Dans sa dernière chronique, Michel Feltin-Palas, l'ardent défenseur des langues régionales que nous apprécions tous ici donnait le lien suivant qui, sur le site officiel de l'Assemblée Nationale, permet de savoir précisément qui a voté quoi à l'occasion du scrutin historique du jeudi 8 avril 2021 qui a permis l'adoption définitive de la Loi Molac obligeant le gouvernement et l'Education Nationale qui s'y refusaient pour l'instant, d'accorder les moyens nécessaires à l'enseignement des langues régionales françaises dans nos écoles. 

On rappelle que l'UNESCO considère que le patrimoine culturel immatériel des langues régionales de France est gravement menacé au moment où la langue française est, elle-même, de plus en plus attaquée par l'invasion du globish parisien mais aussi par l'actuelle offensive idéologique de déconstruction qui lessive les cervelles de nos élites politiques, médiatiques et culturelles...

L'adoption de la loi Molac constitue donc une étape importante dans le long, trop long, processus de reconnaissance institutionnelle, intellectuelle et idéologique du patrimoine culturel des langues régionales de France: à ce titre, de notre point de vue régionaliste normand, il était intéressant de voir comment les 28 députés des cinq départements normands ont voté à l'occasion du scrutin n°3569 de ce 8 avril 2021.

Vous verrez que vous ne serez pas surpris d'être déçus par les résultats présentés ci-après...

 https://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/3569?utm_source=ocari&utm_medium=email&utm_campaign=20210413081502_15_nl_nl_lexpress_bout_des_langues_607450ee8a4467e87d7b23c6#EMID=5b3b43a83d61c338930c4f7d700dba90cbd15c2907e2b89d16795133bfb2849e

Capture d’écran du 2021-04-14 21-49-18

 

Sur 28 députés normands, 12 ont voté pour la loi Molac, deux ce sont sont abstenus et seulement deux ont voté contre.

Sur ces 12 députés ayant voté pour et que l'on peut donc authentiquement qualifier de "Normands", la moitié sont de la majorité présidentielle (LREM), deux sont socialistes (PS), l'une venant de la droite (LR), l'un est communiste (PCF), l'une est du centre (Modem) et un dernier sans étiquette...

Voici les noms de ces 12 courageux députés vraiment normands:

Sira SYLLA (LREM) 76

Gérard LESEUL (PS) 76

Agnès FIRMIN- LE BODO (LR) 76

Jean-Paul LE COQ (PCF) 76

Stéphanie KERBARH (LREM) 76

Xavier BATUT (sans étiquette) 76

Séverine GIPSON (LREM) 27

Fabien GOUTTEFARDE (LREM) 27

Marie TAMARELLE-VERHAEGHE (Modem) 27

Bruno QUESTEL (LREM) 27

Stéphane TRAVERT (PS) 50

Chantal JOURDAN (PS) 61

On distinguera cependant parmi ces douze courageux, les noms de Jean-Paul Le Coq (PCF) et d'Agnès Firmin- Le Bodo (LR) puisque ces deux-là ont été les seuls députés normands membres de leur groupe politique à voter pour la loi Molac.

Une grande déception: sur les deux députés qui se sont abstenus lors de ce scrutin mémorable, on compte la voix d'Alain TOURRET (LREM) qui fut le héros de la réunification de la Normandie...

Mais... Sur ces 28 députés normands, 11 n'ont pas cru bon participer à ce scrutin!

On se demande donc à quoi sert un député si à l'occasion d'un scrutin qui présente un intérêt politique certain, il ou elle ne vient pas siéger pour voter!

Près de la moitié des députés normands n'ont pas daigné siégé à l'occasion de ce vote sur la loi Molac: cela en dit long sur le manque d'intérêt des députés normands pour les sujets spécifiquement régionaux.

