Le matin du 6 juin 1984, au nez et à la barbe de François Mitterrand qui, depuis l'Elysée, avait savoir aux édiles Normands de Caen que seul un chef d'Etat pouvait inviter un autre chef d'Etat, la Rolls du couple royal britannique traversa les rues de cette bonne ville de Caen devant une foule ébahie et ravie...

Car notre "duc" de Normandie Elizabeth II, par ailleurs reine d'Angleterre et son mari, son altesse royale le Prince Philippe duc d'Edimbourg, furent reçus par Jean-Marie Girault à titre privé pour se reccueillir dans l'abbatiale Saint-Etienne sur la tombe de Guillaume Le Conquérant le fondateur de la monarchie britannique...

A l'époque, il y avait donc un maire à Caen qui avait le sens de l'Histoire et on évitera de s'infliger la peine de le comparer cette initiative avec celles que son successeur d'aujourd'hui envisage pour célébrer un soi disant millénaire...


 https://actu.fr/normandie/caen_14118/la-reine-elizabeth-ii-et-le-prince-philip-a-caen-l-histoire-cachee-d-une-visite-privee_41271460.html

La reine Elizabeth II et le prince Philip à Caen : l’histoire cachée d’une visite privée

reine-caen-4

En 1984 la Ville de Caen parvient à inviter la reine Elizabeth et le prince Philip. Une lectrice du journal Liberté, témoin de l’époque, raconte.

Lectrice du journal Liberté à Caen (Calvados), Maryvonne Perrotte nous a contactés à la suite du décès du prince Philip le 9 avril 2021. Mme Perrotte s’est souvenue d’une jolie histoire vieille de 37 ans, alors qu’elle était collaboratrice au sein du service Environnement du Dr Franck Duncombe, à l’époque 1er adjoint au maire Jean-Marie Girault.
À l’aide de photos qu’elle nous livre, elle explique, comment la reine Elizabeth II et le prince Philip ont effectué en juin 1984 à Caen, une visite dite privée, mais à la vue de tous !

Pour le 6 juin 1984

« Après le décès du Prince Philippe et de tous les reportages qui montrent son humour, j’ai pensé que cette petite histoire dont je fus témoin enjolive la grande. Elle montre aussi de cette période, les individus, et les conditions de travail », résume Maryvonne Perrotte qui rembobine ses souvenirs : « la reine Elizabeth II et le prince Philip devaient venir pour les premières grandes cérémonies de commémoration du 40e anniversaire du Débarquement en Normandie, le 6 juin 1984. »

Se recueillir sur la tombe de Guillaume le Conquérant

La Ville de Caen voulant profiter de l’occasion, avait invité le couple royal à venir se recueillir sur la tombe de Guillaume le Conquérant, récemment réinhumé dans l’abbatiale Saint-Etienne. Cette invitation avait été transmise via l’ambassade d’Angleterre, la ville ayant des relations privilégiées à cette époque, et Buckingham avait accepté l’invitation.

reine-caen-2

Une visite d’État sans le dire à l’Élysée

« Peu de mois avant le 6 juin », se remémore Maryvonne Perrotte, « le maire de Caen, Jean-Marie Girault arrive dans le bureau de son 1er adjoint Frank Duncombe et lui dit : catastrophe, l’Élysée refuse que nous recevions la Reine et le Prince à Caen ! Seul un chef d’État peut inviter officiellement un autre chef d’État ».

M. Duncombe s’interroge : officiellement, qu’est-ce que cela veut dire ? » Le maire répond : cela implique la présence de la Garde Républicaine, des représentants de l’État, etc... Et bien, on se passera d’eux, et on la recevra en privé, suggère Frank Duncombe.

Défilé en Rolls-Royce dans le centre de Caen

« Avant le 6 juin 1984, le yacht Britannia était arrivé, amarré dans la zone portuaire de Caen, même si le yacht ne servait que de lieu d’étape pour le couple royal.

Et le 6 juin au matin, la Reine et le Prince ont trouvé leur Rolls-Royce au pied du bateau, ils ont traversé la ville au ralenti, vitres ouvertes, saluant la foule ravie, amassée sur les trottoirs, jusqu’au perron de l’Hôtel de Ville où les élus les attendaient, en saluant encore une fois la foule regroupée sur l’esplanade. »

La visite s’est poursuivie dans l’église Saint-Etienne et devant la tombe de Guillaume, M. Duncombe a expliqué l’histoire de Guillaume et Mathilde qui s’étaient mariés sans avoir la dispense de consanguinité de Rome car ils étaient cousins ; ils furent donc excommuniés, mais se firent « pardonner » en promettant la construction de deux abbayes. Et Franck Duncombe termine son explication avec sourire, par : « Il en est de même pour vous… (la Reine et le Prince étaient aussi cousins). Ce dernier a apprécié.

« On les a bien eus ! » dixit le prince Philip

À la fin de la visite, tout le monde se retrouve sur le perron. M. Girault accompagne la Reine jusqu’à sa voiture, et M. Duncombe accompagne le Prince, qui lui serre la main avec un grand sourire en lui disant « On les a bien eus ! Sous-entendu pour le Prince Philip : je sais que la visite n’était pas officielle, mais tout s’est déroulé comme si elle l’était…

reine-caen-1