Voici une anecdote autoroutière plutôt amusante, voire symbolique:

https://www.ouest-france.fr/normandie/avranches-50300/en-normandie-il-perd-son-bateau-sur-la-nationale-175-mais-ne-se-rend-compte-de-rien-7030533

En Normandie, il perd son bateau sur une route nationale et ne se rend compte de rien

MjAyMDEwZGE1MzIxNGM1ZjhjNDdlYWE0YjQ0ZDE4YzdmMWYwNDE

Lundi 26 octobre 2020, sur le contournement d’Avranches (Manche), route nationale 175, un automobiliste a perdu remorque et bateau. Il ne s’est rendu compte de rien !

Lundi 26 octobre 2020, vers 18 h 30, les gendarmes sont informés par des usagers de la route que sur la nationale 175, à hauteur d’Avranches (Manche), un véhicule a « manifestement perdu la remorque et le bateau qu’il tractait ». Avec les services de la Dirno (Direction interdépartementale des routes Nord-Ouest) et l’Équipe rapide d’intervention (ERI) de la gendarmerie, ils se rendent rapidement sur place.

Le propriétaire ne s’était rendu compte de rien

Les lieux sont sécurisés et la remorque et le bateau évacués. Leur propriétaire, qui demeure en Bretagne et qui était venu dans la Manche acheter le bateau, ne s’était rendu compte de rien. Une infraction lui sera relevée.

Moralité de l’histoire, écrite par la gendarmerie de la Manche sur sa page Facebook : « Tracter une remorque, une caravane ou un bateau n’est pas anodin et demande avant tout un minimum de précaution, de sécurité et d’attention ! »


 

Toujours, à propos de bateaux bretons en lien avec la Normandie, voici une autre... anecdote qui n'est ni symbolique (250 millions d'euros!) ni amusante!

https://www.ouest-france.fr/mer/les-aides-publiques-a-la-brittany-ferries-atteignent-258-millions-d-euros-7030959

Les aides publiques à la Brittany Ferries atteignent 258 millions d’euros

MjAyMDEwMDc4ZDcyZGYyZDkxMzIzMjljODRmYTM4NTZiNzZkZjg

Le sauvetage du premier employeur de marins français se traduit par des montants records d’aides publiques : déjà 173,2 millions pour l’État et 85 millions pour les Régions.

La crise sanitaire du Covid-19 est un événement sans précédent pour les compagnies de ferries, comme pour les pouvoirs publics. Alors que le premier employeur de marins français a dû fermer quatre de ses cinq lignes au départ de France (Cherbourg, Saint-Malo, Roscoff et Le Havre) et ne tourne plus actuellement qu’avec six navires sur 12, le soutien public à Brittany Ferries culmine déjà à 258,2 millions d’euros.

Le décompte a été établi par le ministère de l’Économie, en réponse à la mauvaise humeur affichée par le président du conseil de surveillance de la compagnie, Jean-Marc Roué, qui voudrait  des exonérations de charges pérennes et un prêt garanti par l’État adapté aux industries du tourisme au lieu d’une dette financière qu’on va devoir traîner comme un boulet .

75 % du trafic perdu

Cette somme de 258,2 millions d’euros intègre toutes les mesures prises à la fois par l’État et les Régions Normandie et Bretagne depuis mars alors que la compagnie a perdu 75 % de son trafic de passagers et escompte un chiffre d’affaires réduit de moitié à la fin son exercice financier.

Les deux Régions, déjà actionnaires dans les deux sociétés mixtes Somanor et Somabret finançant les navires loués à la compagnie, ont toutes les deux voté un plan de soutien exceptionnel de 85 millions d’euros : 45 millions pour la première, 40 pour la seconde. Cette somme se décompose en un allongement de cinq ans de la durée d’amortissement des navires (20 millions) et une prise en charge des grosses réparations durant cinq ans, soit 7 millions d’euros par an pour la Normandie, 6 pour la Bretagne.

Les aides d’État sont plus diverses. On y retrouve d’abord une ligne de crédit de 117 millions avec une garantie d’État de 105,3 millions d’euros. L’État est aussi intervenu pour 8,3 millions d’euros pour prendre à sa charge les mesures de chômage partiel. Une somme qui ne couvre que la période s’achevant à la fin août. Le chômage partiel a été prolongé depuis.

Une goutte d’eau

Enfin, à titre exceptionnel et pour la seule année 2021, la compagnie bénéficiera de 15 millions d’euros d’exonération de la part salariale des cotisations sociales des marins. Sachant que la Brittany Ferries, comme l’ensemble des compagnies maritimes françaises, bénéficie déjà de l’exonération de part patronale pour ces mêmes cotisations, Bercy ajoute donc une somme de 44,6 millions pour la période 2017-mi 2020.

258 millions d’euros, cela fait beaucoup, mais c’est encore une goutte d’eau par rapport à d’autres secteurs. La compagnie marseillaise CMA CGM, n°4 mondial des porte-conteneurs, a obtenu un Prêt Garanti par l’État de 1,05 milliard, et Air France un prêt de 4 milliards.


 

Commentaire de Florestan:

Une goutte d'eau salée d'amertume normande!

Jean- Marc... Roué: encore un qui porte bien son nom!

https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/rou%C3%A9/69992

Car, une fois encore, une coopération interrégionale entre la Bretagne et la Normandie tourne encore à notre désavantage! Dans cette histoire de gros sous d'une indispensable solidarité financière (qu'on ne remet évidemment pas en cause), on constate, une fois de plus, que la Normandie finance plus qu'il ne le faudrait les intérêts de la Bretagne: pourquoi un million de plus pour la Normandie pour l'entretien des navires d'une compagnie bretonne?

Question subsidiaire...

Qui va s'occuper de l'entretien de ce navire- là?

1