Sur cette question brûlante qui remet en cause le coeur même de notre héritage historique et culturel normand, nous n'avons cessé de dire ici:

Messieurs du calme! Il faut se ressaisir car nous avons bien plus d'intérêts communs que d'intérêts divergents.

La date butoir pour fixer la nouvelle donne de la pêche dans le golfe anglo-normand ou normano-breton a été repoussée au 1er juillet: on espère que les personnes de bonne volonté, celles qui sont lucides et qui ont à coeur de défendre authentiquement un bien commun normand vont enfin pouvoir reprendre la main sur un dossier qui était devenu fou dans les pattes de celles et ceux qui n'ont de la relation maritime entre la France et l'Angleterre que le souvenir de Trafalgar ou de Mers-el-Kébir!

La Normandie est plus que jamais la région "between" entre Paris et Londres: il serait judicieux de faire confiance aux Normands pour élaborer une solution originale dans le nouveau cadre juridique gérant les relations entre le Royaume-uni et l'Union européenne.

Parmi les voix normandes à écouter sur ce dossier il y a celle de Dimitri Rogoff, le président du comité des pêches de Normandie...

R693458a0c0b34c588a961c32dbf82aa2

Normandie le point sur le conflit de la pêche Granville Jersey   14 mai 2021

JT de 19 h France 3 Normandie à peu près 4’ après le début du JT, point complet sur le conflit de la pêche :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/emissions/jt-1920-basse-normandie

fin de la vente des coquilles St Jacques :  Dimitri Rogoff, Président du Comité Régional des Pêches de Normandie …….la coquille St Jacques, produit de saison que l’on pêche essentiellement du 1er Octobre au 15 Mai,….un pêcheur normand sur deux fait la coquille et la coquille c’est la 1ère espèce en valeur mais devant toutes les autres espèces avec 40% du chiffre d’affaires de la pêche normande ».

Autre actualité de la pêche, le conflit de la Baie de Granville : reportage en mer très illustratif puis continuité de l’interview de Dimitri Rogoff suite au reportage passé à l’ écran :

« on est soulagé de la réaction de Jersey (réouverture des négociations) , après on ne va pas crier victoire non plus parce qu’il reste une 2 ème manche, l’on a parlé des bateaux de plus de 12 mètres, il reste la liste des bateaux de moins de 12 mètres et puis dans les années à venir il y aura des discussions à entreprendre avec eux.

Donc c’est un beau geste, on le souligne. Je pense qu’il est important maintenant de les laisser débarquer chez nous, ils ont besoin de débarquer mais on va rester extrêmement vigilants parce qu’ils ont quand, on a entendu leur représentant, Dom Thompson*, ils ont quand même un peu la rage et ils veulent vraiment nous foutre dehors et il n’est as question de les laisser faire ! »

Précisément questionne le journaliste « Qu’avez-vous pensé de l’intervention musclée de la Ministre des Pêches pour priver d’électricité Jersey ? »

« Alors (Dimitri Rogoff) la Ministre a envoyé du lourd dès le départ, elle a tapé du poing sur la table, c’est peut-être ça qu’il fallait faire effectivement. Mais il faut se rappeler que Jersey, ce sont nos voisins, nos voisins très proches et on a besoin d’un calme, on a besoin d’apaisement pour pouvoir rediscuter avec eux. Dans le cadre du traité précédemment on discutait avec eux et c’était très bien, là on discute plus avec eux. C’est des négociations d’Etat à Etat, nous on n’est pas partie prenante et ça c’est un vrai regret ! »

On ne peut pas dire que la tabloïds anglais ont joué la version calme, c’était « Touché, coulé ».. ;. Tout ça ça vous fait sourire ou ça vous agace ?

Dimitri Rogoff : «  les deux parce qu’on va dire c’est de l’humour anglais peut-être mais c’est vraiment extrême. Les pêcheurs ont été manifester, ils n’ont pas été faire la guerre, la guerre c’est autre chose. Effectivement, si on n’arrive pas à s’entendre , peut-être on ira vers des blocus plus forts mais actuellement non, on manifeste dans le calme ».

Et pourquoi elle est si importante finalement cette zone parce que la mer est grande? »

D. Rogoff : «  Alors finalement la mer n’est pas grande, la Baie de Granville a toujours été pêchée en commun par les jersiais et les français, donc c’est pas parce que le Brexit est arrivé que d’un revers de la main on va balayer tout un espace qui s’appelait la mer commune avant sur laquelle on a pu mettre en place un traité. Là on a tout jeté, il faut tout reconstruire, et ça c’est ce qui est dommage mais on ne va pas priver les pêcheurs de leurs lieux de pêche  ancestraux. »

.. Et il y aura Guernesey après à jouer (le journaliste) ?

D. Rogoff : « Guernesey ça se présente mieux, on a de meilleurs  rapports, c’est plus clair, c’est plus sincère et j’espère qu’on n’aura pas de problème à Guernesey ».

« Est-ce qu’il y a d’autres opérations, coups médiatiques possibles (le journaliste) ? »

D. Rogoff : « c’est pas des coups médiatiques qu’on cherche à faire. Le Ministre de Jersey  là parlait de psychodrame, c’est pas un psychodrame : si les gens sont privés de leur espace de travail eh ! bien ils vont déposer le bilan et ça va bien au-delà de ça, on revendique juste le le droit de travailler, pas plus qu’avant, surtout avec des métiers qui sont très encadrés, avec une pêche responsable et durable . Il faut se rappeler que dans la Baie de Granville on porte deux écolabels, sur le homard, sur le bulot. C’est vraiment,..on cherche à faire bien et pas comme le disent les jersiais ou les français « ils pêchent tout, n’importe comment », non c’est pas vrai, les pêches sont très réglementées ».  

*Président de l’association des pêcheurs de Jersey, propos de sa part, mais l’apaisement est dans les mots en revanche de Ian Gorst, Ministre des Relations Extérieures de Jersey : « C’est l’heure de la discussion pour résoudre les problèmes. Si nous continuons le même psychodrame que ces derniers jours cela nous empêchera de nous concentrer sur les vraies questions. Nous devons coller aux termes du nouvel accord commercial et travailler, ensemble, pour protéger ces accords de pêche qui sont inscrits dans l’Histoire ».