Le principal argument des vandales cyniques de notre patrimoine paysager normand (comme ailleurs en France) c'est d'accuser les particuliers ou les associations qui s'opposent à leurs projets hideux, parfois, souvent, mal conçus (parce qu'il faut y mettre le moins d'études et donc le moins d'argent possible) de ne le faire que par intérêt selon le principe bien connu du "Not In My Back Yard": on veut bien de la 4G sur son téléphone mais pas d'antenne au fond de mon jardin. 

C'est logique que les professionnels cyniques de l'intérêt privé n'entendent rien à l'intérêt général et prêtent les mêmes intentions à toute personne ou groupe qui s'opposent au nom de l'intérêt général à leurs entreprises de destruction de notre patrimoine commun!

Une fois de plus le dilemme se pose: le progrès et le confort moderne notamment en terme de communication, un enjeu essentiel pour le désenclavement des territoires ruraux normands et leur développement futur à une ou deux heures d'une région parisienne qui voit s'accélérer un exode démographique vers la province proche au prix de la préservation et de la valorisation d'un patrimoine à la fois naturel, paysager et culturel ou architectural qui contribue largement à  l'attractivité du territoire normand à une ou deux heures de la région parisienne.

Avec plus d'imagination, d'anticipation, plus de volonté et de moyens financiers, bref! avec plus de politique locale au service de l'intérêt général il est possible d'échapper au vieux conflit de l'intérêt privé du plus gros qui écrase l'intérêt privé du plus petit!

Autrefois, dans le droit normand, un tel principe était inscrit dans la loi pour protéger les intérêts des petits propriétaires face aux agissements des plus puissants...

https://www.francebleu.fr/infos/societe/une-antenne-orange-de-plus-de-40-metres-le-village-voit-rouge-1609775648

Orange va installer une antenne de plus de 40 mètres, le village voit rouge

L'opérateur Orange va installer une antenne 4G de 42,5 mètres pour améliorer la couverture mobile à Chambray dans l'Eure. Certains habitants s'inquiètent de voir "le bord de l'Eure défiguré" et ont lancé une pétition contre le projet.

Capture d’écran du 2021-01-10 09-35-00

Didier Schwartz s'est installé à Chambray il y a vingt-et-un ans "pour son charme bucolique" et se bat depuis plusieurs mois contre le projet d'installation d'une antenne de 42,5 mètres par Orange : "C'est un immeuble de 14 étages !  s'étrangle-t-il   à proximité de la rivière et de la ligne touristique du Chemin de fer de la vallée de l'Eure.

Pour s'élever contre ce projet, Didier Schwartz a lancé une pétition en ligne qui a recueilli quelques centaines de signatures. "La hauteur du pylône de Chambray dans l’Eure est prévue pour couvrir un maximum de logements et d’entreprises du territoire" répond le service communication d'Orange.

"Les opérateurs téléphoniques ont signé une charte où ils s'engagent à inclure les antennes dans le paysage de façon à ne pas l'abîmer" rappelle Didier Schwartz qui prend pour exemple La Baule où l'antenne de la forêt d'Escoublac est camouflée dans un faux sapin. "Nous avons pris en compte la typologie de l'environnement" indique le service communication de l'opérateur.

Améliorer la couverture mobile

Didier Schwartz le reconnaît, il arrive que la réception du réseau Orange soit un peu moins bonne dans le village de 423 habitants. Une meilleure réception, c'est le but d'Orange avec cette nouvelle installation : "Pour nos besoins de  couverture afin d’améliorer et optimiser la couverture mobile sur ce territoire rural, Orange a donc décidé d’installer son propre pylône. Cette nouvelle antenne donnera l’accès au numérique par la 4G. Nous n’avions pas d’autre pylône existant à proximité permettant une couverture optimale sur ce  territoire".

Capture d’écran du 2021-01-10 09-36-47