Le 10 janvier dernier, le quotidien Paris-Normandie - version numérique - a publié une information en rapport avec le trafic de porte-conteneurs du Grand Port Maritime du Havre :

Le « CMA-CGM Palais-Royal », un géant des mers en escale inaugurale au Havre

Paris-Normandie Mis en ligne le 10/01/2021 à 17:49

https://www.paris-normandie.fr/id155403/article/2021-01-10/le-cma-cgm-palais-royal-un-geant-des-mers-en-escale-inaugurale-au-havre

Le nouveau navire de la CMA-CGM est le plus gros porte-conteneurs propulsé au gaz naturel liquéfié jamais accueilli au Havre. Il y a fait étape entre le vendredi 8 et le dimanche 10 janvier 2021.

Le mastodonte à son arrivée dans le port du Havre, vendredi 8 janvier 2021. (Photo : Éric Houri)

Construit en 2020 par les chantiers chinois CSSC, long de 400 m pour 61 m de largeur, le CMA-CGM Palais-Royal était en escale inaugurale au Havre depuis le vendredi 8 janvier 2021. Amarré au terminal de France, le navire battant pavillon français est ainsi devenu le plus gros porte-conteneurs propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL) rejoignant Port 2000.

Des capacités record

Arrivé en provenance de Malte, il devait quitter le quai du Havre pour reprendre le large le dimanche 10 janvier 2021 au soir, en direction de Dunkerque, avant de rallier les Pays-Bas.

Amené à naviguer entre l’Asie et l’Europe, il est le troisième mastodonte livré parmi une série de neuf porte-conteneurs au GNL, d’une capacité de 23 112 EVP (équivalents vingt pieds), que reçoit la compagnie maritime depuis septembre 2020. Sa largeur lui permet ainsi d’accueillir dans ce sens 24 rangées de boîtes au-dessus du pont. Une capacité proche de celle du porte-conteneurs HMM-Oslo, accueilli au Havre le 30 juin 2020, pour un record de 23 794 EVP, mais avec une propulsion au fioul lourd.

Arnaud ROUXEL

     En quoi l'escale du Palais-Royal a-t-elle un rapport avec le GPM du Havre à plus d'un titre ? Jean-Louis Jegaden, président de l'Adias ACH, nous l'explique dans la rubrique " Nos lecteurs ont la parole " du même quotidien le 12 janvier suivant la parution du 10 :

     Eh ouais !