Ils veut construire ça... au coeur du château de notre duc Guillaume à Caen!

119513776_2346431365503445_1381611146735509010_o

Château de Caen: le maire veut construire un bâtiment style "Burger King" dans l'enceinte fortifiée de nos ducs-rois anglo-normands!...
A moins qu'il ne s'agisse d'honorer le style "Motel" faute d'oser apprécier le style "anglonormand" en pierre de taille ! (trop passéiste évidemment)...
Ou alors s'agit-il d'un bâtiment de style "saloon" de Western américain comme celui qui est déjà présent sur la place de la République dans le centre-ville...

motel quebec

saloon

Apparemment ce bâtiment ne serait, surtout, qu'un ajout pour le confort technique et fonctionnel des administrations qui occupent actuellement l'insigne château fondé par Guillaume Le Conquérant:
On comprend mieux ainsi l'allusion au style "station-service"... A moins qu'il ne s'agit d'un clin d'oeil à l'esprit et à l'ambiance des aires d'autoroutes ou de nos si pittoresques zones commerciales d'entrée de villes contemporaines ! (Ne manque plus qu'un rond-point devant...)

stationservice

station service2

aire d'autoroute

aire d'autoroute2

proxy-image

119513776_2346431365503445_1381611146735509010_o

Bref! ce machin, ce "geste architectural" comme on doit dire, déposé là comme certains déposent leurs offrandes pour marquer un territoire, n'a rien à faire... dans l'enceinte du château de Guillaume Le Conquérant !
Cette construction hideuse est un total contresens tant sur le choix et la couleur des matériaux (on insulte la pierre de Caen chez elle!) que sur le choix de l'emplacement: à savoir devant les restes d'un donjon médiéval qui faisait autrefois 30 mètres de haut! Mais aussi devant la porte des Champs dont la perspective serait en partie masquée...
Ce projet est d'autant plus regrettable qu'il provient de l'agence d'architecture de Philippe Prost qui nous a pourtant habitué vraiment à beaucoup mieux lorsqu'il s'agit de sites patrimoniaux ou mémoriels!

03_p-prost_aapp_the-ring_ph-aitor-ortiz_thumb

A comparer avec l'extraordinaire réalisation d'un anneau mémoriel dans le cimetière de Notre-Dame de Lorette dédié aux soldats morts pendant la 1ère guerre mondiale,  le projet de l'agence Prost pour le château de Caen paraît plus que... minable!

Et nous sommes à deux doigts de penser que notre grande affaire patrimoniale normande a été traitée avec beaucoup moins d'égards et d'intérêt: il est probable que l'absence d'un projet global sérieux n'a guère incité cette agence à travailler sérieusement son sujet!

Commander un projet à une bonne agence d'architecture ça ne suffit visiblement donc pas... Encore faut-il qu'il y ait, au préalable, un vrai projet et les moyens qui vont avec !

En effet, au delà des aspects esthétiques et architecturaux de ce mauvais projet il faut, surtout, relever deux absences fondamentales (en plus du donjon disparu en élévation):
  1. Où est la DRAC et son expertise patrimoniale dans ce mauvais projet? (Poser la question, c'est hélas, y répondre...)
  2. Où est le projet culturel ambitieux et cohérent pour faire rayonner le site historique insigne du château de Caen fondé par Guillaume Le Conquérant au delà des frontières caennaises et normandes? (Quid de la salle de l'Echiquier?)
Avant de défigurer notre château avec un mauvais contenant et une architecture contemporaine sans imagination qui n'a rien à faire là, il faudrait, d'abord, définir un contenu:
Un vrai, un grand et un beau projet pour le château de Caen, pour présenter aux petits et aux grands, Guillaume Le Conquérant, l'épopée médiévale européenne des Normands mais aussi l'histoire d'une ville de Caen qui reste toujours très méconnue après 1066 et avant 1944...
Avec cette ultime question qui intéressera, nous en sommes certain, les boutiquiers qui nous gouvernent:
Combien va coûter ce nouvel "équipement"? Ce nouveau bâtiment aura-t-il un budget de fonctionnement? Et ce budget sera-t-il à prendre sur l'argent de la ville et, donc, à prendre dans la poche du contribuable caennais?
On se souviendra, en effet, que ces considérations financières sont à ce point puissantes qu'elles avaient contraint notre bon maire d'abandonner la bonne idée de construire une vraie halle gourmande... au bon endroit!
Le plan du projet:
L'enceinte du château ducal normand, l'une des plus importantes du Moyen-âge européen est, avant tout, traitée comme devant contenir un "espace vert": que l'on déminéralise les lieux (retrait du parking) pour en faire un grand parc public central pour la ville c'est bien. Mais penser aussi à un projet patrimonial historique (avec restitutions architecturales ou archéologiques de certains éléments disparus ) avec une dimension culturelle, muséographique et pédagogique dédiée à l'épopée normande ce serait tellement mieux!

