L'Etoile de Normandie vous propose un nouveau rendez-vous avec le billet de Barreau, l'humeur et les réflexions de l'un d'entre nous, Normand fier de l'être qui depuis le "Grand Ouest" où il réside et travaille nous proposera à sa guise de méditer sur nos affaires normandes depuis le point de vue de Sirius...

Pour ce premier envoi, Barreau nous propose de nous embarquer dans la galère préférée des Normands, non pas un drakkar viking mais un wagon de la Sncf!

Monet-Gare-Saint-Lazare

Les promesses de la SNCF ou l’arlésienne...

 

Arlésienne : dans sa conception populaire, décrit une chose ou un événement dont on parle souvent, qu'on attend, mais qui n'aboutit pas, ne se produit pas ou ne vient jamais.

Mardi 3 février dernier, se jouait une nouvelle sérénade à Rouen, entre la SNCF, le Président Morin et l’Association de défense des usagers du rail normand sur la ligne Paris-Rouen-Le Havre. Monsieur Farandou, PDG de la SNCF s’était personnellement déplacé pour l’occasion !

https://www.francebleu.fr/infos/transports/sncf-1612327429

Le but de la rencontre était de dresser un premier bilan du plan d'actions visant à améliorer les conditions de transport entre Paris et la Normandie. On remarquera que la réunion visait donc uniquement les transports entre Paris et la Normandie : la priorité quoi !  On peut cependant se demander s’il n’y aurait pas d’autre lignes régionales qui pourraient être concernées par ces petits ajustements...

Bref, le joueur de pipeau en chef de l’orchestre national des chemins de fer a joué son air favori, s’est dit satisfait d‘avoir «renforcé la régularité des trains» puis est reparti certain d’avoir rendormi pour un bon moment ses interlocuteurs. L’histoire ne nous dit pas si le trajet retour s’est effectué en train, car il est maintenant bien connu que les dirigeants de la SNCF avoue ne pas aimer, ni prendre le train… (il est des circonstances où l’on peut les comprendre)

Donc, il faut croire que ces quelques exemples récents de retards, pannes, suppressions de trains relevaient de la malchance :

https://www.paris-normandie.fr/id160528/article/2021-01-29/dieppe-grande-oubliee-de-la-reorganisation-ferroviaire-2021-en-normandie

https://actu.fr/normandie/louviers_27375/le-train-oublie-l-arret-d-evreux-valerie-de-louviers-rentre-chez-elle-a-2-h-du-matin_38491890.html

http://normandie.canalblog.com/archives/2021/02/05/38797530.html

C’est vrai qu’en matière de promesse de gascon, la SNCF sait faire. Petits rappels :

- La LGV normande : après avoir occupé les normands des années, les faisant perdre des forces et du temps dans un projet mort-né...

http://normandie.canalblog.com/archives/2020/02/11/38015585.html#comments

- le train à hydrogène et autres innovations promises mais qu’on ne voit pas venir : exemple de train à hydrogène sur la ligne Caen- le Mans-Tours en août 2019

http://normandie.canalblog.com/archives/2019/09/03/37610996.html

- Dernière trouvaille sortie du chapeau pour contenter les normands : le "saut de mouton" à la gare St Lazare qui interviendra au mieux avant ...2028!!

https://actu.fr/societe/le-saut-de-mouton-a-la-gare-saint-lazare-pour-des-trains-normands-est-en-bonne-voie_37201496.html

QUI PEUT CROIRE ENCORE LA SNCF ???

 Cela fait trop d’années que ses dirigeants nous mènent en bateau (à défaut de nous mener en train…)

Notre Président de région, en bon normand, déclare publiquement se méfier des belles promesses de la SNCF et il a raison. Mais le fait qu’il bataille avec SNCF Réseau (feu RFF) et SNCF ne suffira pas à sortir la région de son marasme ferroviaire.

 Car la question mérite d’être posée : Ces améliorations de «régularité» ainsi que l’achat de trains «omnéo» suffiront-ils à sortir la Normandie du Moyen-Age ferroviaire dans lequel elle est plongée depuis trop longtemps ? NON bien évidemment !

