Les propos d'Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris tenus la veille en dialoguant avec Edouard Philippe maire du Havre et ci-devant Premier ministre lors du sommet du 10ème anniversaire de la loi sur le Grand Paris, ont beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux tant en Normandie qu'en région parisienne...

On retiendra, par exemple, la réaction d'un haut responsable parisien de la République en Marche sur son compte Twitter:

"Vos gueules! Les mouettes!"

unnamed

Du côté normand, Hervé Morin a réagi vivement comme il était nécessaire de réagir dès qu'il a pu prendre connaissance des propos tenus notamment par la maire de Paris qui, visiblement, s'exprimait sur un sujet qu'elle méconnait faute de s'y intéresser vraiment.

En effet, s'il s'agit, ô horreur! de fusionner des régions pour faire une seule grande région capitale étendue jusqu'à la mer, c'est deux régions et non pas trois qu'il faudrait fusionner, à savoir: la Normandie et l'Ile-de-France. Visiblement, Anne Hidalgo ne sait toujours pas que la Normandie est réunifiée depuis maintenant cinq ans.

Face à ces déclarations, on s'amusera de la prudence emberlifiquotée d'Edouard Philippe pesant ses mots au trébuchet pour signaler, selon lui, l'évidence d'une "relation particulière" entre Paris, Rouen et Le Havre.

Bien entendu, pas un mot, pas un seul sur la Normandie dont le nom n'a même pas été prononcé par nos deux protagonistes...

Mais surtout, comme nous l'avons écrit la veille, les considérations de ces belles personnes sur le Grand Paris ou l'Axe Seine sont d'autant plus hasardeuses et vaporeuses que sur le terrain, dans le réel, le vrai, celui du plancher des vaches, des territoires concernés mais aussi sur l'eau du fleuve ou dans les darses de nos grands ports maritimes, il se passe des choses. Des initiatives, des projets sont à l'oeuvre, concrètement pendant que ces deux-là vapotent dans leurs effluves verbales...

S'il y a vraiment du nouveau, du positif et de l'action sur l'Axe Seine, ce n'est pas que Anne Hidalgo s'y intéresse soudain ou que Nicolas Sarkozy en parle régulièrement à l'oreille d'un cheval élyséen. Ce n'est pas parce qu'un ancien préfet de la Saône-et-Loire fait l'effort de s'intéresser à nos affaires maritimes normandes depuis plus de... huit ans. Ce n'est pas non plus parce qu'un ci-devant Premier ministre redevenu maire fait le siège téléphonique de celui qui l'a remplacé à Matignon pour que Le Havre soit le siège d'un port unique entre Paris et la mer...

Non. La seule nouveauté sur l'Axe Seine entre Paris et la Mer, depuis dix ans qu'ils en parlent, c'est... la réunification de la Normandie qui existe à nouveau en tant que telle et qui est devenue, de fait, la première partenaire de projets et de financement pour l'avenir de l'Axe Seine et ses enjeux d'intérêt national!


 

La preuve à lire ci-après:

(source: archives du cabinet du président de la région Normandie)

Actualité de la semaine du 9 janvier 2017

1-      La Normandie et l’Ile de France main dans la main pour relancer l’Axe Seine

Hervé MORIN et Valérie PECRESSE ont présenté jeudi 12 janvier les premiers grands chantiers que les Régions Normandie et Ile de France lanceront dès les prochaines semaines.

Cette présentation a été l’occasion pour les deux Régions d’affirmer leur fort attachement au développement de l’Axe Seine sur la base de ses fondamentaux portuaires. Ainsi, pour la première fois, la Région Ile de France, à travers sa présidente, a clairement indiqué « qu’une capitale a besoin d’un grand port et que le port de Paris, c’est le Havre ». Autre déclaration particulièrement significative, Valérie Pécresse a acté le projet Serqueux Gisors et annoncé que la Région Ile de France participera au financement de projets de protection phonique le long des voies dans le Val d’Oise. Les deux présidents de Région se sont prononcés pour la fusion des 3 ports de l’Axe Seine et leur basculement vers une gouvernance régionale. Une étude sera demander aux 2 CESER pour analyser ce projet de fusion portuaire et un manifeste sollicitant une vague importante de décentralisation vers les Régions, dont les grands ports maritimes et les universités, sera réalisé et remis à François FILLON. A noter également que les deux têtes d’exécutif ont  demandé la poursuite des études de MAGEO, le projet de mise au gabarit européen de l’Oise,  complémentaire au canal Seine Nord Europe dans le cadre de la liaison Seine Escaut.

Jamais la Région Ile de France n’avait aussi clairement et concrètement affiché son adhésion au projet Axe Seine. Jamais les précédentes majorités régionales n’avaient obtenu de l’Ile de France une telle participation à ce grand dessein, abandonné par l’Etat fin 2012.

Joint à ce mail, l’accord prévoit la réalisation de projets d’aménagement de sites stratégiques identifiés par les deux Régions dans le cadre de leur partenariat avec les Etablissements publics fonciers de Normandie et d’Ile-de-France. Dès 2017, les actions suivantes majeures seront entreprises :

  • Transport fluvial et ferroviaire : travaux sur les écluses de Tancarville et de Méricourt ; groupe de travail sur le dispositif tarifaire train entre les deux régions et lutte contre la fraude ; accélération des études sur la rénovation et l’aménagement capacitaire des voies de la gare de Saint-Lazare ; mobilisation en faveur de la poursuite des études de la Ligne Nouvelle Paris-Normandie (LNPN) en concertation avec les territoires ;
  • Filières économiques : élaboration par la Région Ile-de-France de son plan logistique en lien étroit avec la Région Normandie ; création conjointe d’un Campus des Métiers et des Qualifications en matière de transports et logistique, puis d’un institut logistique ;
  • Développement durable : réalisation d’une étude interrégionale visant à encourager l’approvisionnement en circuit court de la restauration collective notamment dans les lycées ; extension du schéma environnemental des berges des voies navigables réalisé par l’Île-de-France pour permettre une continuité sur l’ensemble de la Seine aval ;
  • Tourisme : poursuite du contrat de destination « Impressionnisme » ; promotion de la « Seine à vélo » portée par les départements ; lancement d’une journée du tourisme autour du thème de la Seine historique et moderne ; créer des parcours communs sur le tourisme équestre ; action commune dans la perspective de la Ryder Cup ;

 Enfin, les deux Régions « feront bureaux communs » à Bruxelles d’ici la fin 2017, afin d’optimiser le lobbying auprès de la Commission européenne en faveur de développement de la Vallée de la Seine.