L'Etoile de Normandie prend note avec satisfaction du communiqué officiel suivant émanant du gouvernement suite à la visite d'Annick Girardin, ministre de la Mer et de Jean-Baptiste Djebbari, ministre des transports sur les quais du grand port maritime de Rouen ce lundi 4 janvier 2020:

Alors que l'enjeu territorial d'intérêt national de l'Axe Seine constitue, de fait, le coeur même de la Normandie au point de justifier aujourd'hui et demain son existence, alors que la réunification de la Normandie est la seule évolution institutionnelle positive et opérationnelle pour créer une gouvernance de l'Axe Seine à la bonne échelle, alors que la Normandie est désormais, de fait, la première puissance publique de finances et de projets pour développer un Axe Seine portuaire, fluvial et logistique en amont de la région parisienne, il était temps, enfin! que le jacobinisme de l'Etat central parisien reconnaisse la réalité normande sinon son évidence: la région Normandie accompagnée des métropoles du Havre et de Rouen sera donc, bel et bien, présente au futur conseil de surveillance du futur port fusionné de l'Axe Seine.

De même, 4 personnalités qualifiées représentant les professionnels des unions portuaires concernées seront, elles aussi, présentes autour de la table de ce conseil de surveillance.

Enfin, un conseil d'orientation scientifique accompagnera les évolutions du futur en port en éclairant les choix stratégiques: c'est une très bonne nouvelle pour nos experts normands en géographie et logistique portuaire et maritime qui travaillent ces sujets depuis des années dans les universités de Caen, Rouen et Le Havre, à condition que les places à ce conseil d'orientation ne soient pas toutes accaparées par les Parisiens.

Capture d’écran du 2021-01-05 22-30-40


https://www.ecologie.gouv.fr/annick-girardin-et-jean-baptiste-djebbari-se-sont-rendus-au-grand-port-maritime-rouen-lundi-4?fbclid=IwAR3uSqqroUdujFcjQfCspGOTr8hD0aeSl1ypGlcOOGMnZwA201AC3I3nghk

Annick Girardin et Jean-Baptiste Djebbari se sont rendus au grand port maritime de Rouen le lundi 4 janvier

Le Lundi 4 janvier 2021

Au cours de ce déplacement, les deux ministres ont pu dévoiler le résultat de la première phase de la préfiguration d’HAROPA qui fut accompagnée d’une concertation approfondie de l’ensemble des parties prenantes au projet ; ils ont ainsi exposé les grands paramètres de la création du nouvel ensemble portuaire HAROPA en présence des principaux élus de l’axe Seine et des représentants des trois places portuaires.

 A sa création prévue le 1er juin 2021, HAROPA constituera le 1er port de France pour le commerce extérieur ; l’ensemble permettra de peser davantage dans la compétition européenne et d’offrir un lieu privilégié pour de nouvelles implantations industrielles.

 Cette ambition est portée par un projet stratégique que les ministres ont détaillé et qui s’organisera autour de 4 axes :

La reconquête de parts de marchés grâce à un système portuaire et logistique de référence à destination des clients et partenaires internationaux ;

L’accélération de la transition écologique par l’amélioration de l’efficacité énergétique et la production d’énergie verte ;

L’innovation et la transition numérique pour déployer de nouveaux services numériques le long du corridor sur l’axe Seine ;

L’accompagnement de la transition et le développement du capital humain.

 Ce projet stratégique sera soutenu par un programme d’investissement ambitieux  qui sera dévoilé lors du comité interministériel de la mer de fin janvier par le Premier ministre.

 HAROPA a vocation à constituer un ensemble d’envergure mondiale au service de la France et des territoires de l’axe Seine dans lequel il s’inscrit. La gouvernance de l’établissement portera ainsi à la fois une vision à l'échelle de l'axe et d'autre part s'appuiera sur ses trois implantations locales.

 Ces instances de gouvernance seront au nombre de trois :

  • Un conseil de surveillance composé de 17 membres avec 5 représentants de l’État, 4 personnalités qualifiées issues du monde économique, les deux Régions Île-de-France et Normandie, les métropoles du Havre, de Rouen et de Paris ;
  • Un conseil d’orientation de l’axe Seine qui permettra d’éclairer les décisions stratégiques du conseil de surveillance ;
  • Un conseil de développement territorial au niveau de chaque place portuaire pour permettre de représenter les intérêts locaux et de les porter auprès du conseil de surveillance.

