Billet de Florestan:

Nous pensions, à tort, que la Normandie, terre "violemment modérée", serait épargnée non pas par la tempête Alex mais par l'ouragan idéologique du politiquement correct progressiste qui nous vient d'outre-atlantique: on a vu que ce coup de vent avait fait quelques dégâts importants à Rouen avec une statue de Napoléon dont le sort futur a défrayé la chronique alors qu'il y aurait, peut-être, d'autres urgences à traiter du côté de la crise sanitaire et sociale quand on est un maire qui se dit de... gauche!

Mais voici que l'on apprend que la bourrasque progressiste arrive à Caen...

Dans un essai récent, "le crépuscule de l'universel", la philosophe Chantal Delsol dit, avec lucidité, à peu près ceci:

"Pour désarmer un adversaire idéologique la honte est plus forte que la force..."

La culpabilité, la haine de soi, la mauvaise conscience, la peur de la chasse aux sorcières et aux... sorciers, la crainte d'être durablement exposé au pilori médiatique ou de subir des procédures juridique "bâillon" ou des manifestations publiques d'agitation et de propagande menées par des minorités activistes militantes sous prétexte de lutte contre le racisme ou la discrimination, nourrissent la veulerie d'une armée d'idiots utiles dont la pusilanimité ou la collaboration passive ou active pave un chemin de servitude qui profite à tous les extrémistes adeptes du séparatisme, un mot qui, comme un autre, (l'ensauvagement) a, soudainement, droit de cité depuis que le chef de l'Etat et son ministre de l'Intérieur se sont aperçus qu'il existait une réalité et que cette réalité pourrait avoir quelques conséquences politiques aux prochaines élections présidentielles.

Si l'on en croit l'article de presse cité ci-dessous, nous sommes navrés d'apprendre que la municipalité de Caen, présidée par Monsieur Joël Bruneau, pourrait céder aux injonctions idéologiques et militantes d'un groupe minoritaire pour la dénomination des rues de la ville...

Le maire de Caen ne s'apprête évidemment pas à écouter un collectif militant régionaliste normand qui propose de nommer une rue ou une place à la mémoire de Charlotte CORDAY ou qui propose d'élever une statue publique à la mémoire de Guillaume Le Conquérant et de Mathilde de Flandre le couple fondateur de notre ville de Caen au XIe siècle car ces deux propositions sont, évidemment, entachées du soupçon d' idéologique de la réaction et de l'obsolescence historique au regard du nouvel air du temps qui est celui de l'idéologie sociétale, progressiste, diversitaire déconstructiviste, décoloniale, indigéniste, intersectionnelle, racialiste et tutti quanti qui limite notre liberté publique d'action et de pensée comme une autre idéologie radicale à la mode:

L'islamisme.

Puisque ce collectif féministe identitaire local qui se nomme "Caen à elles" fait le siège de la municipalité pour que des rues et des places recoivent le nom de femmes plus ou moins célèbres avec une attache plus ou moins forte avec la Normandie et son histoire, nous réitérons notre proposition:

A Caen une rue ou une place...

Charlotte CORDAY?

119558539

En 2018, l'actuelle municipalité caennaise avait eu le courage politique de célébrer à l'occasion d'une exposition inédite à l'hôtel de ville qui rencontra un grand succès publique, le 250ème anniversaire de la naissance de notre révolutionnaire normande et caennaise, républicaine courageuse qui a pris toutes ses responsabilités alors qu'une tyrannie inédite s'abattait sur la France: pour la première fois, en effet, avec la dictature de Robespierre, se déchaînait une idéologie progressiste... pour notre bien!

Archives:

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/03/25/36261103.html

La ville de Caen aurait-elle aujourd'hui le même courage?

A lire ce qui suit  on est en droit de s'inquiéter...

https://www.valeursactuelles.com/societe/caen-une-rue-desormais-le-nom-dune-femme-voilee-124237

Caen : une rue a désormais le nom d’une femme voilée

La rue a été inaugurée mi-septembre, à la grande surprise de la principale intéressée, une journaliste âgée de 36 ans.

Elle a grandi près de Rouen en Seine-Maritime, elle est une femme qui revendique le port du voile, et a désormais une rue à son nom. Et c’est une première, comme le rapporte Le Courrier de l’Atlas. A 36 ans, Nadiya Lazzouni peut se targuer d’être la première « femme voilée » à avoir ce privilège. Ainsi, aux côtés du panneau de la Place Jean Letellier, la rue caennaise porte également son nom désormais. Caen veut en effet restaurer une certaine égalité dans le nom de ses rues.

