Au lieu de faire des sondages, organisons un référendum d'initiative locale et Nicolas Mayer-Rossignol démontrera, définitivement, qu'il est un grand démocrate!

https://www.paris-normandie.fr/id162235/article/2021-02-03/contournement-est-de-rouen-selon-une-enquete-cest-un-projet-secondaire-pour-les?mediego_ruuid=640de2bc-85a5-4c49-9a44-f766dc8c9ae4_3&mediego_euid=b00E80C&mediego_campaign=20210204_7130de2d-5a37-44d3-8049-be54233d8046

DATA_ART_27621375

Contournement Est de Rouen : selon une enquête, c’est un projet « secondaire » pour les habitants

Transports. Tandis que la pression monte autour du contournement Est de Rouen, une enquête de janvier 2019 montre qu’une majorité de Rouennais estiment qu’il s’agit d’un projet secondaire

« S’engager massivement dans la transition sociale-écologique – A133-A134 – liaison A28/A13 – Contournement Est de Rouen » : c’est l’intitulé exact de la délibération qui sera soumise au vote des 125 conseillers de la Métropole Rouen Normandie le lundi 8 février. Ce soir-là, les élus des 71 communes devront se prononcer sur le projet de contournement Est de la capitale normande.

Ce sera la seconde fois que la Métropole – mais la première pour bon nombre de nouveaux élus issus des élections du printemps dernier – aura à se prononcer sur ce dossier sensible. Sous la présidence de Frédéric Sanchez (PS), la majorité de gauche avait approuvé le projet en lui accordant une enveloppe de 66 millions d’euros.

Une commande du PS

Nicolas Mayer-Rossignol, le nouveau président de la Métropole et maire de Rouen, n’en veut plus, même s’il l’a ardemment défendu dans le passé, quand il était président de l’ex-Haute-Normandie. Aujourd’hui, il estime que ce contournement, activement défendu par la Chambre de commerce et d’industrie Rouen Métropole qui étaye sa position à l’aide d’un sondage Ifop, ne correspond plus aux attentes des citoyens. La majorité municipale et métropolitaine a entre les mains un sondage de janvier 2019. À l’époque, il avait été commandé auprès de l’institut Ipsos par le PS et réalisé auprès des seuls habitants de la ville de Rouen. Selon cette consultation que Paris-Normandie a pu consulter, 42 % des Rouennais jugeaient « important, voire prioritaire » le contournement avec un péage (un point qui ne figure pas dans le sondage Ifop), tandis que pour 58 % des sondés, ce projet apparaissait comme secondaire, très loin derrière la rénovation des quartiers, la nouvelle ligne Paris-Normandie ou la création de nouvelles pistes cyclables.

Le vote de la Métropole Rouen Normandie, lundi prochain, interviendra une semaine avant celui de la Région, prévu le 15 février. Sans surprise, cette dernière soutiendra le projet défendu par Hervé Morin.

Vote confirmé

Mi-janvier, c’est le Conseil départemental de la Seine-Maritime qui a confirmé sa position en faveur du contournement adoptée en 2018. Cette année, les élus du PS n’ont pas souhaité participer au vote, considérant qu’ils n’avaient pas à revoter sur un dossier qu’ils avaient soutenu en 2018. Certains élus PS siégeant au Département siègent également à la Métropole. Prendront-ils part au vote cette fois-ci ?

Stéphane Siret


 

Commentaire de Florestan:

Ouvrons la cage du rossignol avec un référendum!