Voici les noms de ces absents de la République:

Damien ADAM (LREM) 76

Hubert WULFRANC (PCF) 76

Sébastien JUMEL (PCF) 76

Claire O'PETIT (LREM) 27

Laurence DUMONT (PS) 14

Sébastien  LECLERC (LR) 14

Christophe BLANCHET (LREM) 14

Philippe GOSSELIN (LR) 50

Bertrand SORRE (LREM) 50

Sonia KRIMI (sans étiquette) 50

Valérie LOUWAGIE (LR) 61

Jérôme NURY (LR) 61

Nous n'avons pas vérifié mais il est hautement probable que l'assiduité des députés bretons pour participer à un scrutin sur un tel sujet a dû être bien supérieure!

On peut aussi tirer une autre leçon tout aussi peu encourageante sur l'engagement de nos députés sur la question des langues régionales en classant la représentation départementale de la Normandie en fonction du plus ou moins grand intérêt des députés pour ce scrutin, c'est-à-dire, le nombre de députés ayant voté pour la loi Molac et le nombre de députés ayant, tout simplement, participé au scrutin:

On verra que les députés des deux départements ex-Haut-normands se sont plus mobilisés sur cette question que leurs collègues de l'ex-Basse et le fait qu'il y ait plus de députés pour représenter la Seine-maritime et l'Eure, les deux départements les plus peuplés de Normandie, n'explique pas tout!

L'Eure arrive largement en tête pour l'intérêt accordé à ce scrutin avec 4 députés sur 5 ayant voté pour la loi Molac. La députée Claire O'Petit n'a pas participé au vote: elle est allée aux toilettes et s'est probablement perdue dans les couloirs du palais Bourbon...

La Seine-Maritime arrive en seconde position avec 6 députés sur 10 ayant voté pour la loi Molac, un député ayant voté contre (Annie Vidal LREM) et trois députés ayant déserté les bancs de l'Assemblée Nationale ce jour-là, notamment, un certain... Damien Adam, le député LREM de Rouen: la faute à la faute d'Adam?

Puis arrive le désintérêt sinon l'effondrement... bas-normand!

La Manche, département qui abrite pourtant sur le sol du Nord-Cotentin le foyer le plus vivant de la langue normande, n'arrive qu'en 3ème position puisque sur les quatre députés manchots seul Stéphane Travert (LREM ex PS) a cru bon devoir participer au scrutin tout en votant pour la loi Molac: il sauve ainsi l'honneur!

Même remarque pour les trois députés de l'Orne: seule la députée socialiste Chantal Jourdan (la suppléante de Joaquim Pueyo redevenu maire d'Alençon) a voté pour la loi Molac, les deux autres députés de l'Orne n'ayant pas daigné siéger. Faut-il croire que l'identité régionale n'intéresse personne, ou presque, dans le "trou du c... du Monde"?

Mais la triste palme du désintérêt total pour la question des langues régionales revient aux six députés qui représentent les Normands du département du Calvados:

Pas un seul député du Calvados n'a cru bon devoir voter pour la loi Molac!

Il y a même une voix contre: celle de Fabrice Le Vigoureux (LREM ex PS) l'un des deux députés de l'agglomération caennaise que l'on a connu plus... vigoureux sur d'autres sujets!

La moitié d'entre eux ont été absentéistes! Dont Laurence Dumont (PS) qui ne manque pas de faire régulèrement sa pub pour expliquer aux braves citoyens de sa circonscription l'intérêt de son assiduité aux activités toujours palpitantes de la représentation nationale... Mais visiblement, ce 8 avril 2021, dans l'après-midi, Madame Dumont avait... piscine!

Et, déception dans la déception, nous l'avons déjà souligné, la présente abstinente dans l'hémicycle du député Tourret (LREM) avec son collègue Bouyx (LREM) dont on ne sait guère ce qu'il "bouine" (français  régional de Normandie) sous les dorures de nos palais nationaux.

En conséquence, sur la base de cette analyse, les associations culturelles normandes peuvent demander des comptes précis à la représentation nationale des Normands sur la question sensible des langues régionales avec cette confirmation:

Le seul élu de la République qui s'intéresse sérieusement à la question de la langue régionale en Normandie, c'est... Hervé Morin, le président de la région.