Car aujourd’hui, ce sont bien 49 femmes qui ont obtenu le précieux sésame, une opération menée notamment par l’association « Caen à ELLES » et mise en place lors des Journées du Patrimoine  notamment. Leur but est « d’apposer 50 plaques aux côtés d’autres avec un nom d’Homme ». Car selon l’association, seules 3% des rues portent aujourd’hui le nom d’une femme dans la cité normande. La liste des personnalités choisies a été établie pendant plus de huit mois, explique la présidente de l’association. Des femmes « qui se sont illustrées dans un domaine en particulier » et qui ont « un lien direct ou indirect avec la Normandie ».

Le port du voile ne pose pas de problème

L’association indique cependant que quelques noms « ont un peu posé problème », mais pas celui de Nadiya Lazzouni. Et pourtant, elle revendique fièrement le port du voile : « On veut éradiquer de l’espace public les femmes musulmanes qui portent le hijab aujourd’hui, l’espace public donne une rue à une femme qui le porte », se félicite-t-elle. Un choix justifié par « Caen à ELLES » : « De par son métier, Nadiya fait un travail remarquable en donnant la parole à des personnes invisibilisées dans notre société, en plus de tous les combats qu’elle mène en faveur des femmes. »

Les plaques ont pour le moment été apposées de manière temporaire, mais elles le seront de manière définitive d’ici quelques semaines. Le Courrier de l’Atlas révèle que cette inauguration a été tenue secrète jusqu’au dernier moment en raison « du contexte de violence inouïe à l’égard des femmes qui portent le foulard ». De son côté, Nadiya Lazzouni se dit très « fière » et dédie notamment la plaque à « toutes les femmes qui subissent le harcèlement de rue, celles discriminées sur le marché de la loi parce qu’elles portent un foulard ».


 Commentaires de Florestan:

Précision importante:

Le journaliste de Valeurs actuelles est allé un peu vite en besogne. Il n'y a eu aucune inauguration officielle par la municipalité caennaise d'une rue au nom de Naddiya Lazzouni comme nous le précise, sous le lien suivant, l'hebdomadaire caennais le Bonhomme Liberté.

C'est donc une fausse information.

Mais la volonté de ce collectif féministe activiste de débaptiser des rues caennaises pour y mettre des noms de personnalités féminines demeure:

https://actu.fr/normandie/caen_14118/la-fake-news-de-valeurs-actuelles-sur-une-rue-de-caen-portant-le-nom-d-une-femme-voilee_36518363.html

120195982_196735585158112_7991632483583671130_o

https://www.facebook.com/Caen-%C3%A0-ELLES-103889487776056/

On cherchera, en vain, une plaque de rue "Charlotte Corday"...

Autre précision: les journées du Patrimoine sont aussi devenues les journées du "Matrimoine" (sic!) pour ce collectif féministe identitaire local qui s'intéresse à une histoire féministe de la Normandie...

Archives de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2019/09/03/37610310.html

Quant au voile féminin de tradition musulmane nous assumons de dire ceci:

Il faut être naïf ou plutôt de mauvaise foi pour refuser de voir ce qu'il y a à voir, à savoir, l'instrumentalisation politique de cet attribut vestimentaire qui est tout sauf anodin, par l'idéologie de l'islamisme radical.

Etre féministe ce n'est surtout pas être une idiote utile et une meilleure connaissance du patrimoine politique normand, qu'il soit féminin ou masculin, pourrait être d'une grande utilité pour améliorer la qualité du débat public à condition de sortir du sommeil idéologique qui est, avant tout, une paresse intellectuelle...

Par ailleurs, sur France Inter, on explique pourquoi il faut limiter la liberté de penser pour notre bien commun: ahurissant!

https://www.valeursactuelles.com/politique/video-jassume-totalement-de-reproduire-une-certaine-forme-de-censure-sur-france-inter-le-sociologue-dextreme-gauche-geoffroy-de-lagasnerie-cree-le-malaise-124112

Enfin, l'ONG "Amnesty International" que l'on ne peut pas soupçonner d'être d'extrême droite, s'inquiète de la réduction de la liberté d'expression et de manifester en France:

https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/droit-de-manifester-en-france