Honi soit qui mal y pense!

Depuis Guillaume Le Conquérant, nous avons tant de choses en commun!

68960121_1230220627156914_4414205067129782272_n

Face au Brexit, les acteurs Normands ont un avantage qu'on trouvera exotique à Paris où les bureaucrates pédalent dans la semoule lorsqu'il s'agit de trouver un biais, un levier, un moyen d'en finir avec les conséquences négatives du Brexit: l'histoire et la géographie nous ont fait voisins sinon cousins des Anglais nos autres Normands et, comme nous l'avons déjà écrit ici, notamment au sujet des îles anglo-normandes, nous estimons qu'il faut utiliser, sans vergogne et avec pragmatisme, l'atout de l'héritage historique et culturel anglo-normand pour enfin négocier un bon accord entre le Royaume-uni et la France:

Michel Barnier a un double défaut:

1) C'est un homme politique au service de la bureaucratie bruxelloise de l'Union européenne.

2) C'est un Savoyard.

Attention! il ne s'agit pas de nous en prendre à la personne de Michel Barnier. Il s'agit simplement de relever la possibilité d'un éloignement intellectuel ou mental de certaines réalités qui nous sont évidentes pour nous autres Normands qui avons en face de nous, non pas le Mont-Blanc ou la Tour Eiffel, mais la mer et les falaises blanches de la "Perfide albion" avec, entre les deux, sur ce canal commun de la Manche, des ferries et des bateaux de pêche...

Dans les dernières éditions disponibles de Ouest-France (Caen) et des Echos, nous avons relevé ces deux articles qui témoignent de l'évidence d'une approche "anglo-normande" de cette question essentielle pour l'avenir de notre région:

Camembert AOP de Normandie 17 18102020 001

La pêche normande et le Brexit mi Octobre 2020 001