Le CESER à rien... et plus que jamais puisque n'étant pas une assemblée régionale exécutive, son avis, quand il en donne un, ne prête à aucune conséquence notamment pour celui qui prétend présider cette assemblée devenue fantômatique censée représenter la société civile régionale "organisée".

Techniquement, Jean-Luc Léger, le président du CESER a raison: à titre personnel, il a droit d'être contre le projet de contournement autoroutier Est de Rouen quand bien même ce projet se soit vu confirmer son utilité publique par le Conseil d'Etat et son soutien par le gouvernement et la plupart des grands élus de Normandie, à commencer le président de la région.

Mais, là où il a tort, c'est qu'il refuse d'admettre que présider le CESER de Normandie a plus de conséquences politiques que de présider l'association régionale des tyrosémiophiles normands: même si la lettre lui donne raison, l'esprit politique de sa fonction le met en cause dès lors qu'il fait connaître publiquement une position qui aurait dû rester personnelle pour préserver la neutralité de la charge publique qu'il occupe au risque de faire apparaître aussi un certain copinage partisan idéologiquement reconnaissable pour ne pas dire plus!

De cette polémique certainement inutile du point de vue de l'intérêt général normand, on retient surtout la proximité partisane entre le président du CESER et l'actuel président et maire de la métropole de Rouen qui, désormais, s'oppose, lui aussi, à  ce projet après l'avoir soutenu auparavant quand il était président de région en Normandie...

Confirmation: le CESER à rien et son président encore plus à rien!

https://actu.fr/normandie/louviers_27375/polemique-louviers-president-ceser-t-droit-sopposer-contournement-est_23830305.html

Polémique à Louviers : le président du Ceser a-t-il le droit de s'opposer au contournement est ?

L'élu de Louviers Daniel Jubert trouve contradictoire que le président du Ceser s'oppose au contournement est. Jean-Luc Léger rappelle son rôle au sein de l'institution régionale.

25388-190517170436112-0-960x640

Jean-Luc Léger (à g.) est critiqué par Daniel Jubert (à d.) sur l’apparente contradiction entre sa fonction de président du Ceser et son opposition au contournement est de Rouen. ©La Dépêche de Louviers

Est-il contradictoire d’être président du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) de Normandie et de s’opposer à un projet pour lequel la même institution a émis un avis favorable ? Pour le conseiller départemental Daniel Jubert (LR), les deux positions sont inconciliables. Mais, dans les faits, il n’y a pas incompatibilité.

Contradiction ?

Dans un e-mail adressé à la rédaction, l’élu lovérien tacle Jean-Luc Léger, le président du Ceser. S’appuyant sur un rapport de 2016, il soupçonne une forme de duplicité chez celui qui, d’une main, apporterait son « soutien très net au contournement Est de Rouen » et de l’autre « critique vivement le projet ».

Ce constat, Daniel Jubert l’a fait à une réunion de l’association Non à l’autoroute, à Poses, voici quelques semaines. Selon lui, Jean-Luc Léger « voulait présider la réunion. Avec les écologistes, j’ai trouvé qu’il exagérait : il a voté favorablement au contournement est, et il dit qu’il est contre ! » s’indigne Daniel Jubert.

À lire aussi

« On fait le distinguo »

Si le conseiller départemental juge la position de Jean-Luc Léger contradictoire, les militants écologistes ne sont manifestement pas sur la même longueur d’onde que lui.

Entre ses positions personnelles et ses positions institutionnelles, on fait le distinguo. Cela dépasse la présidence du Ceser. Jean-Luc Léger s’est toujours positionné contre, comme beaucoup de personnes localement », assure Arnaud Binard, militant EELV, rappelant l’appartenance du principal concerné à l’association Non à l’autoroute.

À lire aussi

« J’ai voté contre »

En tout cas, Jean-Luc Léger assume et justifie sa position, rétablissant d’abord les faits : « Personnellement, j’ai voté contre. J’étais minoritaire et ce n’est pas une injure, surtout au Ceser. » De même, l’avis du Ceser de Normandie sur le projet de liaison A28-A13 n’est pas aussi tranché que le laisse croire Daniel Jubert, malgré l’avis favorable apporté en conclusion.

Comme le précise Jean-Pierre Cobert, membre du Conseil citoyen de la transition écologique et solidaire (CCTES) Eure-Seine, « la fonction de président du Ceser est destinée à être consensuelle ». C’est ce qui distingue l’institution des collectivités territoriales, par exemple.

Le président n’est pas un chef de l’exécutif, il est animateur d’une assemblée et n’a ni majorité ni minorité. Pas comme un maire ou un président de collectivité », explique Jean-Luc Léger.

À lire aussi

En réalité, le rapport sur le contournement, qui date de juin 2016, a été réalisé par « un groupe de travail composé de personnes aussi bien favorables que défavorables au projet ».

J’ai même confié l’animation de ce groupe à une personne qui est pour ! » précise le président du Ceser.

Points forts et points faibles

Au final, l’avis énonce les points forts et les points faibles des projets. Le consensus s’inscrit avec évidence dans le fonctionnement de l’institution.

S’il y a des opposants déclarés, on recherche un accord », insiste Jean-Luc Léger.

À lire aussi

Il suffit de lire le rapport dont il est question dans lequel « le Ceser a donné un avis favorable au projet, sous réserve que des engagements contraignants soient inscrits au cahier des charges ».

Pourquoi, alors, des élus comme Daniel Jubert peuvent percevoir une contradiction dans la position de Jean-Luc Léger ? Pour ce dernier, il s’agirait principalement d’une méconnaissance des « décideurs politiques » de ce qu’est le Ceser. Le président en assume la responsabilité et songe à y remédier :

Nous travaillons à redéfinir la stratégie de communication, afin de mieux diffuser ce que nous produisons et d’associer les décideurs politiques », assure Jean-Luc Léger.

En l’occurrence, les Départements, les Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI)…

Quant à lui, Arnaud Binard ironise sur le « jeu politique » de Daniel Jubert. Ceci mis à part, le militant écologiste se félicite de trouver une oreille disponible chez l’élu de Louviers, « d’accord avec nous aussi bien sur le contournement est que sur la liaison Rouen-Évreux ».

À lire aussi