plan


Lire l'article proposé par Maxence Gorréguès pour l'hebdomadaire "Liberté" à l'occasion de la présentation de ce projet lors du conseil municipal de Caen le 14 septembre 2020:

Transformation du Château de Caen : 7 tours, les geôles et le donjon seront accessibles

De nouveaux espaces seront rendus au grand public au château de Caen (Calvados), à l'issue d'un chantier de grande ampleur dont la livraison est espérée pour 2026

chateau-caen-agence-laverne-854x590

Les habitants de Caen (Calvados) vont devoir s’armer de patience. Il faudra attendre 2026 pour découvrir des trésors cachés du château, aujourd’hui inaccessibles. C’est l’un des objectifs de la deuxième phase d’un grand chantier censé durer 5 à 6 ans, visant à pousser les Caennais à se réapproprier ce lieu emblématique qui reste peu fréquenté.

Le projet baptisé « le château dans ses murs » et qui fait la part belle aux aménagements extérieurs, doit être présenté lundi 14 septembre 2020 en conseil municipal. Les élus doivent voter les grandes lignes budgétaires qui y seront allouées.

Sept tours deviendront accessibles

Après d’importants travaux ces dernières années qui ont essentiellement concerné des modifications à l’extérieur des remparts, la prochaine phase doit s’intéresser à ce qui se trouve à l’intérieur de l’enceinte. Au-delà de l’aspect purement esthétique avec l’aménagement d’une grande pelouse sur la plupart des espaces aujourd’hui minéralisés, et la création d’un grand pavillon d’accueil du public, des bijoux du patrimoine seront rendus aux visiteurs.

« Ce sera le cas de cinq des tours des remparts, explique Jean-Marie Levesque, le conservateur en chef et directeur du château. Et ce sera aussi le cas des deux tours de la barbacane de la porte Saint-Pierre. » Ces espaces historiques aujourd’hui occupés par des bureaux ou tout simplement inaccessibles, pourront ainsi être visités. « Il sera ainsi quasiment possible de faire le tour de l’ensemble des remparts au niveau du tour de garde », se réjouit Philippe Prost, architecte en chef du projet.

Début des travaux en 2023

Les travaux qui doivent commencer en 2023, après deux années d’études comprenant notamment des fouilles archéologiques, permettront de rendre accessibles d’autres joyaux. Ainsi, il sera aussi possible de découvrir les anciennes geôles du château, encore occupées au début du XIXe siècle. Elles sont situées près de la porte Saint-Pierre. Les visiteurs pourront aussi accéder à l’intérieur du donjon.


 Commentaire de Florestan:

Maxence Gorréguès, le journaliste libre de Liberté commet un mensonge par omission en ne nous montrant pas le pire ce ce projet, c'est-à-dire... ça!

119513776_2346431365503445_1381611146735509010_o

Il va sans dire que ce projet constitue une atteinte gravissime à l'intégrité de notre patrimoine historique normand le plus insigne: l'Etoile de Normandie suivra donc l'évolution de ce projet de très près avec l'espoir qu'il soit revu complètement!

