Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
L'ETOILE de NORMANDIE, le webzine de l'unité normande
Visiteurs
Depuis la création 4 676 193
Archives
5 décembre 2020

Les dernières nouvelles de notre langue normande...

Nous venons de l'apprendre:

Le 3ème colloque régional sur l'état des "parlers normands" aura lieu à l'abbaye-aux-Dames à Caen le 20 mars 2021 avec l'espoir de la confirmation de l'arnouvé, le renouveau, le printemps pour la langue normande après un long, très long hiver.

Cela fait, en effet, trois ans que la région Normandie a mis en oeuvre une politique publique régionale spécifique de soutien à la langue régionale suite à une convention signée et établie avec la FALE, la fédération régionale des associations culturelles normandes qui portent à bout de bras ce patrimoine immatériel linguistique qui reste en grand danger de disparition avec des locuteurs de plus en plus âgés et une jeune génération qui n'accède à ce patrimoine que par le travail militant de transmission des associations concernées.

Les cafés normands ont très bien fonctionné en 2018 et en 2019 mais ils ont été, bien entendu, suspendus en 2020 à cause de l'actuelle crise sanitaire: on espère qu'ils pourront reprendre de plus bel quand nous en serons enfin sortis!

Autre problème toujours en suspens et non le moindre: la question de reconnaître et d'étendre dans les écoles primaires et dans les collèges l'enseignement de la langue normande. Aux dernières nouvelles, nous en étions restés au refus, de fait, du rectorat de l'académie de Normandie d'aller au-delà de la situation actuelle, à savoir un enseignement sur la base du volontariat en activité péri-scolaire en dehors de l'emploi du temps des élèves.

En revanche, la volonté d'afficher un double affichage "français/normand" sur un panneau à l'entrée d'un village pour le nom de la commune est, désormais, appréciée par quelques 200 communes normandes qui ont fait la demande d'un tel affichage: Stéphane Laîné, le linguiste de l'université de Caen et membre du conseil scientifique de la langue normande chargé d'établir scientifiquement ce qu'il convient de faire, a donc, beaucoup de travail pour proposer les formes graphiques qui correspondent à la prononciation du nom de lieu dûment constatée.

C'est ainsi que la commune chère à Hervé Morin, Epaignes qui tire son nom de l'Espagne en raison de l'établissement d'une colonie militaire de vétérans de l'armée romaine d'Espagne à l'époque du Bas-Empire au IIIème siècle, peut être aussi nommée "Epagne" comme c'était le cas autrefois...

Autre succès récent de la langue normande:  l'attestation de déplacement traduite en langue normande par Jean-Philippe Joly et que l'on peut retrouver ici-même a été téléchargée plus de 1000 fois ces derniers jours...

Ce samedi 5 décembre 2020, à Epaignes (Eure), inauguration du 5ème panneau de commune bilingue "français/normand":

130221904_3210032479101767_297217180375137138_n

130192950_3210032582435090_7476819710930194582_n

 

Publicité
Publicité
Commentaires
M
Épagne comme c'était le cas autrefois ? Alors le normand = autrefois ?<br /> <br /> <br /> <br /> Épagne n'est attesté qu'en 1792 dans une liste d'Émigrés. On retrouve l'attestation Épagnes en 1749, Espoigne en 1377 et Hispania, Ispania, Epagne, Espaignes avant. Épaignes n'est qu'une évolution de ce toponyme et n'en ai pas moins normand que la forme choisie arbitrairement, Epagne.<br /> <br /> <br /> <br /> On constate la même évolution dans l'ancien nom de Fleury-sur-Orne :<br /> <br /> <br /> <br /> Alemannia, 1077<br /> <br /> Alemaigne, 1155<br /> <br /> Alemagne, 1405<br /> <br /> Almaigne, 1620<br /> <br /> <br /> <br /> Bref il ne s'agit absolument pas d'un panneau bilingue français/normand.
Répondre
G
" la question de reconnaître et d'étendre dans les écoles primaires *l'enseignement de la langue normande. Nous en étions restés au refus, de fait, du rectorat de l'académie de Normandie d'aller au-delà de la situation actuelle, à savoir un enseignement sur la base du volontariat en activité péri-scolaire en dehors de l'emploi du temps des élèves."<br /> <br /> <br /> <br /> et c'est très bien, les élèves du primaires n'ont que 24 heures d'école par semaine, je suis allé à l'école 30 heures par semaine et 1080 heures annuelles.<br /> <br /> en 1969, l'horaire hebdomadaire est passé à 27 heures, (dommage, je n'étais plus en élémentaire) au total 975 heures annuelles. <br /> <br /> en 1991, on passe à 26 heures hebdo pour volume annuel de 936 heures<br /> <br /> en 2008, les horaires sont passés à 24 heures hebdomadaires sur 36 semaines, soit 840 heures en tenant compte des jours fériés.<br /> <br /> <br /> <br /> Dans le même temps, on n'a cessé de rajouter des matières aux programmes et des notions aux matières existantes, pas très étonnant quand on passe de 1080 heures à 840 que de moins en moins de temps soit consacré aux matières fondamentales et que les profs de collège pleurent sur le niveau de lecture et en mathématiques des dernières cohortes d'élèves.<br /> <br /> <br /> <br /> Donc que le normand, l'arabe, le portugais, les échecs, le théâtre ou le ping pong soient facultatifs et intégrés au périscolaire est une bonne chose, selon moi, je n'ai il est vrai que 41 ans d'enseignement dans le primaire derrière moi .
Répondre
Publicité
L'ETOILE de NORMANDIE, le webzine de l'unité normande
  • Le webzine des Normands pour contribuer à la renaissance concrète de la Normandie après la fin, au 1er janvier 2016, d'une division administrative funeste décidée par l'Etat central jacobin en 1956, sans l'avis de nos concitoyens!
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Derniers commentaires
L'ETOILE de NORMANDIE, le webzine de l'unité normande
Publicité