Soyons pragmatiques dans la tempête qui affecte en ce moment l'un des piliers de notre économie maritime normande:  le trafic transmanche...

Dans le cadre d'une coopération avec la région Bretagne, le conseil régional de Normandie a décidé de privilégier dans son aide financière d'urgence, le sauvetage d'une compagnie de ferry bretonne qui opère de façon privilégiée au départ des ports normands de Cherbourg, Ouistreham et Le Havre mais qui dessert aussi nos îles anglo-normandes depuis Saint-Malo...

On rappellera que la Brittany Ferries est le premier employeur de marins sous pavillon français et qu'elle faisait la meilleure part de son chiffre d'affaires avant les crises conjuguées du Brexit et du Covid avec ses lignes normandes tant pour le fret que pour le trafic passagers.

25193-190802142201898-0-960x640

Mais dans l'économie normande du transmanche il n'y a pas que les Bretons de la Brittany Ferries, il y a aussi les Danois de la compagnie DFDS Seaways qui exploitent la ligne historique de ferries pour l'Angleterre entre Dieppe dont le port est la propriété du conseil régional de Normandie et Newhaven, port anglais possédé par le... conseil départemental de la Seine-maritime et qui, comme toutes les lignes de ferries sur la Manche, connaît de graves difficultés financières.

Le sujet a été abordé lors du débat de politique générale lors de la dernière réunion plénière du conseil régional de Normandie au Havre: les Bretons de la Brittany Ferries vont être aidés financièrement par la région Normandie par une aide directe de 44 millions d'euros et pas les Danois de DFDS Seaways qui opèrent depuis Dieppe, au risque de faire apparaître un énième clochermerle normand qui profite à nos chers voisins et amis Bretons!

Le problème c'est que la ligne de ferry de Dieppe-Newhaven est du ressort du seul conseil départemental de la Seine-maritime qui se montre, ces derniers temps, quelque peu taquin, pour ne pas dire davantage, avec le conseil régional de Normandie qui a vu ses compétences étendues et renforcées par la loi NOTRe de 2015 en matière de développement économique et d'organisation des infrastructures de transport d'intérêt régional.

Pour le dire clairement: la gestion de la ligne de ferry Dieppe-Newhaven qui se fait depuis un port régional (Dieppe) aurait dû être cédée à la région Normandie. Mais le conseil départemental de la Seine-Maritime s'y refuse. En conséquence, la région Normandie n'a pu aider qu'à la marge notre seule ligne de ferry 100% normande en mettant, par exemple, au plancher les taxes portuaires perçues par elle à Dieppe...

On ne pourra donc que déplorer cette situation qui démontre, une fois de plus, la nocivité du localisme départemental qui avait tant prospéré pendant les longues années de la division régionale normande telles les orties d'un jardin en friche...

Mais on se réjouira sur ce dossier urgent de la manifestation aussi inattendue qu'évidente d'une authentique solidarité "anglo-normande" puisque c'est le gouvernement britannique, lui-même! qui s'engage à financer des rotations de ferries supplémentaires au départ de Dieppe et de Newhaven au nom d'un intérêt général bien compris et partagé...

Comme quoi, l'évidence normande, voire anglo-normande, résiste à tout!

Capture d’écran du 2020-10-14 11-57-52

 

Sauvetage de la Brittany Ferries par les régions de Bretagne et de Normandie: la réaction de la sénatrice de la Seine-maritime, Catherine Morin-Desailly qui a interpellé le gouvernement sur ce sujet:

On se demande à quoi peut servir le renflouement d'une vieille épave amère, le ministère de la mer...

Capture