En effet, nous n'avons pas oublié un projet antérieur pour valoriser le château de Guillaume Le Conquérant qui était probablement meilleur que celui-ci et qui, hélas, est resté lettre morte!

Pour le contenant:

5ede5b7317926_fireshot_screen_capture_009_-_lavenir_du_chateau_de_caen_-_www_chateau_caen_fr_francais_projet_index_htm

Dans un projet précédent, il était question de mettre en valeur les vestiges du donjon d'Henri 1er Beauclerc et la muraile de chemise du XIIIe siècle qui l'entoure avec un grand angle ouvert depuis la porte Saint-Pierre: Le donjon qui est encore représenté sur les armoiries de la ville de Caen et sur le blason normand des gendarmes de Basse-Normandie, est le grand absent de l'histoire mouvementée du château de Caen. Après l'assassinat de Marat par Charlotte Corday et la révolte girondine et fédéraliste caennaise de l'été 1793 qui avait enfermé dans le donjon du château les représentants de la Convention parisienne, cette dernière fit raser à moitié la tour pour punir les Caennais de leur audace et le donjon fut entièrement arrasé en 1840 pour permettre la construction de la future caserne Lefebvre.

Il était donc plus que judicieux de mettre en valeur par tous les moyens possibles ce qui nous reste de ce fameux donjon qui culminait à 30 mètres de hauteur: on doit constater que le nouveau projet a, semble-t-il, abandonné ce parti pris symbolique très fort!

Dans ce projet il était aussi question de restituer à l'identique quelques éléments d'architecture qui avaient été supprimés depuis la Révolution ou à l'occasion de la grande restauration générale du château des années 1950/1960 pour en faire l'écrin muséal de la ville reconstruite:

Il était, en effet, question de restituer le clocher à flèche d'ardoises du XVIe siècle de l'église Saint-Georges permettant de mieux signaler le château depuis la ville en bas...

01-05-04

Etait prévu, la restitution du décor néoclassique de la porte Saint-Pierre datant de l'époque napoléonnienne et qui a été déposé dans les années 1950 au profit d'un pastiche plutôt sévère dans le goût du XVe siècle qui est toujours en place aujourd'hui: les originaux de ce décor historique existent toujours en dépôt lapidaire. Ils pourraient être aisément copiés pour une restitution à l'identique qui donnerait un aspect monumental au nouveau jardin public qui vient d'être créé entre le château et l'église Saint-Pierre...

portesaint pierre

Enfin, il était question de restituer les volées d'escalier à terrasse de l'ancien perron d'honneur du logis des Gouverneurs qui abrite le musée de Normandie: ce très bel escalier existait jusqu'en 1944. Pour des raisons d'ordre pratique, il n'a pas été restauré et restitué à l'identique dans les restaurations des années 1960 pour transformer le logis des gouverneurs en musée de Normandie.

escalier3

Musee_de_Normandie-Logis_des_Gouverneurs-musee_de_Normandie-Ville_de_Caen_Philippe_DELVAL-1500px

Le projet consistait à restituer ce beau morceau d'architecture dans le but d'en faire l'ornement d'un jardin à la française se déployant devant le logis des gouverneurs.

Ce projet dévoilé dans le courant des années 2000 était plus respectueux de l'esprit des lieux que la moûture présentée comme définitive l'autre soir...

Quant au contenu, voici quelques idées pour ceux qui, actuellement, du côté de la ville de Caen n'en ont plus:

Quelques souvenirs de l'exposition événement "Les Normands peuple de l'Europe" de 1994 qui s'était tenue dans le château de Caen à l'heureuse initiative de Jean-Yves MARIN alors directeur du musée de Normandie dans le cadre d'une collaboration scientifique et universitaire de premier plan avec l'Italie...

proxy-image

https://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1995_num_45_2_4652

https://www.persee.fr/doc/etnor_0014-2158_1995_num_44_1_2169