Un compère malicieux vient de me proposer un exercice de torpillage de document officiel…

     Ce document officiel n’est autre que le Rapport d’activité du GIE Haropa, Groupement d’Intérêt Economique regroupant les ports du Havre, de Rouen et de Paris, sur le point d'évoluer vers une fusion des trois ports concernés…

     Bien qu’ayant déjà écrit sur les résultats de trafic maritime de conteneurs de ce GIE en 2019, et apporté un commentaire sur le trafic de céréales du port de Rouen, je vais faire l’effort de commenter l’éditorial de la photogénique Catherine Rivoallon, présidente d’Haropa et préfiguratrice du nouvel établissement portuaire unique de la Seine, en page 3 dudit rapport…

Morceaux choisis :

« … projet pour l’échéance fixée au 1er janvier 2021. … »

     L’échéance sera-t-elle respectée ? La question de la localisation du siège sera-t-elle résolue d’ici à cette échéance ? Je ne serais pas étonné d’apprendre que l’ambiance au sein des gouvernances respectives des trois ports constituant Haropa soit… crispée…

 

« … services maritimes, fluviaux, ferroviaires de premier plan, … »

     . Les services fluviaux sont-ils vraiment de premier plan avant que la « chatière » (accès direct entre Port 2000 et le canal de Tancarville) soit mise en service ?

     . Les services ferroviaires sont-ils de premier plan avant la mise en service du tronçon Serqueux-Gisors (et au-delà) et des conditions optimales de circulation (actuellement non atteintes) sur l’unique axe de circulation des trains de fret entre Le Havre et Yvetot-Motteville ?

 

« … Avec un total de 2,9 millions d’EVP, les trafics maritimes de conteneurs subissent une baisse de 3,5 % malgré la bonne tenue des trafics hinterland restés stables sur l’année, alors que le mois de décembre a été nettement impacté par le conflit social lié à la réforme des retraites. … »

     D'abord, ce n'est pas 2,9 MEVP mais 2 824 632 (GPMH : 2 762 953 + GPMR : 61 679 ; source ministérielle) ; C'est ce qu'on pourrait appeler un "abusif arrondi par excès"...

     Hypothèse : comme le mois de décembre 2019 « a été nettement impacté par le conflit social lié à la réforme des retraites », si on lui substitue le mois de décembre 2018, ça donne quoi ? à peine 2,9 MEVP (très exactement 2 901 498 EVP de décembre 2018 à novembre 2019 (GPMH : 2 838 926 + GPMR : 62 572 ; source ministérielle)…

 

« … En revanche, les exportations de céréales ont été en forte croissance avec la 2è meilleure performance de ces vingt dernières années, soit + 9,3 % à 8,3 millions de tonnes. … »

     Bravo ! Cela dit, compte tenu de l’influence des aléas climatiques sur ce type de trafic, une baisse de 10 % d’une année sur l’autre n’est pas exclue à court ou moyen terme…

 

« … 2019 a également connu une hausse exceptionnelle des trafics fluviaux, portée principalement par le trafic de conteneurs maritimes et urbains, le dynamisme du secteur de la construction lié au Grand Paris … »

     La masse de déblais issue de la réalisation du Grand Paris Express évacuée vers des zones de stockage fait-elle partie de ce trafic ? Oui et, dans ce cas, faut-il se réjouir d’un trafic résultant de travaux provoqués par la concentration de population et d’activités économiques en Ile-de-France ? D’ici à la fin du projet du Grand Paris Express, 45 millions de tonnes de déblais

https://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/grand-paris-les-deblais-du-supermetro-inquietent-les-ecologistes-20-05-2019-8075964.php

https://www.constructioncayola.com/environnement/article/2020/02/28/128134/transport-fluvial-croissance-trafic-10-sur-bassin-seine

seront produites pour ériger les tunnels, gares et autres ouvrages annexes.