 Mais le fait d’être écartés des grandes lignes LGV n’est pas un problème en soit car nous avons la chance d’être proches géographiquement de la capitale. Pour cela, des liaisons (sans TGV, sans grande vitesse) rapides, sures, confortables et ponctuelles sont nécessaires. 

 Il est clair que le projet de «saut de mouton» va améliorer la vie des très nombreux navetteurs normands et c’est très bien pour eux. Cependant, les normands n’ont pas à être réduits à des navetteurs Normandie-Paris.

 Pour ceux qui veulent aller au-delà, nos trains normands s’échouent inéluctablement dans une gare parisienne. Dans une région vouée à un trafic saturé ad vitam æternam, on ne peut rien attendre de la bonne volonté des franciliens qui privilégieront toujours leur réseau :  il faudra bien prévoir des actions correctives normandes pour ne plus voir cette carte aberrante.

 http://normandie.canalblog.com/archives/2020/12/17/38710049.html

 Pourquoi ne pas imaginer utiliser des axes non saturés pour rejoindre les lignes nationales ? Améliorer ces lignes est une nécessité.

Par exemple : sortir de la Normandie par le Sud (le Mans, Tours) et profiter de la LGV ouest qui nous ouvre la porte à des accès directs vers ADP Roissy, Lille, Strasbourg, Lyon, Marseille, etc...

http://transportrail.canalblog.com/pages/caen---tours---un-potentiel-sous-estime--/27654157.html

 De plus, ce pourrait être une solution d’équilibre du territoire. En effet de cette seule modification pourraient découler :

- un renforcement de l’armature régionale avec deux lignes Cherbourg/ Caen-Le Mans et le Havre/Rouen-Le Mans via Mézidon. Les échanges au cœur de la région en seraient améliorés et les relations Caen-Rouen renforcées.

Une région, dans la vie quotidienne, peut-elle exister sans «armature régionale» pour ses citoyens ?

- une amélioration de l’accès et la déserte de territoires normands «périphériques». Dans cet exemple d’une liaison vers le Mans/Tours, une dynamisation du sud de la Normandie devient envisageable, notamment pour le département de l'Orne qui en a tant besoin...

Après les grands axes ferroviaires, il conviendrait de reprendre la maîtrise de nos lignes TER. Evoquons donc les «petites» lignes TER qui sont vitales pour le territoire : 

Pour mieux comprendre les pratiques de la SNCF, un documentaire «Voyage à Bessèges» (à voir sur Public Sénat le 13 février prochain 21h00) du réalisateur Manuel Lobmaier (Tripode Productions), nous renseigne sur l’exemple corse :

Jusqu’en 2011, les Corses versaient 20 millions d’euros pour que la SNCF fasse fonctionner le réseau. Mais en 2011 la SNCF demande dorénavant 51 millions d’euros pour faire le même travail.

Les Corses refusent et décident donc de gérer eux-mêmes leur réseau pendant 5 ans.

BILAN après ces 5 années de gestion corse :


-une offre de trains augmentée de 30 %
-une fréquentation en hausse de 71 % (701.000 à 1.200.000 voyageurs)
Et le tout pour toujours 20M d’euros de budget
Du coup, ils se sont offert le luxe de rouvrir une ligne !

Une bonne gestion régionale peut donc s’avérer efficace.

Autre exemple, associant cette fois la SNCF, la réouverture en Eure- et- Loir, fin 2020, d’une ligne fermée depuis 1945, d’une liaison directe entre Chartres et Tours. Le Président de région Centre parle de projet d’«armature régionale» souhaité par les villes de sa région. Nous y revoilà...

https://actu.fr/centre-val-de-loire/chartres_28085/trafic-ferroviaire-en-centre-val-de-loire-le-premier-train-direct-tours-chartres-est-arrive-a-bon-port_38092591.html

En aparté, cela nous amène d’ailleurs à constater que sur la carte suivante, il manque la  continuité du rail depuis Orléans, Chartres et Dreux vers Évreux et Rouen (rupture de charge entre Dreux et Évreux et au-delà il faut prendre l’autobus …). Encore, une occasion manquée de s’assurer une sortie de la région en évitant Paris…


https://cdn.ter.sncf.com/medias/PDF/centre_val_de_loire/Carte%20R%C3%A9seau%20R%C3%A9mi%20_tcm56-13049_tcm56-220666.pdf