 Ce déplacement a également permis d’observer les avancées du plan de relance au service de l’ambition du Gouvernement en matière maritime et intermodale (400 millions d’euros). Les ministres ont pu constater le déploiement sur site de 83 bornes électriques à quai qui permettront d’alimenter en courant électrique plus de 100 bateaux fluviaux à l’horizon 2023 sur l’axe Seine. Par ailleurs, la réhabilitation du nouveau quai du terminal vrac permettra d’accompagner les relais de croissance du port avec l’accueil de nouveaux trafics de biomasse acheminés notamment par mode massifié.

 "Il n'y a pas de nation maritime sans grands ports solidement ancrés dans leur territoire. Grâce au rapprochement des trois ports au sein de l'axe HAROPA, nous renforçons la vallée de la Seine en lui conférant un rôle économique déterminant pour l'avenir de notre pays. Ce projet constitue l'une des premières briques de notre stratégie nationale portuaire, qui permettra de faire des ports français de véritables actifs stratégiques au service de leur territoire."

Annick Girardin
"L’ambition du gouvernement est de rendre nos ports plus forts : HAROPA est un moyen de la concrétiser. Ce nouvel ensemble portuaire va permettre à la France de reconquérir des parts de marché, de renforcer sa compétitivité et l’attractivité de ses territoires.
Cette journée marque une étape importante dans la fusion des ports de Seine. La prochaine sera la création effective de l’établissement, en juin prochain. D’ici là, en lien avec Annick GIRARDIN et moi-même, Stéphane RAISON poursuivra la concertation nécessaire avec l’ensemble des acteurs économiques et des élus concernés."
Jean-Baptiste Djebbari
MAIS...
La super-intercommunalité francilienne aux 131 communes vient de fêter son cinquième anniversaire. Si son président Patrick Ollier rêve de mieux travailler avec le Havre sur l'axe Seine, les députés LREM d'Ile-de-France veulent la supprimer et la remplacer par un "pôle métropolitain".

La métropole du Grand Paris (MGP) a beau avoir célébré son cinquième anniversaire ce 1er janvier 2021, elle n'est pas à la fête. Dans une vidéo de vœux diffusée sur Twitter, son président (LR) Patrick Ollier « reconnaî[t] qu'on n'en parle pas suffisamment dans l'opinion », malgré la désignation d'un troisième vice-président (UDI), notamment chargé de l'information citoyenne, Philippe Laurent, maire de Sceaux, en juillet dernier.

Vers la fusion avec la métropole havraise ?

« Je pense comme Edouard Philippe et Anne Hidalgo que rien ne pourra se faire dans l'avenir si on n'est pas capable de réfléchir à la fusion dans l'action, d'abord dans la réflexion puis dans l'action, de la MGP avec la métropole du Havre et les ports du Havre, Rouen, Paris, avec l'axe de la Seine qui doit structurer cette réflexion », ajoute-t-il.

Plutôt que d'attendre un ''acte II de la métropole'', le maire de Rueil-Malmaison, soutenu par LREM aux dernières élections municipales, veut « aller sur place et rencontrer les équipes du Havre ». « Je crois savoir qu'autant le président de la République que le Premier ministre actuel [Jean Castex] sont déterminés à aller dans ce sens », assure-t-il encore.

En ce sens, Patrick Ollier se place sur la même ligne que celle défendue par la maire de Paris et le président du Havre Seine Métropole d'un Grand Paris allant jusqu'au Havre, lors du Sommet du Grand Paris organisé par La Tribune


Commentaire sévère de Florestan:

On connaissait la culture industrielle des tomates hors-sol... Edouard Philippe, Patrick Ollier, Anne Hidalgo et autres dingos veulent expérimenter la culture de métropoles... hors-sol, c'est-à-dire hors des territoires régionaux concernés! 

Delirium tremens...

Edouard Philippe depuis son hôtel-de-ville du Havre aussi long que celui de Paris, tripatouille, depuis peu, un bâton brenneux: celui dont on use pour déboucher une canalisation entre un cabinet parisien et une fosse d'aisance havraise... à l'usage d'un vrai sceptique de la Normandie qui avait pourtant approuvé la réunification en tant que député-maire de droite lors du vote solennel à l'assemblée nationale consacrant la nouvelle carte régionale en novembre 2014.

Ce tuyau métropolitain Paris-Le Havre, avec un Nouveau Maître de Rouen qui voudrait courir dedans tel un écureuil, sonne creux ou, dumoins, sonne comme une... TRAHISON de l'évidence de l'unité normande et de son utilité territoriale pour les Normands et pour l'intérêt national de la France.

A moins que la réunification de la Normandie ne soit perçue, cyniquement, chez ses amateurs de tuyauterie politicienne sans âme comme un simple moyen leur permettant d'arriver à leur fin.

Aux prochaines élections régionales normandes de juin 2021, il va falloir employer les grands moyens...

Bio-7-déboucheur-