13 juillet 2020)

morinencampagne

Avec cette boussole:

Servir la Normandie au lieu de s'en servir...

On espère que dans la brume les Normands sauront se reconnaître!

Une dernière précision aux divers amateurs de chasse en 2021 ou en 2022...

La chasse aux léopards est interdite en Afrique du Sud !

https://www.europe1.fr/international/afrique-du-sud-la-chasse-au-leopard-interdite-2691337

... En Normandie aussi !