Par ailleurs, depuis janvier 2021, la possibilité est donnée aux régions de demander le transfert de gestion des «petites» lignes à leur bénéfice :

Le décret (texte d'application de l'article 172 de la loi d'orientation des mobilités) évoque la question des lignes, des gares et des personnels transférés ainsi que des compensations financières.

https://www.actu-environnement.com/ae/news/decret-gestion-regions-petites-lignes-ferroviaires-loi-lom-sncf-ministere-transports-36813.php4

A voir à ce propos le dossier «Petites lignes ferroviaires : des plans d’actions régionaux» de février 2020

 https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/20200220_JBD_DP_Petites_lignes_vf.pdf

La région Occitanie est déjà partante pour gérer plusieurs lignes ferroviaires:

 https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/occitanie-region-souhaite-gerer-plusieurs-lignes-ferroviaires-travail-se-poursuit-sncf-reseau-1911998.html

La région Pays de la Loire, elle, va ouvrir à la concurrence près d’un tiers de son réseau TER, à partir de 2023/2024 et jusqu’en 2031.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/trains-une-baisse-des-couts-de-10-des-2021-pour-la-region-pays-de-la-loire-7090847

 
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/pays-de-la-loire-la-region-decroche-une-ristourne-pour-faire-rouler-ses-ter-26c60c4e-4117-11eb-a29f-16d2bb5bb2ee

 

Plus rien ne s’oppose maintenant à ce que l’on reprenne la maîtrise de notre rail.

Mais pour cela il faudrait être davantage mobilisés et avoir des élus travaillant collectivement pour l’intérêt général normand. Chez nous malheureusement, pas de «chasse en meute» et l’on passe donc à côté d’opportunités.

 

Ainsi, il existe le projet RAILCOOP duquel notre région est absente.

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/railcoop-ira-ou-la-sncf-ne-va-plus-le-pari-ose-de-la-cooperative-qui-veut-remettre-la-ligne-lyon-bordeaux-sur-les-rails_4036625.html

https://actu.fr/occitanie/figeac_46102/lot-premiers-passagers-en-2022-pour-les-trains-de-railcoop_39010980.html

Ce projet a pour but de prendre en charge des lignes "délaissées" et "jugées non rentables" par les grands opérateurs. Or, Railcoop a prévu entre autres la gestion d'une ligne "Toulouse-Rennes" empruntant la ligne Caen -le Mans-Tours mais uniquement entre le Mans et Tours !

Une fois encore, on est surpris de ce tracé (Toulouse -Rennes) car  il est difficile d’admettre qu’entre le Mans et Rennes on se trouve dans un territoire «délaissé et non rentable pour la SNCF»... à l'inverse, il aurait été plus judicieux de concevoir un Toulouse-Caen afin d'irriguer le territoire entre Caen et le Mans qui, lui, en a grandement besoin.

Second exemple, le retour des trains de nuit.

Encore une fois nos voisins d’outre-Couesnon, plus mobilisés que jamais (c’est une habitude) et aux aguets pour récupérer leur part du gâteau, se sont mobilisés pour défendre leurs intérêts.

https://actu.fr/bretagne/quimper_29232/un-collectif-milite-pour-le-retour-des-trains-de-nuit-en-bretagne_38738280.html

 Encore une fois, nous payons très cher, dans ce domaine comme dans tant d’autres, les années de division de la Normandie, qui nous ont fait perdre nos avancées (turbotrain par exemple) et  disparaître des projets et schémas du développement du rail.

 http://normandie.canalblog.com/archives/2020/02/08/38008720.html#comments

 Pour faire cesser cette mauvaise représentation de l’Arlésienne, il est vraiment temps de lancer la bataille du rail !


 Sur le même sujet, voir aussi:

https://www.ouest-france.fr/normandie/avranches-50300/sud-manche-un-collectif-demande-le-retour-de-tous-les-trains-sur-la-ligne-caen-rennes-7144525

https://www.ouest-france.fr/normandie/granville-50400/trains-paris-granville-deux-week-ends-de-perturbations-7143994