C'est le poète Stéphane Mallarmé qui, subjugué par la beauté monumentale naturelle du site d'Etretat aurait eu, le premier, l'idée d'emporter avec lui en souvenir, un galet du perret d'Etretat pour l'offrir à l'un de ses amis de Paris.

Depuis, il est rigoureusement interdit de prélever le moindre galet à Etretat: la station balnéaire normande lancée au XIXe siècle par le journaliste parisien Alphonse Karr puis par l'écrivain Maurice Leblanc créateur du fameux personnage d'Arsène Lupin, est maintenant victime du succès lancé il y a longtemps par ses deux promoteurs...

Les Parisiens affluent en masse à Etretat pour les week-end et ce pour deux raisons:

1) les stations de sport d'hiver sont fermées cet hiver en raison du Covid.

2) Netflix a cambriolé Arsène Lupin...

Et les habitants d'Etretat n'en peuvent plus! Une pétition circule interpellant les élus locaux et les autorités publiques: faudra-t-il prendre des mesures à la vénitienne?

lupin-sur-netflix-la-fete-d-etretat-existe-t-elle-vraiment

https://www.ouest-france.fr/normandie/le-havre-76600/en-normandie-trop-de-touristes-a-etretat-les-habitants-montent-au-creneau-7175178

En Normandie, trop de touristes à Etretat, les habitants montent au créneau

Inquiets des conséquences de l’afflux de touristes, notamment lors de ces vacances scolaires, les habitants de la célèbre station balnéaire ont lancé une pétition et alertent les élus.

Trop, c’est trop. Lancée le 23 février, la pétition « Étretat : habitants seuls et démunis face au tourisme de masse » a déjà glané plus de 14 100 signatures. Après l’afflux des touristes dans la station balnéaire normande de 1 300 habitants lors des dernières vacances scolaires, l’association Zéro Mégot Étretat et l’Association de défense du site d’Étretat et du Chemin de Saint-Clair (ADSE) dénoncent : « Incivilités, déchets débordant des poubelles et jonchant la plage de galets, voitures garées n’importe où, groupes de motards vrombissant le plus fort possible et le plus près de l’eau… »

« La ville suffoque »

« La ville suffoque sous l’effet du sur-tourisme et est en train de perdre ses habitants et son âme », estime la présidente de l’association Zéro Mégot Étretat, Cosmo Danchin. Et la pétition réclame « des règles pour que touristes et locaux puissent cohabiter en harmonie ». Alors, « pour que le site ne soit pas une décharge publique »Bruno a signé. « Le centre-ville doit absolument être piétonnier au moins le week-end et interdit aux visiteurs en voiture ! » réclame Pascale. « Il faut pénaliser tous ceux qui ont un mauvais comportement », commente Lionel.

Le problème n’est pas récent, dans cette bourgade qui a vu passer près d’un million de touristes en 2020. La lutte contre le tourisme de masse était inscrite aux programmes des trois candidats aux dernières municipales, mais ces vacances de février ont entraîné des afflux de touristes : « Il y a eu ceux qui ont renoncé aux stations de ski et les fans de la série Lupin », analyse cet habitant.

 

5 000 personnes en une journée

« 5 000 personnes en une journée, on n’avait jamais vu ça en février, concède André Baillard. C’est beaucoup trop, mais je ne peux pas résoudre ces problèmes tout seul. » Élu en juillet 2020, le nouveau maire assure avoir alerté la communauté urbaine (CU) Le Havre Seine Métropole et lancé des études pour réguler l’accès au centre d’Étretat ainsi que l’aménagement d’un parking de 500 places sur les hauteurs. « Nous fermons l’accès au centre avec des barrières dès que les parkings intérieurs sont pleins », souligne-t-il.

Mercredi, les associations ont alerté les élus de la région, le président de la CU du Havre Édouard Philippe et le préfet de la région Normandie, Pierre-André Durand. Au-delà d’une gestion des déchets, « il faut trouver une solution pérenne qui commencerait par l’évaluation d’une capacité d’accueil du village ». 

Etretat-Venise, même combat.


 

Voir aussi:

https://www.lejdd.fr/Societe/comment-etretat-espere-profiter-du-succes-de-la-serie-lupin-de-netflix-4023695

"Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences dont ils chérissent les causes" (d'après Bossuet)