Logique!

images

Le camembert normand est devenu le fromage national français: la mention "fabriqué en Normandie" permettait autrefois de préciser que le fromage national français était fabriqué en Normandie. Par exemple cette boîte et cette étiquette "Camembert Saisof"destinée à l'exportation... Aujourd'hui, le recours à l'évidence normande ne suffit plus pour garantir la qualité et l'authenticité...

Nouvelle conséquence de l'échec de grande AOP "Camembert de Normandie"... Après avoir vu des éleveurs laitiers normands situés hors périmètre (pays de Caux) se lancer dans un nouveau plâtre industriel réalisé avec plusieurs centaines de "pisseuses de lait" hollandaises, voici revenir la querelle byzantine mais néanmoins fondamentale entre l'appelation "Camembert de Normandie" et "Camembert fabriqué en Normandie" cette dernière appelation, commerciale, ne justifiant pas l'existence d'un cahier des charges interdisant, par exemple, à une laiterie normande d'utiliser un lait qui ne soit pas de provenance normande et/ou qui n'est pas sorti du pis des vaches de race normande.

On a vu, par exemple, une laiterie industrielle normande manipuler du lait polonais ou venant d'encore plus loin.

Une des solutions serait de créer une AOC/AOP "lait de Normandie" garantissant à tous une matière première à la qualité et à l'authenticité irréprochables.

https://www.ouest-france.fr/economie/camembert-la-hache-de-guerre-deterree-7008110

La hache de guerre déterrée dans le milieu du camembert

La mention « fabriqué en Normandie », concurrente de l’AOP, devra être retirée des étiquetages de camembert au 1er janvier 2021. Fronde des industriels.

« La hache de guerre a été déterrée », constate un connaisseur de l’industrie du camembert. Les producteurs de camembert AOP (appellation d’origine protégée) de Normandie, au lait cru, et les fabricants des camemberts « fabriqué en Normandie », au lait pasteurisé ou thermisé, se regardent de nouveau en chiens de faïence. Les premiers accusent les seconds d’entretenir une confusion avec leur appellation.

Recours du syndicat normand des fabricants de camemberts

Pendant plus de deux ans, les uns et les autres avaient pourtant signé une trêve. Objectif ? Assouplir le cahier des charges de l’AOP pour intégrer la production du « fabriqué en Normandie » moyennant l’abandon de cette dénomination. Mais la grande AOP normande n’a pas vu le jour, les industriels ayant tous voté contre, le 3 mars dernier, à cause, notamment, de l’interdiction de la concentration protéique du lait.

Sous pression de l’Union européenne, les pouvoirs publics français (agriculture et répression des fraudes) ne pouvaient accepter un « statu quo ante ».

Un avis publié au Journal officiel, le 9 juillet, a rappelé la réglementation et laissé aux opérateurs du « fabriqué en Normandie » (Président, Cœur de Lion, etc.) jusqu’au 31 décembre 2020 pour mettre en conformité leurs étiquetages : « À l’issue de ce délai, les services de contrôle de la DGCCRF seront fondés à engager les actions prévues […] en cas de pratiques de nature à usurper l’appellation camembert de Normandie. »

Le syndicat normand des fabricants de camemberts (Lactalis, Savencia, Isigny, Gillot) a exercé, en septembre, un recours contre cette décision, arguant d’une antériorité du camembert « fabriqué en Normandie » sur l’AOP.


 

Commentaire de Florestan:

Quitte à décevoir le rubricard  de Ouest-France, la nouvelle du camembert annoncée n'aura peut-être jamais lieu. Car il est probable que le ministère de l'Agriculture tout acquis comme à son habitude aux grands lobbies agro-industriels alimentaires pèsera de tout son poids sur la DGCCRF pour la plus grande indulgence concernant l'usage de l'étiquetage fallacieux "fabriqué en Normandie" car après le sabotage en règle du compromis qui avait été péniblement trouvé pour une réforme du cahier des charges de l'actuelle AOC "Camembert de Normandie", les industriels en question, groupe Lactalis en tête, ne manqueront pas de faire un chantage à l'emploi d'autant plus efficace que nous sommes en pleine crise sanitaire et économique, donc sociale...