Aux dernières nouvelles, l'émission de Stéphane Bern "secrets d'histoire" dédiée à Guillaume Le Conquérant le 21 septembre 2020 a fait un record d'audience: il semblerait que toute la Normandie ou presque était derrière son petit écran pour écouter la narration de l'épopée du plus célèbre personnage de l'histoire normande.

La chronique d'étymologie publiée chaque vendredi dans l'édition caennaise de Ouest-France a donc décidé de nous expliquer l'origine et l'évolution du mot... "conquérant"!

Bayeux_Tapestry_William

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-un-conquerant-bientot-millenaire-6997276

Caen. Un Conquérant bientôt millénaire

Le Mot du vendredi. Chaque semaine, un mot d’actualité est analysé d’un point de vue linguistique. Aujourd’hui, conquérant.

En 1066, il y a bientôt mille ans, Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, remportait la Bataille d’Hastings, bataille décisive qui permit à Guillaume d’être sacré roi d’Angleterre à l’abbaye de Westminster le jour de Noël de la même année. Un spectacle, intitulé Sacré Guillaume et imaginé par Émile Didier Nana, est programmé pour le 8 octobre, à 19 h, à la Comédie de Caen, 24, rue de Bretagne

Il s’adresse aux enfants à partir de 5 ans, et a pour but de leur raconter l’épopée de ce conquérant normand. Le mot « conquérant » sera notre mot d’aujourd’hui.

« Conquérant » attesté en français un siècle après la Bataille d’Hastings !

Le mot « conquérant » est attesté en français depuis 1166. On trouvait aussi, en ancien français, la forme « conqueror », qui est restée en anglais. Le mot « conquérant » est le participe présent du verbe « conquérir ». Il est aussi un nom et un adjectif.

Le verbe « conquérir » est attesté sous cette forme depuis le XIVe siècle, c’est la réfection savante de « conquerre », sous l’influence du verbe « quérir ». Il avait en effet, auparavant, la forme « conquerre », issue du latin vulgaire « conquaerere », verbe venu du latin classique « conquirere », qui signifiait « rechercher, recruter », particulièrement dans le domaine militaire.

La forme « conquerre » est encore attestée jusqu’à la fin du XVIe siècle.

Le domaine amoureux et le domaine de la guerre

Dans la famille de « conquérant », on trouve conquête ou reconquérir. Ces mots sont souvent utilisés dans le domaine de la guerre, comme dans le cas de Guillaume le Conquérant, mais également dans le domaine amoureux.

Et le nom « conquête » désigne aussi la personne conquise. Il en est ainsi dans ces vers de Racine : « Je l’ai vu vers le temple, où son hymen s’apprête, / Mener en conquérant sa nouvelle conquête » (Andromaque, V, 2)

Sources : Grand Robert de la langue française, Robert Historique de la langue française, Dictionnaire latin-français Gaffiot, Dictionnaire Littré électronique, CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales).