Pêche artisanale dans le golfe anglo-normand: les Etats de Jersey ont clarifié la situation post-Brexit en décidant d'une mesure simple et évidente suite à la fin des accords de la Baie de Granville sacrifiés par les technocrates de Bruxelles dans la négociation du Brexit avec le Royaume-uni sans la moindre réaction du gouvernement français en dépit de la mobilisation du président du conseil régional de Normandie et du comité régional normand des pêches...

1

Désormais, seuls les patrons de bateaux de pêche pouvant démontrer qu'ils fréquentent depuis déjà de longues années les eaux territoriales jersiaises pourront y accéder.

Reste que dans ce dossier, comme le démontre l'article à lire ci-dessous, chacun y va de son intérêt et du côté des îles anglo-normandes, il n'y a aucune position commune ou consensuelle entre les Etats de Jersey et ceux de Guernesey pour négocier ensemble et dans la clarté de nouvelles règles du jeu avec des pêcheurs continentaux Normands et Bretons qui pratiquent le même type de pêche que les pêcheurs Jersiais et Guernesiais, à savoir: une pêche artisanale, qualitative et soucieuse de l'environnement.

Pour l'instant, les choses ne sont pas très claires (notamment pour ce qui est des dates butoirs proposées pour l'obtention des licences) et le gouvernement de Paris qui méconnaît les subtilités institutionnelles des îles anglo-normandes, ajoute à la confusion (Jersey ce n'est pas Guernesey et vice-versa...)

Pour être positif dans ce dossier encore incertain et complexe on retiendra deux réalités d'intérêt général qui deviendront évidentes pour tous les acteurs, notamment dans les îles lorsque la question, sensible, de la distribution des droits de pêche sera résolue d'ici juin prochain:

1) Défendre ensemble l'exceptionnelle qualité du patrimoine halieutique du golfe anglo-normand en défendant avec fermeté les méthodes de la pêche artisanale de nos îles et de nos littoraux face à la pêche industrielle hauturière.

2) Ne pas nuire au développement des relations économiques, politiques et culturelles entre des îles anglo-normandes qui se sentent mises de côté par Londres dans le processus de Brexit et les régions françaises voisines à commencer par la région Normandie pour laquelle cette relation particulière avec Jersey, Guernesey, Sercq et Aurigny est une question structurelle pour des raisons historiques et culturelles évidentes.

A lire l'article ci-dessous, on se félicitera du fait que Ian Gorst, le ministre en charge des affaires étrangères aux Etats de Jersey soit sur cette ligne de crête...

(Ouest-France, 26 avril 2021)

Capture d’écran du 2021-04-26 12-27-35