La rédaction de l'Etoile de Normandie adresse ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées de ces trois marins-pêcheurs normands naufragés et décédés au large de notre côte...

Péris en mé: no l'dit. Pis no dit qu'vâot  muus l'taire.

Les femmes sé sènent sus l'couop. Les houmes né savent qui faire.

Péris en mé: les p'tiots vouos guettent dreit dauns l'blaume d'l'u:

"Al-ouos en, mes éfaunts..." et non n'les dispute pus...

Touot l'monde est lo trembllaunt sus les marches dé l'égllise,

Et no guette oû pus louen sus la mé drôle et grise.

Y-en a ieun qui l'a dit: "Sante-Thérèse est finin..."

Cha ya douna l'grélot. Persoune n'a répounun.

Ch'est sa pouore pétite femme! Qui qu'va dévenin sen père?

Et sen p'tiot qu'est où ber! Ol en mouorra sa mère!

"Qu'est-ch'doun qui prêche ainchin? qu'a crié eun patroun,

Et si ch'est eun pêqueus, ch'est indène dé sen noum..."

Persoune a pus ryin dit. No reste là d's auntiennes.

Ch'est finin! No s'en r'va tcheu sei, l'quoeu louord dé penne...

Finin! Péris en mé! Sus les listes du port

No ajouot'ta chin noums, pîqu'en r'veilà chin d'morts.

Des batiâos sount partis pouor fouilli les dérouotes.

En deux jouors i vount faire set ou huit couops la rouote:

"Noz- a pouortaunt trachi et no s'en r'vynt sauns ryin"...

Il lé disent pé. Cha s'veit. No s'en douotait touos byin.

Péris en mé! Ch'est touot! Pé bésouen qu'no l's enterre.

La mé a touot garda. D'eun sens, cha s'sa lu glouère.

Péris en mé! Cha f'ra l'dimaunche des femmes en nei

Qué par pityi loungtemps no-z aim'ma muus n'pas vei.

Péris en mé! Alors, où Bureau, eun douènyi

Fait byin vite eun Etat pouor l'envyer oû Quartyi.

Péris en mé! L'Bouon Dieu a deu lu pardouna

Si, quaund ils 'taient sus terre, ils ount fait eu miot d'ma,

Et dauns la mé maôvaise, quaund i s'y enfouncîtent,

-N'lu fallit qu'eun moment- entré'ieux i sé l'dîtent.

Des terrians vouos dirount qu" ch'est eune triste mort.

Les pêqueus vouos répoundent: "chaqueuen countent d'sen sort".

"L'pêqueus meurt à sen bord, m'disait souovent men père,

Voume eun prête à s'n âotel, j' syis tréjouos prêt à l'faire... "

Péris en mé! Salut! J'f'rai eune pryire pouor vouos,

Touot seu douns la falaise, dreit d'vaunt la mé, à g'nouos.

 

Côtis-Capel, 1965


 Naufrage du « Breiz » : les corps des trois marins retrouvés (ouest-france.fr)

rg-breiz-small_

Naufrage du « Breiz » : les corps des trois marins retrouvés

Publié le 15/01/2021 14:22 | Mis à jour le 16/01/2021 08:13

Les corps des trois pêcheurs disparus dans le naufrage du Breiz au large de Ouistreham ont été retrouvés dans l'épave par des plongeurs, le 15 janvier en début d’après-midi.

La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord avait décidé en fin de matinée de mettre un terme à la recherche des disparus, âgés de 19, 26 et 27 ans.

La veille, aux alentours de 19 h, le Breiz, chalutier-coquillard de Courseulles-sur-Mer, alerte le Cross Jobourg pour signaler une avarie de barre survenue à environ 3 milles au nord de Lion-sur-Mer. Parmi les moyens dépêchés sur zone, le canot SNSM Sainte-Anne des Flots de Ouistreham parvient à passer une remorque au chalutier, et fait cap sur Port-en-Bessin.

Peu avant minuit, dans une mer formée et de mauvaises conditions météo, décision est prise de changer de cap et de regagner Ouistreham. Pendant la manœuvre, le Breiz embarque une lame et sombre soudainement. Commencent alors les recherches pour retrouver ses trois hommes d’équipage. Elles sont interrompues deux heures plus tard et reprennent dès le lever du jour. En vain.

Une enquête a été ouverte par le parquet du Havre et confiée à la gendarmerie maritime. Comme dans tout événement de mer ayant causé des victimes, une enquête sera également diligentée par le Bureau d'enquêtes sur les accidents de mer (BEAmer). Le Breiz, chalutier âgé de 42 ans et long de 11,21 mètres, avait été racheté en 2013 à un retraité par Sylviane et François Leboucher, propriétaires de la poissonnerie des Quatre-Vents à Courseulles. Le bateau avait alors été l’objet d’un radoub complet aux chantiers James de Port-en-Bessin.