Rouen doit se préparer à être, pour reprendre la ritournelle d'un oiseau ambitieux, la capitale du monde d'Après... Mais ne demandez surtout pas à un être humain normal où diable pourrait se trouver ce "monde d'Après" qui permettrait à la ville qui fut, jadis, la seconde ville de France d'être enfin la capitale de quelque chose...

Pour notre part, avec bon sens, le "monde d'Après" nous évoque plutôt ceci:

800px-Porte_du_cimetiere_de_Taillecavat_datant_de_1860

https://www.facebook.com/public/Nicolas-Plantrou#

ROUEN , LE RENONCEMENT 

La Métropole de Rouen vient de décider de ne pas financer sa quotes-part du financement de son contournement est ,projet discuté depuis plusieurs décennies ayant fait l’objet de tous les recours possibles mais déclaré d’utilité publique.
Notre agglomération avait déjà renoncé à disposer d’un aéroport avec une piste de 2300 mètres permettant de recevoir les gros porteurs. Cela a alors profité à Beauvais qui est devenu, avant le contexte Covid, le 9eme aéroport français le reliant à de très nombreuses capitales européennes ,ce qui a été créateur de richesses pour le territoire et ses habitants. Rouen est ainsi la seule métropole sans aéroport !!
Notre agglomération avait un beau projet de construction d’une médiathèque. A la faveur d’un changement de majorité municipale,Rouen a renoncé à poursuivre la construction déjà bien entamée de ce bâtiment . Et maintenant Rouen veut devenir Capitale européenne de la culture sans avoir de médiathèque. Rouen est en effet la seule métropole sans médiathèque !!
Notre métropole vient de renoncer à participer au financement du contournement est ,contrairement à ce qui avait été voté cinq ans plus tôt,sans tenir compte de l’échec de tous les recours et de la déclaration d’utilité publique. Rouen est ainsi la seule métropole sans contournement routier !!
Je respecte bien évidemment cette décision prise par des élus responsables et légitimement élus malgré un taux d’abstention record du fait de la pandémie. Je ne peux cacher ma très grande déception et mon amertume.
J’ai eu la patience d’écouter les débats durant sept heures . Je n’ai guère été ébloui par la pertinence de nombreux propos qui ont été prononcés .
Une expression est revenue à maintes reprises dans la bouche de très nombreux intervenants: " le monde d’après" . Mais aucun - je dis bien aucun- n’a pu expliquer clairement ce qu’il entendait par là.
Où les élus de la Métropole mènent- ils notre territoire ? Personne ne peut le dire vraiment .  Cela laisse le sentiment que, pour le moment, il s’agit d’un obscur brouillard.
Il serait grand temps de dire les objectifs poursuivis et les moyens de les atteindre.
J’aime Rouen et cela me fait souffrir,mais je veux garder espoir,
Lire aussi sur le même compte FB de Nicolas Plantrou:
SOTTEVILLE DOIT ÊTRE LA FUTURE GARE DE ROUEN
Les débats sur le contournement est de Rouen me paraissent surréalistes.
La majorité de la Métropole refuse d’investir 66 millions d’euros pour cette infrastructure déclarée d’utilité publique malgré tous les recours effectués .
Elle ferait mieux de réaliser ce projet et de revoir l’implantation de la future gare rive gauche à Saint Sever qui impose un tunnel important sous la Seine . Ce projet est pharaonique . Il coute plusieurs milliards d’euros et est une atteinte à l’environnement plus importante que le contournement routier.
La gare doit être implantée à Sotteville sur le site de Quatre mares en amont du pont aux Anglais . Il suffit de rénover le pont et de construire la gare . Il est nullement besoin de créer de nouvelles voies car celles ci existent déjà ni surtout de construire un coûteux tunnel .
En outre on pourrait au dessus de cette gare créer une dalle comme à La Défense et faire une belle zone tertiaire et d’habitations au cœur même de la Métropole.
On éviterait ainsi de manger des terres agricoles en périphérie de la métropole. On pourrait aussi faire de même jusqu’au rond point des vaches .
Faire le contournement routier et la gare à Sotteville, voilà les deux projets à mener de front pour assurer le meilleur compromis entre la préservation de
l’environnement et le développement économique et surtout en investissant de la manière la plus parcimonieuse pour les finances publiques (qui proviennent de l’argent des contribuables et des entreprises).

Commentaire de Florestan:
Les réflexions pertinentes et pleine de bon sens de Nicolas Plantrou vont dans le bon sens mais nous irons plus loin car c'est toute la rive gauche de Rouen à l'échelle de la métropole voire, au-delà, à l'échelle de la Normandie, qu'il faut repenser totalement en terme de réaménagement des infrastructures ferroviaires et routières.
Comme le souligne celui qui fut jusqu'au printemps dernier le président du conseil d'orientation et de  surveillance de la Caisse d'Epargne de Normandie, le coût de la construction d'un tunnel ferroviaire sous la Seine à Rouen s'annonce pharaonique, c'est la raison pour laquelle il faut, à nouveau, étudier sérieusement la solution d'un franchissement ferroviaire sous-fluvial dans l'estuaire de la Seine entre Le Havre et Honfleur à partir d'un réaménagement ferroviaire complet de la rive gauche de la métropole de Rouen et de la rive gauche de la Seine, en général. (cf. Scénario C lors du débat public sur la LNPN en 2011).
Enfin, on pourrait, hélas, ajouter une pierre supplémentaire dans la jachère brumeuse au-dessus laquelle un rossignol gazouille à tue-tête: si l'alternative routière Ouest (raccordement direct du pont Flaubert à la Sud III) au contournement routier Est si chère à l'actuelle majorité socialo-écolo de la métropole de Rouen est, actuellement, totalement bloquée c'est que cet aménagement routier dépend totalement du projet, lui aussi stoppé, de construction de l' éco-quartier "Flaubert" dont on a découvert la proximité problématique avec le site industriel chimique... Lubrizol dont les fumées se sont ajoutées pour épaissir le brouillard rouennais!

1