Ce mardi 18 mai 2021, Hervé Morin faisait son premier grand discours de campagne électorale avec une retransmission en direct sur Facebook depuis l'usine Riou Glass de Boulleville: nous reviendrons plus en détails sur ce discours bilan du président normand sortant d'autant plus que nous avons reçu aujourd'hui la documentation détaillée présentant le programme "Vivre/Vive la Normandie"...

honfleur-gare-photo-CLP-14-cercle-philatlélique-lexovien

Cependant, nous voudrions vous faire part sans tarder de quelques annonces importantes pour l'avenir de notre région sur les mobilités et l'énergie, deux sujets stratégiques qui sont sujets à bien des débats et des controverses...

Sur les mobilités, on retiendra:

1) La réouverture d'une desserte ferroviaire pour Honfleur via Glos-Montfort et Pont-Audemer...

Depuis la parution de l'article à lire ci-dessous, on constate que la position de la région a évolué. Les études semblant concluantes, la décision de rouvrir cette ligne qui pourrait desservir par le train le 6ème site touristique le plus fréquenté de France a donc été prise. Bientôt donc un Paris-Honfleur sera proposé au départ de la gare Saint-Lazare comme à l'époque d'Eugène Boudin... La gare de Honfleur avait été fermée au trafic voyageurs dans les années 1970.

https://actu.fr/societe/la-reouverture-ligne-train-entre-glos-montfort-honfleur-sera-t-etudiee_28349989.html

2) La mise en place d'un service ferroviaire cadencé de type RER entre Bayeux-Caen-Lisieux- Rouen- Le Havre:

Depuis la réunification normande, les liaisons intercités ont augmenté notamment entre Caen et Rouen. Les capacités actuelles proposées par la SNCF sont notoirement insuffisantes avec 14 trains A/R proposés entre Caen et Rouen pour couvrir 110km en 1h33 temps minimum. A titre de comparaison c'est une quarantaine d'allers retours quotidiens qui sont proposés par la SNCF entre Rennes et Nantes... La marge de progression est donc importante. Enfin ce projet de RER ferroviaire normand ne pourra pas faire l'impasse sur la nécessité, à terme, d'étudier enfin sérieusement la possibilité d'un franchissement ferroviaire sous-fluvial dans l'estuaire de la Seine entre la rive Sud et Le Havre afin de proposer une ligne directe Caen/Le Havre: le coût qui s'annonce exorbitant d'un long tunnel profond à creuser à Rouen entre la Rive droite et la future gare SNCF de Saint-Sever Rive gauche pourra relancer l'intérêt d'un franchissement sous fluvial dans l'estuaire au moyen de caissons immergés...

3) 2023: Début des travaux de construction de la "châtière" dans l'avant-port du Havre afin de permettre l'accès direct des navires fluviaux à la darse de Port 2000.

Cela fait 25 ans qu'on en parle et rien ne se fait. La région Normandie a débloqué les quelques 300 millions nécessaires aux travaux. Travaux qui vont donc enfin pouvoir commencer. La châtière va permettre d'augmenter de façon importante le trafic des péniches et des barges sur la Seine depuis l'intérieur du port maritime du Havre jusqu'aux ports fluviaux de Paris. De fait, la Normandie est le premier partenaire financier pour le développement stratégique du futur port unique de l'Axe Seine qui sera créé dans moins d'un mois avec seulement... un siège pour la représenter au futur conseil d'administration!

4) La prise en charge par la Région du chantier de modernisation de la RN12 dans l'Orne:

Dans le cadre de la nouvelle loi dite "4D" la région Normandie va proposer à l'Etat le projet d'une prise de compétence pour pendre en charge les travaux de modernisation de la RN12 dans sa traversée de l'Orne: cela fait quarante ans que ce chantier traîne sur cet axe routier majeur pour le désenclavement du sud de la Normandie...

5) Prêt gratuit de scooteurs électriques pour les jeunes Normands en zone rurale pour leur recherche d'emploi ou pour se rendre à leur stage ou à leur premier emploi. Généralisation des tickets demi-tarif pour les jeunes Normands dans les trains et les autocars de la région.

Le manque de mobilité des jeunes Normands et le manque de moyens pour être mobile a été identifié comme l'une de ces fragilités socio-culturelles qui pèsent sur le développement économique et social de notre région: le président normand sortant a donc annoncé quelques éléments d'une politique jeunesse enfin plus ambitieuse que celle déjà mise en oeuvre depuis la réunification.

