Quel fut véritablement le rôle du préfet François Philizot en tant que délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine depuis sa nomination officielle en 2013?

2

François Philizot, préfet délégué à la mission de développement de la vallée de la Seine depuis 2013... Parfois surnommé le préfet "couteau suisse", François Philizot est un préfet "multi-fonctions" dont la principale fonction utilisée fut celle du "chauffe-plats".

Servir de chauffe-plats pour éviter que le soufflet de 2009 ne retombe...

3

L'Axe Seine n'est politiquement pas porté.

En 2009 Antoine Rufenacht, l'ancien maire du Havre avait souhaité le faire mais le nouveau pouvoir socialiste à Paris en décida autrement à la fin de l'année 2012.  En 2017, certains, beaucoup, pensèrent qu'un maire du Havre devenu Premier ministre allait enfin s'y coller... En vain. Edouard Philippe préféra donner un coup de main au premier coup de pioche du futur canal Seine Nord.

Depuis 2015, la Normandie est unie et c'est désormais la collectivité territoriale principalement concernée par l'Axe Seine: c'est, d'ailleurs, la seule bonne nouvelle dans ce dossier et le seul changement d'envergure qui soit à la hauteur des enjeux: Hervé Morin, en tant que président de la Normandie, a réclamé le pilotage de l'Axe Seine...

En vain!


 

(source: "la lettre des décideurs, Paris-Normandie" n°2 21 mai 2021)

Capture d’écran du 2021-05-25 00-47-42

 


 

Commentaire de Florestan:

Depuis plus de dix ans qu'on en parle de cet "Axe Seine", il était temps d'aboutir, à l'occasion de la fusion portuaire prévue pour le 1er juin prochain, à une "concrétisation extrêmement forte" comme le rappelle François Philizot, expert en chauffe- plats.

Le problème c'est que l'on peut craindre que la "concrétisation extrêmement forte" n'aboutisse à une complexité toute aussi "extrêmement forte" faute d'avoir osé faire le tour de table qu'il fallait pour que cela marche...

En effet, les principaux acteurs des réalités portuaires, à savoir les entreprises qui font concrètement vivre les ports et les collectivités territoriales qui financent les projets portuaires n'auront pas voix prépondérante au chapitre du futur grand port fusionné de la vallée de la Seine:

En clair, les unions portuaires sont parquées dans des conseils de surveillance et les deux régions concernées qui vont financer et payer l'essentiel du développement portuaire se retrouvent sous représentées au conseil d'administration face à l'Etat et ses haut-fonctionnaires et face aux trois sièges attribués à Paris, Rouen et Le Havre qui n'ont pas le développement portuaire au coeur de leurs compétences contrairement aux régions.

Les unions portuaires emmenées par Michel Segain ont écrit une tribune dans la presse spécialisée pour interpeller le gouvernement: c'est à la mode mais rien n'y fait.

Hervé Morin et Valérie Pécresse ont fait une conférence de presse à Rouen pour interpeller le gouvernement: en vain.

On ne pourrait pas faire mieux pour mettre à l'eau... un naufrage sous les flonflons des pathétiques ambianceurs que l'on connait et qui s'apprêtent, le 31 mai prochain, à remonter sur Seine pour nous gratifier d'un nouveau numéro de politique cosmétique qui, franchement, n'amusent plus les vrais connaisseurs et les vrais acteurs du dossier de l'Axe Seine!

1