Pour nous c'est clair, une course à la voile se fait sur l'eau de la mer et pas sur le tapis vert du temps compensé...

L'Etoile de Normandie proclame le skipper normand et havrais Charlie DALIN vainqueur de la course du Vendée Globe.

Pourquoi?

1° Parce ce qu'il est arrivé objectivement le premier.

2° Parce Charlie Dalin n'est pas... Breton: d'où un handicap médiatique que nous nous permettons de compenser ici!

Alors savourons cette belle victoire et cette superbe performance sportive autour des océans de la Terre.

Vive Le Havre et vive la Normandie!


 

Charlie Dalin (Apivia) a coupé en premier la ligne d'arrivée du Vendée Globe : retour sur son parcours

Le skipper d'Apivia a franchi en premier la ligne d'arrivée du Vendée Globe, ce mercredi 27 janvier 2021 en fin d'après-midi. Retour sur sa vie d'avant Vendée-Globe.

143438577-4438404866186052-4567729020879018835-o

Charlie Dalin a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe ce mercredi 27 janvier 2021 à 20 h 35 minutes et 47 secondes. Après 80 jours, 6 heures, 15 minutes et 47 secondes. 

Ses concurrents directs, Louis Burton et Boris Herrmann, sont attendus respectivement à 23 h30 et 1 h du matin.

Le podium provisoire

1. Charlie Dalin en 80 jours, 6 heures, 15 minutes et 47 secondes.
2. Louis Burton
3. Boris Herrmann

En toute logique, Charlie Dalin aurait dû, en franchissant la ligne d’arrivée du Nouch Sud, être déclaré de facto comme le vainqueur de ce Vendée Globe 2020-2021.

Or, ce Vendée Globe 2020-2021 est une édition d’anthologie. Et ce qui était vrai lors des éditions précédentes ne l’est pas du tout cette année en raison du jeu des bonifications.

À lire aussi

Profil de vainqueur né

C’est donc avec cette étiquette de « premier mais » que l’un des skippers les plus doués de sa génération pourrait ne pas inscrire son nom au palmarès de l’Everest des Mers.

Pourtant, le skipper originaire du Havre a une destinée liée au Vendée Globe.

Un profil type de vainqueur né. Biberonné au pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt, il fait ses débuts en Figaro Bénéteau, la catégorie reine de la course au large en solitaire. Ajouté à cela un diplôme d’architecte naval décroché dans la très prestigieuse université anglaise de Southampton, le Normand (enfin!) affiche un pedigree (en français de Normandie, on dit : "pied de grue") bien fourni.

Dès sa deuxième saison de course au large, il remporte la Transat AG2R La Mondiale. 

Ensuite, les années se suivent et se ressemblent pour Dalin, couronné de succès à deux reprises via le championnat de France élite de course au large.

À lire aussi

Le poulain de François Gabart

En 2015, il est repéré par la très prestigieuse filière d’excellence « Skipper Macif » dont il défend les couleurs durant trois ans. 

En 2017, il prend officiellement le relais de François Gabart à bord du team Macif Imoca. Le vainqueur du Vendée Globe 2012 l’accompagne et développe avec lui son projet Vendée Globe 2020. Grâce à son écurie  MerConcept, Gabart épaule et met dans les meilleures conditions Dalin à l’approche de son objectif Vendée Globe.

Une collaboration fructueuse car Dalin remporte la Transat Jacques Vabre en 2019 et se classe deuxième de la Vendée Arctique Les Sables en juillet 2020, l’ultime galop d’essai au Vendée Globe. 


Commentaire d'Eric Saillot sur le petit oiseau bleu:

"Les marins ont la réputation de ne pas être très causants. Mais ce Charlie Dalin a tout pour lui. Normal, il est Normand."

Dans les médias normands:

https://www.paris-normandie.fr/id159901/article/2021-01-27/voile-vendee-globe-le-havrais-charlie-dalin-premier-aux-sables-dolonne?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1611777910

https://www.tendanceouest.com/actualite-376894-vendee-globe-2020-le-normand-charlie-dalin-entre-dans-l-histoire-de-la-voile.html

La course épique de Charlie Dalin:

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/havre/vendee-globe-charlie-dalin-un-incroyable-final-apres-une-course-epique-1926382.html

Charlie Dalin salue les Normands à l'occasion du passage du cap Horn:

https://www.francebleu.fr/sports/voile/vendee-globe-le-havrais-charlie-dalin-a-franchi-le-cap-horn-1609667384


 

Déclaration de Charlie Dalin à son arrivée aux Sables-d'Olonne:

https://www.ouest-france.fr/vendee-globe/vendee-globe-charlie-dalin-on-ne-pourra-pas-me-l-enlever-j-ai-franchi-la-ligne-en-tete-7133560

Vendée Globe. Charlie Dalin : « On ne pourra pas me l’enlever, j’ai franchi la ligne en tête ! »

Après 80 jours, 6 heures, 15 minutes et 47 secondes, Charlie Dalin a franchi le premier la ligne d’arrivée aux Sables-d’Olonne de la 9e édition du Vendée Globe. Pourtant, le Normand n’est pas encore vainqueur. Retrouvez sa réaction sur cette situation particulière.

Au passage de la ligne d’arrivée de la 9e édition du Vendée Globe, aux Sables-d’Olonne, Charlie Dalin est : « Heureux d’avoir franchi la ligne en tête. Ça a été une sacrée course, une sacrée aventure. Beaucoup d’émotions de passer de seul au monde à tous ces bateaux, ces supporters sans transition aucune. Je savais qu’il y aurait du monde mais je me suis fait un peu surprendre par l’accueil. Il y a eu plein de rebondissements. Il y a eu des hauts, des bas, pas mal de bricolage. »

LIRE AUSSI. Qui est vraiment Charlie Dalin, le premier aux Sables d’Olonne ? Sa maman le raconte

« J’étais en tête, et je vois de l’eau… Je me suis vraiment effondré »

Lorsque Charlie Dalin retrace son aventure, voici les moments forts selon lui : « J’ai franchi l’Indien, le Pacifique, mon premier cap Horn. C’est aussi un nombre incalculable d’actions sur le bateau. Au final, on arrive à faire l’impossible. Le plus difficile, ça a été la perte de la cale de mon foil bâbord. J’étais en tête, et je vois de l’eau… Je me suis vraiment effondré, j’ai appelé mon chef de projet. J’ai cru que j’allais me retrouver en Australie ou en Nouvelle-Zélande. J’ai passé une journée entière de travail, du lever du jour au coucher du soleil. Après, il y a eu la tempête dans l’océan indien… Au final j’ai surmonté toute ces difficultés. »

Même si le skipper Apivia n’est pas encore déclaré vainqueur, une chose est sûre : « C’était vraiment une course magique. Elle va me changer, je ne sais pas encore comment, mais elle va avoir un impact sur ma manière de vivre, de penser… C’est tellement fort, tellement puissant. Les passages à vide n’ont pas duré très longtemps mais j’en ai quand même eu. Le chrono est lancé jusqu’à ce que Boris et Yannick arrivent. C’est particulier, j’espère que ça va bien se passer pour moi. Si la direction de course m’avait appelé pour aller secourir Kévin, je n’aurai pas hésité. C’est normal que les skippers déroutés bénéficient de bonifications. Ça fait partie du sport et de la solidarité entre marins. Ce qu’on ne pourra pas m’enlever, c’est que j’ai franchi la ligne d’arrivée en tête ! »