6) Mobilité numérique: le réseau de fibre optique sera entièrement déployé dans les cinq départements normands d'ici fin 2023.

C'est une priorité sinon une urgence pour l'attractivité de la ruralité normande alors que la "démétropolisation" va s'accélérer après la crise du Covid avec une belle revanche des territoires ruraux et des petites villes moyennes qui, par le désenclavement numérique, vont accueillir de nombreux télétravailleurs venus de la région parisienne. Selon un récent sondage, 20% de la population de l'Ile-de-France rêve de déménager en province: la Normandie serait même la première région d'accueil de ce nouvel exode urbain.


 Sur les énergies, on retiendra:

1) La confirmation de la construction d'un second EPR en Normandie sur le site de la centrale nucléaire de Penly avec la création, à terme, de 10000 emplois directs et indirects.

La Normandie est la 3ème région française pour la production d'énergie électrique notamment d'origine nucléaire. On le sait, le chantier de l'EPR prototype de Flamanville est un fiasco industriel qui coûte, désormais, plus de 12 milliards d'euros et c'est extrêmement regrettable car il faut avoir l'honnêteté intellectuelle de reconnaître que l'énergie nucléaire permet de produire massivement de l'électricité avec des émissions de CO² minimales:

Nous avons donc besoin du socle de l'électro-nucléaire pour assurer la transition énergétique et la décarbonation de notre économique face aux enjeux de l'effet de serre qui provoque le changement climatique. Sur ce dernier point, Hervé Morin n'a pas manqué de pointer les contradictions et les incohérences d'une gauche soumise au terrorisme intellectuel des écologistes anti-nucléaires: on le sait, c'est la question nucléaire qui a motivé Sébastien Jumel, le député communiste de la Seine-maritime et ancien maire de Dieppe, de faire liste à part pour le premier tour des prochaines élections régionales...

2) La relance du projet hydrolien dans le Raz-Blanchard avec l'annonce de l'immersion d'une première hydrolienne à la fin de l'année 2022.

Hervé Morin n'a pas manqué de tacler l'Etat (lorsque Nicolas Hulot était au gouvernement) qui est capable d'inaugurer une usine de fabrication d'hydroliennes marines sur le port de Cherbourg et d'abandonner le projet quinze jours après! Fort heureusement, la région Normandie n'a pas abandonné cette filière industrielle et énergétique naissante et prometteuse avec, au large du Cotentin, le second plus grand marnage du monde après celui de la baie de Fundy au Canada. Il a fallu reconstruire totalement le projet après la défausse des industriels spécialisés contrôlés par l'Etat pour aller chercher des partenaires étrangers: les Ecossais, les Anglais, les Irlandais et les Canadiens sont intéressés.

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/10/19/36797099.html

3) La propulsion à l'hydrogène du Paris-Granville du parc des autocars de la région et des péniches sur la Seine:

La volonté de faire de la vallée de la Seine normande un territoire pilote pour développer l'hydrogène décarboné (avec le recours de l'électro-nucléaire pour l'électrolyse) est affichée conjointement par la Normandie et l'Ile-de-France: le basculement à l'hydrogène des grands services de transports permettra de créer la masse critique nécessaire pour lancer cette nouvelle filière industrielle énergétique.

4) La confirmation des quatre projets de parcs d'éoliennes marines au large des côtes normandes:

Le sujet est très sensible car les éoliennes marines sont présentées comme moins nuisibles que les éoliennes terrestres dont le déploiement industriel et financier suscite une opposition sociale et politique de plus en plus forte sur fond d'une remise en cause de la pertinence de cette technologie pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique. Autant la région se montre plus que prudente pour apporter son soutien financier à l'éolien terrestre contre lequel le Rassemblement National va batailler avec le soutien de l'ancien préfet Bonnet (désormais co-listier de Nicolas Bay). Autant la région soutient-elle sans réserves les projets d'éoliennes marines développés au large du Tréport, de Fécamp et de Courseulles-sur-Mer  quitte à ignorer l'opposition des pêcheurs notamment au Tréport qui craignent, non sans raison, de perdre leur territoire de pêche ou à sous-estimer le risque d'essuyer un refus définitif de l'UNESCO pour le classement au patrimoine mondial de l'humanité des plages du débarquement de 1944...