COUP DE COEUR DE L'ETOILE DE NORMANDIE!

Il nous vient de tout là- haut, de la vallée de la Bresle... Un apiculteur normand menuisier inventif à ses heures, a trouvé la parade imparable qui permet de sécuriser totalement l'intérieur des ruches pour éviter les intrusions agressives des frelons asiatiques contre nos abeilles...

https://actu.fr/normandie/haudricourt_76344/gary-invente-la-planche-a-envol-contre-les-frelons-asiatiques-pres-d-aumale_41186506.html

Gary invente la planche à envol contre les frelons asiatiques près d'Aumale

s16-gary-miel1

Gary Duchesne d’Haudricourt vient d’inventer une planche à envol pour protéger les abeilles des frelons asiatiques. Il a même déposé un brevet.

Apiculteur mais aussi menuisier de base, Gary Duchesne construit également ses ruches. Mais surtout, il vient d’inventer un petit objet qui pourrait être une véritable révolution et mettre fin à la destruction des abeilles par les frelons asiatiques. Ses explications.

« Il s’agit d’une planche d’envol. C’est un objet qui se place sur le devant de la ruche. Au niveau de la fente d’ouverture, j’ai eu l’idée d’y installer une petite réglette. Les abeilles peuvent ainsi sortir ou entrer, mais pas les frelons asiatiques ».

Gary Duchesne Apiculteur

Des idées en commun

Pour cela, il a travaillé durant des heures secrètement dans son petit atelier sur les hauteurs d’Haudricourt, près d’Aumale (Seine-Maritime). Mais comment lui est venue cette idée ?

« En fait, elle vient d’un collègue. Il voulait trouver un système pour empêcher les frelons de rentrer dans les ruches. Il avait bricolé un petit truc mais il n’était pas menuisier ».

Les deux hommes décident alors de mettre leurs idées et leur savoir-faire dans un pot commun pour finalement trouver la solution. Puis ils la font connaître sur les réseaux sociaux pour obtenir le ressenti des professionnels. Rapidement, ces derniers se montrent très intéressés et une cinquantaine de planches d’envol sont vendues.

« Quand on a vu que cela fonctionnait, on a dit banco. Pour la partie commerciale, on a donné l’exclusivité à un magasin spécialisé dans l’apiculture dans l’Oise ».

Entre-deux, un brevet a été déposé afin de protéger leur invention. Et ils ont eu raison puisque 500 pièces ont déjà été vendues. Et pas seulement en France. Des apiculteurs belges et suisses se sont également montrés très intéressés.

« Et j’ai une nouvelle commande d’une série de 250. Cela nécessite une semaine de travail ».

De 20 à 100 ruches

Son invention, Gary va pouvoir l’utiliser pour protéger ses propres ruches. En effet, depuis qu’il s’est installé dans la Vallée de la Bresle, il a décidé de produire du miel. En espérant vite étoffer son parc.

« J’ai installé mes premières ruches il y a un peu plus de deux ans. Pour le moment, j’en ai une petite vingtaine. J’espère pouvoir en installer une centaine. Ce qui est intéressant à Haudricourt, c’est qu’il s’agit de la plus grande commune de Seine-Maritime. C’est idéal pour pouvoir toutes les installer sur les 35 km2 ».

Et profiter de tout ce que la nature peut lui offrir aux alentours.

« Il y a du colza mais aussi beaucoup d’aubépines, c’est assez original et très marqueur sur le miel. Il y a également des haies, ronciers, pommiers et un peu de châtaigniers l’été ».

De quoi donner encore plus de saveur à son miel.